Mode et éthique : petit bilan

À l’heure où je commence à rédiger cet article il fait 8 degrés et il pleut des cordes depuis à peu près 6 jours… Donc ne vous étonnez pas, je suis comme vous, je me noie sous le temps pourri mais j’ai profité d’une très belle journée il y a quelques temps pour immortaliser ce nouveau #cocoethicootd !

Depuis début 2018 j’ai entamé un virage dans ma consommation de fringues. Je vous parle de mes trouvailles avec les #cocoethicootd, mais aussi de comment « éthiquiser » sa garde-robe facilement et sans y laisser un rein, comment habiller son marmot en mode plus green avec le seconde main, comment se saper en étant enceinte sans tomber dans les bas fonds de la fast fashion et consommer à outrance pour une si courte période

Bref, c’est un peu mon cheval de bataille e surtout un sujet qui me passionne.

Et même si je continue parfois à craquer chez les démons de la fast fashion je dois reconnaître que je suis plutôt contente de mon parcours. Quand je regarde quelques années en arrière je m’étrangle légèrement en repensant aux TONNES de fringues que je consommais chaque mois. Notamment à cause des différents partenariats que j’entretenais depuis des années avec des marques de vêtements ou des shop multi-marques qui me permettaient, chaque mois, de passer des commandes complètement délirantes. Mais aussi parce que j’étais dans un mode de consommation clairement compulsif. J’organisais régulièrement des « virées shopping », j’étais du genre à aller faire les magasins le premier jour des soldes et à revenir avec sensiblement tout et n’importe quoi, j’avais un dressing géant qui débordait de fringues que je n’aimais qu’à moitié, qui étaient de qualité vraiment discutable et qui provenaient pour beaucoup d’enseignes vraiment bof.

Je suis loin d’être irréprochable (en même temps pour espérer m’approcher de l’irréprochabilité faudrait déjà que j’essaie d’y parvenir, ahah) mais je me sens mieux dans mon armoire et plus en accord avec certaines valeurs qui me sont chères.

Bon, loin de moi l’idée de vouloir m’auto-balancer des gerbes de fleurs mais je suis d’avis qu’il est toujours bon de regarder parfois un peu en arrière pour se souvenir d’où on vient, du chemin parcouru et se dire peut-être « ah ben c’est quand même cool ».

Aujourd’hui j’ai toujours une graaaande passion pour les fringues. Dans mes rêves les plus fous je deviens parfois minimaliste adepte de la capsule wardrobe et je possède genre 12 fringues. Mais en réalité j’aime les vêtements et j’aime en consommer (et si tu es comme moi, je t’assure que c’est pas la fin du monde et non nous ne sommes pas des monstres qui brûleront en enfer ou dévorés par des bébés chats)(quel est le pire ? Vous avez 2h).

Pour rendre ma consommation plus planète-sympa je me base donc principalement sur trois axes :

  • les marques (plus) éthiques
  •  le seconde main
  • et porter mes fringues

Le premier axe est de loin le moins abordable mais d’un autre côté le plus facile. Les marques qui s’engagent fleurissent de tous les côtés (et c’est quand même super cool !) et travaillant moi-même à rendre ma propre marque de prêt à porter de plus en plus « éthique » c’est vraiment un milieu qui me passionne autant qu’il me fascine.

CHEMISE NUMÉRO 7

Ici c’est notre petite fierté. Cette chemise est quasi entièrement française (du tissage du tissu jusqu’à la confection en passant par le développement). Elle est en coton 100% bio et certifié GOTS (tissu, teinture…tout est earth-friendly). Et enfin, si on la débarrasse de ses boutons, elle est entièrement compostable. Autrement dit c’est une pièce qui peut potentiellement ne nécessiter aucune ressource supplémentaire pour terminer sa vie tranquillou et qui, si on n’en veut plus peut retourner à la terre oklm.

C’est un peu la même idée que la gamme Cradle to Cradle dont je vous avais parlé il y a quelques mois…mais en plus simple (aka tu peux l’enterrer au fond de ton jardin si le coeur t’en dit).


Ensuite acheter de seconde main était déjà un réflexe que j’avais pour la déco, l’ameublement, les trucs comme la vaisselle, les livres et j’en passe, et ce depuis loooongtemps #passionemmaüsTMTC. Mais côté mode, mis à part quelques achats de ci de là dans des friperies que je croisais lors de voyages, je n’étais vraiment pas une grande adepte. Le « style vintage » n’étant clairement pas quelque chose qui me parle, je me sentais bloquée et surtout pas du tout attirée.

