Style

5 conseils pour une armoire plus éthique

Ça commence à faire quelques années que je parle de mode éthique et que je m’y intéresse, et ce qui m’a toujours frappé c’est l’assimilation quasi directe de « mode éthique » avec « ce n’est pas accessible ».

C’est un peu comme quand tu dis que tu es vegan et que les gens pensent que tu es sous-alimenté parce que tu n’as le droit de manger que des cailloux et de l’herbe.

Ou quand tu dis essayer de cultiver ta conscience écolo et que les gens hallucinent que tu aies encore de l’électricité chez toi.

Un ramassis de bullshit et un gros condensé de clichés qui nous fait penser que s’habiller de façon éthique nécessite forcément de souffrir, de se prendre la tête et surtout d’avoir le salaire de Macron .

Aujourd’hui je vous propose donc de nous assoir sur les clichés et de découvrir 5 façons de rendre son armoire plus éthique, à la cool et quand on n’a pas un gros budget !

1. AIMER/PORTER/SOIGNER

C’est, à mon sens, la base de tout. Aimer ses vêtements, les porter et en prendre soin. Et ce peu importe la marque ! À l’heure de la fast fashion et de la mode jetable on perd facilement de vue qu’un vêtement est censé durer des années et des années et que si la qualité de base n’est pas totalement miteuse (aka tu sais ces tee-shirts que tu laves une fois et qui ressortent en ayant l’air de s’être fait bouffés par une armé de mites enragées ?) beaucoup de vêtements, bien entretenus, peuvent nous suivre pendant très longtemps.

J’ai d’ailleurs pas mal de trucs de chez Zara ou H&M ou de marques pas forcément assimilées à du « super quali » qui se portent extrêmement bien après des années et des années de bon et loyaux services.

Et une fois qu’on aime et qu’on porte ses sapes, un bon entretien reste la clé d’une relation à la « ils vécurent heureux et eurent pléthore d’enfants » 

1. Laver le moins possible les vêtements ! Je ne sais pas vraiment comment ça fonctionne chez les autres mais chez moi on ne lave un vêtement que s’il est taché ou s’il sent le rat crevé (bon, en vrai on attend pas d’atteindre ce stade mais c’était pour le style). S’il a simplement été porté et qu’il s’en sort bien à la fin de la journée, il est plié et rangé.

S’il sent un peu mauvais on tente de l’aérer un peu. S’il a juste une petite tache on essaie de l’enlever à la main plutôt que de mettre tout le package dans la machine.

2. Si un vêtement a besoin d’être lavé (parce oui, ça arrive…et en vrai personne ne vous en voudra si vous finissez par laver votre tee-shirt porté pendant 6 jours et qui sent fort le choux de Bruxelles), on jette un oeil à l’étiquette avant de le balancer dans le tambour !

3. Essayer de favoriser les détergents doux, si possible bio/éco-reponsables parce que c’est quand même plus sympa pour la planète (btw, vous pouvez retrouver une recette de lessive maison juste ici…. JDCJDR).

4. Laver à basse température. Une fois de plus c’est moins agressif pour les fibres et plus sympa pour la planète.

5. Trier son linge. Evidemment. Personnellement j’ai un panier pour le blanc, un pour le foncé/couleurs, un pour les draps/serviettes/etc. et un pour les pulls. Le premier permet d’éviter que le blanc ne grisonne en étant lavé avec des couleurs foncées (ou que vos slips immaculés ressortent rose bonbon, aussi.), le second c’est la lessive fourre-tout, les 3ème c’est le linge que je lave à température un peu plus haute et le dernier c’est le délicat, toujours lavé à froid

6. Faire sécher le mieux possible pour éviter les déformations : les pulls à plat et les vestes sur cintres par exemple. Laisser sécher à l’air plutôt qu’en sèche-linge

7. Et bien entendu bien ranger ses vêtements ! Certains vêtements se porteront mieux si on les plie (comme les pulls) et d’autres si on les suspend (comme les robes ou les blouses/chemises). On essaie d’éviter les armoires qui débordent et les piles de sapes supra-comprimées.

2. ACHETER MOINS ET MIEUX CHOISIR

Ok. Encore une fois à l’heure de la fast fashion c’est parfois la croix et la bannière mais…ce n’est pas impossible pour autant !