Et puis… Vinted est arrivé. Et là j’ai compris tout l’intérêt et toute la magie de l’achat de seconde main. Ca prend un peu des plombes (mais perso je rentabilise à donf les moult siestes que je fais avec mon fils…où lui dort, mais moi non)(comme d’habitude, en somme…) mais finalement une fois qu’on a ciblé un peu ce que l’on cherche ou ce dont on a envie grâce aux filtres, aux marques etc. c’est pas si pire que de naviguer sur un eshop Zara qui dégueule de choix. On trouve de TOUT, de toutes les marques, de toutes les tailles, de tous les prix, on peut vraiment (mais genre vraaaaaaiment) faire des affaires de dingue et trouver des merveilles.

Je pense potentiellement vous faire un petit haul de mes dernières trouvailles… Ça pourrait vous donner un bel aperçu de ce que l’on peut y trouver, et à quels prix !

SHORT LEVI’S

J’adore Levi’s. C’est vraiment une des enseignes dans laquelle je rentre systématiquement quand j’en croise une. Mais bon, les jeans à 100 balles, les étiquettes souvent en cuir, l’impact écologique assez catastrophique qu’on connait du denim classique, l’éthique qui doit pas être géniale du côté des conditions de fabrication et tutti quanti… autant de facteurs qui font que j’essaie maintenant de me tourner vers le seconde main.

Et c’est, jusqu’à maintenant, un franc succès ! Quand je pense que j’ai payé ce short 20€, qu’il est dans un état irréprochable (oui pour moi un short un peu déglingué et délavé c’est « irréprochable »… Chacun ses critères hein, don’t judge me) et que cet achat a permis de donner une seconde vie à une fringue qui a quand même nécessité des tas de litres d’eau, de ressources et sans aucun doute de produits chimiques… Peut-on faire plus satisfaisant et planète-friendly ? J’en doute.


Et enfin porter mes fringues, ultime axe auquel je m’attèle depuis maintenant un moment. Parce que, non, acheter un truc chez Zara ou H&M ou Primark n’est pas le pire que l’on puisse faire. Le pire c’est définitivement d’acheter chez ces enseignes…et de ne pas porter ce que l’on y a acheté.

J’en ai souvent parlé mais on ne peut pas associer obligatoirement fast fashion et qualité de mierda. J’ai certaines pièces de fast fashion depuis des années, je les ai portées, portées et re-portées et elles sont nickel.

Donc oui, la fast fashion, si on peut on évite mais si on ne peut (ou si on ne veut) pas, le mieux que l’on puisse faire (et ce qui importe vraiment au final) c’est de choisir le plus consciencieusement possible, d’aimer et de prendre soin.

CEINTURE HARLEY DAVIDSON – BASKETS GOOD GUYS X GALERIES LAFAYETTE

Cette ceinture je l’ai achetée quelques mois avant de décider de ne plus acheter de cuir et de trucs qui viennent des animaux. Je ne l’ai pas portée pendant longtemps… Parce que je ne me sentais pas à l’aise et surtout, je pense que j’étais à la recherche d’une sorte de « pureté » un peu con, qui fait que je m’interdisais de sortir avec ce genre de trucs sur le dos…

Avec le recul et les années j’ai bien revu ma copie et maintenant je n’ai plus aucun problème à porter les quelques trucs en cuir qu’il me reste (bon sauf l’ultime veste en cuir que je possède encore parce que l’odeur m’écoeure totalement) et que j’ai depuis longtemps. Pareil pour la laine, j’ai changé de point de vue cet hiver et si je n’en achète toujours pas neuve j’ai décidé que l’acheter d’occasion était ok pour moi (principalement parce que le synthétique c’est quand même caca et souvent de mauvaise qualité et que la laine reste une valeur sûre, chaude et à priori de qualitey).

Donc porter, porter, porter encore, rentabiliser, aimer et prendre soin. C’est un des piliers de « l’éthiquisation » de ma garde-robe.


Voilà pour ce petit bilan totalement imprévu ! Bon lundi et surtout… BON ÉPISODE 5 DE GAME OF THRONES ! (bah quoi ?)

 

|chemise Numéro 7 – short Levi’s – ceinture Harley Davidson – baskets Good Guys x Galeries Lafayette – BO « N7 » Salomé Charly (non commercialisées) et Fashionology – bagues ancienne et Bodhicitta |

5 conseils pour une armoire plus éthique

Ça commence à faire quelques années que je parle de mode éthique et que je m’y intéresse, et ce qui m’a toujours frappé c’est l’assimilation quasi directe de « mode éthique » avec « ce n’est pas accessible ».

C’est un peu comme quand tu dis que tu es vegan et que les gens pensent que tu es sous-alimenté parce que tu n’as le droit de manger que des cailloux et de l’herbe.

Ou quand tu dis essayer de cultiver ta conscience écolo et que les gens hallucinent que tu aies encore de l’électricité chez toi.

Un ramassis de bullshit et un gros condensé de clichés qui nous fait penser que s’habiller de façon éthique nécessite forcément de souffrir, de se prendre la tête et surtout d’avoir le salaire de Macron .

Aujourd’hui je vous propose donc de nous assoir sur les clichés et de découvrir 5 façons de rendre son armoire plus éthique, à la cool et quand on n’a pas un gros budget !

1. AIMER/PORTER/SOIGNER

C’est, à mon sens, la base de tout. Aimer ses vêtements, les porter et en prendre soin. Et ce peu importe la marque ! À l’heure de la fast fashion et de la mode jetable on perd facilement de vue qu’un vêtement est censé durer des années et des années et que si la qualité de base n’est pas totalement miteuse (aka tu sais ces tee-shirts que tu laves une fois et qui ressortent en ayant l’air de s’être fait bouffés par une armé de mites enragées ?) beaucoup de vêtements, bien entretenus, peuvent nous suivre pendant très longtemps.

J’ai d’ailleurs pas mal de trucs de chez Zara ou H&M ou de marques pas forcément assimilées à du « super quali » qui se portent extrêmement bien après des années et des années de bon et loyaux services.

Et une fois qu’on aime et qu’on porte ses sapes, un bon entretien reste la clé d’une relation à la « ils vécurent heureux et eurent pléthore d’enfants » 

1. Laver le moins possible les vêtements ! Je ne sais pas vraiment comment ça fonctionne chez les autres mais chez moi on ne lave un vêtement que s’il est taché ou s’il sent le rat crevé (bon, en vrai on attend pas d’atteindre ce stade mais c’était pour le style). S’il a simplement été porté et qu’il s’en sort bien à la fin de la journée, il est plié et rangé.

S’il sent un peu mauvais on tente de l’aérer un peu. S’il a juste une petite tache on essaie de l’enlever à la main plutôt que de mettre tout le package dans la machine.

2. Si un vêtement a besoin d’être lavé (parce oui, ça arrive…et en vrai personne ne vous en voudra si vous finissez par laver votre tee-shirt porté pendant 6 jours et qui sent fort le choux de Bruxelles), on jette un oeil à l’étiquette avant de le balancer dans le tambour !

3. Essayer de favoriser les détergents doux, si possible bio/éco-reponsables parce que c’est quand même plus sympa pour la planète (btw, vous pouvez retrouver une recette de lessive maison juste ici…. JDCJDR).

4. Laver à basse température. Une fois de plus c’est moins agressif pour les fibres et plus sympa pour la planète.

5. Trier son linge. Evidemment. Personnellement j’ai un panier pour le blanc, un pour le foncé/couleurs, un pour les draps/serviettes/etc. et un pour les pulls. Le premier permet d’éviter que le blanc ne grisonne en étant lavé avec des couleurs foncées (ou que vos slips immaculés ressortent rose bonbon, aussi.), le second c’est la lessive fourre-tout, les 3ème c’est le linge que je lave à température un peu plus haute et le dernier c’est le délicat, toujours lavé à froid

6. Faire sécher le mieux possible pour éviter les déformations : les pulls à plat et les vestes sur cintres par exemple. Laisser sécher à l’air plutôt qu’en sèche-linge

7. Et bien entendu bien ranger ses vêtements ! Certains vêtements se porteront mieux si on les plie (comme les pulls) et d’autres si on les suspend (comme les robes ou les blouses/chemises). On essaie d’éviter les armoires qui débordent et les piles de sapes supra-comprimées.

2. ACHETER MOINS ET MIEUX CHOISIR

Ok. Encore une fois à l’heure de la fast fashion c’est parfois la croix et la bannière mais…ce n’est pas impossible pour autant !