Pour acheter moins mon premier conseil est déjà de ne plus mettre les pieds dans les magasins hors besoin vital du genre vous venez de flinguer votre dernière paire de chaussures et vous marchez maintenant pieds nus dans la rue. Bon ok, c’est un peu l’extrême limite – j’espère que vous avez tous le générique dans la tête – mais vous voyez l’idée : éviter les magasins et, si c’est un habitude qu’on a, arrêter de faire des virées shopping dans le simple but d’acheter des trucs.

De même pour les boutiques en ligne, essayer d’éviter les sessions de navigation « juste pour jeter un oeil »…(lol).

Ensuite, mieux choisir ses vêtements c’est aussi bien se connaître. Savoir ce qui nous va ou non, connaître ses goûts réels (et pas ceux influencés par ce que l’on voit dans les magasines ou sur le net). Moi par exemple j’ai fini par accepter que la façon dont je me sentais le mieux et le plus moi-même c’était habillée le plus simplement possible : le combo jean-converse-sweat-shirt c’est mon dada.

Alors évidemment ça ne m’empêche pas d’avoir des pièces fortes dans ma garde-robe, de les adorer et, même si je les porte moins souvent, de les garder précieusement, mais j’essaie toujours d’y réfléchir à 2 fois avant d’acheter une pièce forte, très colorée ou imprimée parce que je sais que : petit 1, ce n’est pas ce que je porte le plus souvent et, petit 2, j’en possède déjà chez moi qui sont très bien.

3. ACHETER DE SECONDE-MAIN

Certains diront que déjà bien trop de vêtements ont été produits sur cette planète et qu’il faut simplement cesser d’en produire. J’aurais envie de répondre pas faux mon pote mais bon courage.

Néanmoins s’il y a une absolue vérité en matière de mode et de consommation éthique c’est bien qu’acheter de seconde main est un des gestes les plus engagés que l’on puisse faire. Et à mon sens encore plus que d’acheter neuf chez une marque estampillée comme éthique.

Je sais que beaucoup de personnes sont réticentes à l’idée d’acheter des vêtements ayant déjà été portés par d’autres mais dites-vous que quand vous achetez une petite robe en ligne ou en magasin, 90% du temps, il y a déjà eu une autre personne à l’intérieur + entre un vêtement déjà porté donc potentiellement un peu cracra et un vêtement qui sort d’usine blindé de pétro-chimie et qui file le cancer de la peau… Bon…😬

En vrai il suffit juste de laver les vêtements. (merci Coline)

Acheter de seconde main c’est vraiment chouette parce que ça évite le gaspillage en donnant une seconde vie à des vêtements qui auraient peut-être fini à la poubelle, ça permet de faire des économies… et je trouve que ça permet aussi de ne pas être dans un achat trop impulsif : fouiller dans une friperie, en vrai ou en ligne, ça demande du temps et, surtout en ligne, je trouve qu’on n’a pas vraiment tendance à y aller en mode « tiens voyons ce qu’il y a de nouveau ». En gros on va plutôt y aller si on cherche quelque chose de particulier et ça c’est plutôt une bonne chose !

— QUELQUES ADRESSES SUR LE NET

Vide Dressing – choix énorme et gamme de prix trèèès large

Vestiaire Collective – plutôt axé moyen à très haut de gamme

Vinted – plutôt axé petits prix

Tictail – On y trouve beaucoup de produits neufs mais aussi beaucoup de vide-dressings et dépôts-vente

Label Emmaüs – la boutique en ligne d’Emmaüs

Il existe évidemment des vingtaines d’autres friperies et dépôt-vente en ligne et si je préfère vous parler des sites que j’ai déjà pu tester (et approuver), de votre côté n’hésitez pas à fouiller sur le web et à partager vos découvertes ici !

4. ACHETER CHEZ DES MARQUES ÉTHIQUES

Et enfin, quand on a le budget qui suit on peut évidemment éthiquiser sa garde-robe en achetant chez des marques dites éthiques.

Alors le terme est vague, j’en ai déjà parlé de tas de fois, une marque dite éthique peut regrouper tout un tas de critères et c’est à chacun de définir ce qui est éthique à ses yeux. Exemple : pour certaines personnes acheter un pull en laine biologique provenant d’un petit élevage familial du Larzac sera un achat super éthique alors que pour moi ce ne le sera pas du tout.

Mais encore une fois, l’achat chez une marque éthique ne me semble pas une fin en soi et la règle du acheter moins mais mieux s’applique aussi aux marques éthiques. En gros rien ne sert d’acheter un truc qui ne vous transcende pas juste parce qu’il y a marqué « bio made in France éthique vas y on plante un arbre si tu achète ce pull » sur l’étiquette.