Pour acheter moins mon premier conseil est déjà de ne plus mettre les pieds dans les magasins hors besoin vital du genre vous venez de flinguer votre dernière paire de chaussures et vous marchez maintenant pieds nus dans la rue. Bon ok, c’est un peu l’extrême limite – j’espère que vous avez tous le générique dans la tête – mais vous voyez l’idée : éviter les magasins et, si c’est un habitude qu’on a, arrêter de faire des virées shopping dans le simple but d’acheter des trucs.

De même pour les boutiques en ligne, essayer d’éviter les sessions de navigation « juste pour jeter un oeil »…(lol).

Ensuite, mieux choisir ses vêtements c’est aussi bien se connaître. Savoir ce qui nous va ou non, connaître ses goûts réels (et pas ceux influencés par ce que l’on voit dans les magasines ou sur le net). Moi par exemple j’ai fini par accepter que la façon dont je me sentais le mieux et le plus moi-même c’était habillée le plus simplement possible : le combo jean-converse-sweat-shirt c’est mon dada.

Alors évidemment ça ne m’empêche pas d’avoir des pièces fortes dans ma garde-robe, de les adorer et, même si je les porte moins souvent, de les garder précieusement, mais j’essaie toujours d’y réfléchir à 2 fois avant d’acheter une pièce forte, très colorée ou imprimée parce que je sais que : petit 1, ce n’est pas ce que je porte le plus souvent et, petit 2, j’en possède déjà chez moi qui sont très bien.

3. ACHETER DE SECONDE-MAIN

Certains diront que déjà bien trop de vêtements ont été produits sur cette planète et qu’il faut simplement cesser d’en produire. J’aurais envie de répondre pas faux mon pote mais bon courage.

Néanmoins s’il y a une absolue vérité en matière de mode et de consommation éthique c’est bien qu’acheter de seconde main est un des gestes les plus engagés que l’on puisse faire. Et à mon sens encore plus que d’acheter neuf chez une marque estampillée comme éthique.

Je sais que beaucoup de personnes sont réticentes à l’idée d’acheter des vêtements ayant déjà été portés par d’autres mais dites-vous que quand vous achetez une petite robe en ligne ou en magasin, 90% du temps, il y a déjà eu une autre personne à l’intérieur + entre un vêtement déjà porté donc potentiellement un peu cracra et un vêtement qui sort d’usine blindé de pétro-chimie et qui file le cancer de la peau… Bon…😬

En vrai il suffit juste de laver les vêtements. (merci Coline)

Acheter de seconde main c’est vraiment chouette parce que ça évite le gaspillage en donnant une seconde vie à des vêtements qui auraient peut-être fini à la poubelle, ça permet de faire des économies… et je trouve que ça permet aussi de ne pas être dans un achat trop impulsif : fouiller dans une friperie, en vrai ou en ligne, ça demande du temps et, surtout en ligne, je trouve qu’on n’a pas vraiment tendance à y aller en mode « tiens voyons ce qu’il y a de nouveau ». En gros on va plutôt y aller si on cherche quelque chose de particulier et ça c’est plutôt une bonne chose !

— QUELQUES ADRESSES SUR LE NET

Vide Dressing – choix énorme et gamme de prix trèèès large

Vestiaire Collective – plutôt axé moyen à très haut de gamme

Vinted – plutôt axé petits prix

Tictail – On y trouve beaucoup de produits neufs mais aussi beaucoup de vide-dressings et dépôts-vente

Label Emmaüs – la boutique en ligne d’Emmaüs

Il existe évidemment des vingtaines d’autres friperies et dépôt-vente en ligne et si je préfère vous parler des sites que j’ai déjà pu tester (et approuver), de votre côté n’hésitez pas à fouiller sur le web et à partager vos découvertes ici !

4. ACHETER CHEZ DES MARQUES ÉTHIQUES

Et enfin, quand on a le budget qui suit on peut évidemment éthiquiser sa garde-robe en achetant chez des marques dites éthiques.

Alors le terme est vague, j’en ai déjà parlé de tas de fois, une marque dite éthique peut regrouper tout un tas de critères et c’est à chacun de définir ce qui est éthique à ses yeux. Exemple : pour certaines personnes acheter un pull en laine biologique provenant d’un petit élevage familial du Larzac sera un achat super éthique alors que pour moi ce ne le sera pas du tout.

Mais encore une fois, l’achat chez une marque éthique ne me semble pas une fin en soi et la règle du acheter moins mais mieux s’applique aussi aux marques éthiques. En gros rien ne sert d’acheter un truc qui ne vous transcende pas juste parce qu’il y a marqué « bio made in France éthique vas y on plante un arbre si tu achète ce pull » sur l’étiquette.