Pour info je suis sur un petit « annuaire » de la mode éthique depuis…euh depuis un moment ! J’essayerai de fignoler ça et de vous le mettre en ligne dans les semaines qui viennent !

5. NE PAS S’AUTO-FLAGELLER

Mon conseil préféré de la vie que je colle partout et à toutes les sauces toi-même tu sais.  Mais en réalité on vit tellement à l’ère de la sur-culpabilisation qu’il me semble toujours utile de rappeler des choses simples comme : personne n’est parfait, les gars.

Si vous êtes dans une démarche d’éthiquisation de votre armoire et de prise de conscience c’est déjà formidable et, sans l’ombre d’un doute, c’est un effort que ne fournissent pas la majeure partie des gens. Alors félicitez-vous ! Et surtout soyez indulgents si un jour de moral dans les chaussettes vous décidez de vous offrir un jean pas bio-éthique-made in France dont vous n’avez pas besoin.

Comme on dit dans le Kentucky « Done is better than perfect ».

 

Doit-on acheter des vêtements de maternité ?

Ok, 6 mois de grossesse, un ventre qui a centuplé de volume, 2 bonnets, 1 taille de soutif et 7 kilos plus tard, nous voilà !

Depuis le début de ma grossesse je me sens dans un mood très « slow » : slow makeup, slow cosmétique, slow life, slow sieste, slow tartines, slow Netflix & chill sur le canap’… Et en début d’année je vous avais fait part de mon envie de me concentrer un peu plus sur la slow fashion et de me tourner encore un peu plus vers une mode plus éthique.

Oui mais c’était sans compter sur tout ce que j’ai énuméré en intro de cet article, hé ! Disons que ça change légèrement la donne et que toute la sphère dressing s’en trouve chamboulée. En 1 mois à peine j’ai dû remiser une énorme partie de ma garde-robe pour cause de « tu ne rentres définitivement plus dans ce 501 et non tes seins écrabouillés dans cette robe ne font absolument pas oublier tes cernes et ton acné ».

Et si, en toute honnêteté, je n’ai posé aucun « règle » sur ces 9 mois et + (comme toujours hein, je vous rappelle que non je ne suis pas minimaliste-zéro déchet-petite reine de l’éthique-en quête perpétuelle de perfection. Ici on vit, on expérimente, on est humain, on est plein de contradictions et on le vit bien) j’étais quand même partie avec l’envie de ne surtout pas abuser côté shopping et surtout côté shopping spécial « maternité ».

Ce qui nous amène (vous noterez la brièveté de l’intro. j’attends vos emoji applaudissements, merci) à la question centrale de cet article : faut-il investir dans des vêtements de maternité ?

La question se pose à bien des égards, que l’on soit dans une optique de réduction de sa consommation, de tout petit budget ou d’envie de simplicité ou les trois à la fois ou autre chose encore.

#1 AVANT TOUTE CHOSE

Je pense qu’il est très important de ne pas oublier que la grossesse est une période extrêmement particulière et de ne surtout pas oublier que femme enceinte ça ne rime pas forcément avec joie, allégresse ou épanouissement, qu’il faut définitivement dézinguer cette image d’Epinal de la femme enceinte de MagicMaman.com toujours heureuse et belle et qui se sent bien dans sa peau. Enceinte on peut se sentir moche, se sentir mal dans son corps, ne plus le reconnaître, se préférer « pas enceinte » et j’en passe. C’est une période qui peut rendre le rapport au corps difficile et, cause à effet, l’habillement difficile. Prétendre que ça n’a pas la moindre importance dans cette société où les femmes sont constamment sous pression, à commencer par physiquement, est d’une malhonnêteté crasse.

Fin du petit laïus féministe 😎.

#2 CES CHOSES INUTILES

Société de consommation, capitalisme et pression sociale, tel est le monde dans lequel on vit et dans lequel, dès qu’on est enceinte, on nous fait croire que l’on a besoin d’un milliard de trucs « spécial maternité ».