Pour info je suis sur un petit « annuaire » de la mode éthique depuis…euh depuis un moment ! J’essayerai de fignoler ça et de vous le mettre en ligne dans les semaines qui viennent !

5. NE PAS S’AUTO-FLAGELLER

Mon conseil préféré de la vie que je colle partout et à toutes les sauces toi-même tu sais.  Mais en réalité on vit tellement à l’ère de la sur-culpabilisation qu’il me semble toujours utile de rappeler des choses simples comme : personne n’est parfait, les gars.

Si vous êtes dans une démarche d’éthiquisation de votre armoire et de prise de conscience c’est déjà formidable et, sans l’ombre d’un doute, c’est un effort que ne fournissent pas la majeure partie des gens. Alors félicitez-vous ! Et surtout soyez indulgents si un jour de moral dans les chaussettes vous décidez de vous offrir un jean pas bio-éthique-made in France dont vous n’avez pas besoin.

Comme on dit dans le Kentucky « Done is better than perfect ».

 

On (ethic) sale

Aaaah les soldes… Cet événement si sacré et si excitant il y a encore quelques années…

Aujourd’hui quand je regarde la période des soldes j’ai l’impression de voir un vieux chat miteux à moitié dépoilé qui vivrait dans un carton au fond d’une ruelle sombre, un truc qui aurait perdu toute sa superbe à force de ventes privées, de mid season sales et autres codes promo distribués tous les mois…

(je sais, c’est pas sympa pour le chat mais on a les images qu’on a…)

Heureusement ça a gardé de l’intérêt dès lors qu’on s’éloigne un peu des grandes marques et de la fast fashion et qu’on va faire un tour – du côté de chez Swann – du côté des petits créateurs !

Comme souvent je vous ai donc magouillé une petite sélection spéciale « c’est en soldes ouais mais c’est éthique alors vas y claque ton fric » (non en vrai tu fais comme tu veux, c’était surtout pour la rime) et j’espère qu’elle vous plaira  ❤️

1 – Top en lin Mango&Salt x Close 

Issu de la collaboration entre Victoria (du blog Mango & Salt) et Close, la marque propre de Monshowroom, ce petit top, en plus d’être canon, a été produit de façon éthique (et si vous avez envie d’en savoir plus je vous invite à lire le post, très complet, de Victoria)

2 – Palette d’enlumineurs RMS Beauty 

Trouver les produits RMS en promo est un fait assez rare alors une palette entière ! RMS c’est vraiment ma marque chouchou depuis quelques temps. Compo impeccable, textures dingues, super tenue, jolis packagings… Bref tout ce que j’aime chez la cosmeto bio ! Je possède tous les enlumineurs présents dans cette palette et je vous assure qu’ils sont tous plus beaux les uns que les autres en mode tu t’en tartinerais bien sur l’entièreté du corps.

3 – Boucle d’oreille De La Forge 

Mon coup de coeur bijoux de l’année. Les bijoux De La Forge sont imaginés et fabriqués entièrement en France, ils sont beaux et ils ne ressemblent à aucun autres.

4 – Robe Eple & Melk 

Bon celle-ci c’est mon craquage au moment de la sélection – ouais on va pas se mentir, ça arrive assez souvent, uhuh…je suis humaine, meeeeeerde !

5 – Baskets Good Guys Don’t Wear Leather 

Je possède ce modèle en version argentée et elles sont dans le top 3 des chaussures que je porte le plus ! Good Guys c’est une marque française entièrement véganie friendly, certifiée par la PETA et Oeko Tex Standard 100, tous leurs modèles sont 100% recyclables et sont fabriqués en Italie, Espagne ou Portugal.

6 – Chemise Kings of Indigo 

100% coton bio, Kings Of Indigo est une chouette marque éthique et écologique de denim.

7 – Sac à dos Matt & Nat 

Celui là je lorgne dessus depuis plusieurs mois… Tout végane, sobre mais efficace, intérieur en plastique recyclé et vraiment une marque de très bonne qualité !

8 – Chaussettes Charlotte Sometimes 

Des petites chaussettes en lurex entièrement tricotées en France. Pas besoin d’ajouter quoi que ce soit, on est d’accord.

9 – Sweat Le Bestiaire 

Je sais qu’il fait à peu près 72° sur la France en ce moment mais ce sweat me fait grave rêver ! Tissu et confection française, coloris à tomber, tellement bien soldé que ce serait dommage de s’en priver d’autant plus qu’il existe aussi en bleu marine.