Parmi les choses que je considère absolument inutiles il y a :

  • Les culottes de grossesse. Quelle connerie, sérieusement, les culottes dites « de maternité » n’étant rien d’autre que des slips taille basse. Personnellement j’ai simplement investi dans quelques culottes en microfibre (donc qui ne saucissonnent pas et sont ultra confort) achetées directement au supermarché du coin. J’évite les culottes avec élastique en haut (typiquement les slibards Calvin Klein) bien que la plupart de celles que je possède fassent encore bien l’affaire dans mon cas.
  • Les leggings de grossesse. Bon, je reconnais que c’est une affaire de goût mais personnellement je trouve assez inconfortable tous ces jeans et leggings et collants qui remontent au dessus du bide et j’ai une nette préférence pour tout ce qui passe en dessous. Dans tous les cas un legging élastique replié sous le ventre je vous assure que ça fait l’affaire 8000.
  • Les soutien-gorges de grossesse. Inutile. Inutile. Inu. Tile. La seule chose que je recommande pour les premières semaines, quand les seins prennent beaucoup de volume d’un coup et peuvent être (très) douloureux ce sont les brassières en microfibre, sans coutures du type les Zero Feel de Sloggi. Celles que je possède m’ont vraiment sauvé la mise les premières semaines et leur élasticité a fait que j’ai pu les porter (littéralement jour et nuit) facilement jusqu’à ce que ma poitrine atteigne sa « taille de croisière ».
  • Les pyjamas de grossesse. Bon dieu, ça aussi… N’importe quel bas de pyjama avec taille élastique devrait vous suivre easy peasy pendant 9 mois. Pareil pour les robes de chambre ou les peignoirs. Pareil pour les hauts de pyjama où un tee-shirt un peu long, voire les tee-shirts de votre mec devraient amplement suffire.
  • Et beaucoup des vêtements estampillés « mama » mais on va y revenir…

Evidemment inutile ne signifie pas qu’on n’a pas le droit d’en avoir. Non parce que sinon mis à part manger boire dormir et aller aux toilettes qu’est-ce qui est utile dans la vie ?

| Tee-shirt H&M Conscious – Salopette H&M – Casquette de seconde main spéciale j’ai les cheveux gras laisse moi |

#3 POURQUOI ÉVITER UN MAXIMUM LES VÊTEMENTS DE MATERNITÉ ?

Pour la simple et plutôt bonne raison que d’ici quelques mois ils ne seront plus d’aucune utilité. Les vêtements de maternité sont prévus pour « accueillir » les gros ventres et de ce fait le rendu sur une femme qui n’a pas de polichinelle dans le tiroir est juste…moche. Enfin… pas top, quoi. En mode tiens il manque un truc c’est chelou. Alors évidemment ces vêtements on peut les revendre, on peut les filer à une copine, on peut les donner à des associations etc. pour éviter que ce ne soit « perdu » mais à mon sens, quand on veut éviter ce genre d’achats, le mieux reste de s’adapter, de ne pas trop céder aux sirènes du marketing et de penser long terme !

#4 COMMENT S’HABILLER, ENCEINTE, SANS VÊTEMENTS DE MATERNITÉ ?

Alors, il va de soi – mais je préfère toujours préciser – que ces conseils ne pourront jamais être applicables à tout le monde et ce pour de multiples raisons mais comme vous le savez : je propose et vous disposez ! :)

Continuer à porter ses vêtements pré-grossesse c’est possible dans plusieurs cas :

  • Si on n’a pas pris trop de poids (et de poitrine aussi !)
  • Si on a une garde robe plutôt cool aka sans trop de coupes très près du corps de type jeans skinny taille haute ou petit top ultra moulant sans elasthanne ou jupe crayon ou…bref vous voyez l’esprit.
  • En étant un peu astucieuse.
  • En investissant ou en empruntant quelques pièces bien pensées.

Ce que l’on peut continuer à porter :

  • Des robes, des robes et encore des robes ! Moi qui ne suis, de base, pas très branchée robe en été, comment vous dire que je n’ai quasi porté que ça ! Pour que ça se passe bien je mettrais simplement 2 conditions : qu’elles soient soit amples, aussi bien au niveau de la poitrine (exemple : la majeure partie de mes robes ne passent plus à cause de mes seins) que du corps ou qu’elles soient très élastiques. Typiquement les robes qu’on appelle « babydoll », ou à coupe empire, les robes longues qui sont souvent amples et plutôt fluides et les robes dites « bodycon » (comme celle-ci par exemple) souvent pleines de stretch.

 

  • Des shorts et des pantalons très taille basse ou avec une taille élastique. J’ai pu porter jusqu’à quasi 5 mois 2 shorts pré-grossesse grâce à leur taille particulièrement basse. Pour les pantalons à taille élastique ça passe à condition qu’il ne soient pas taille haute sans quoi il faut soit les replier sous le ventre, soit les laisser de côté.

 

  • Tous les tops…jusqu’à un certain stade et/ou ça dépend du top. Ici encore ça va beaucoup dépendre de la coupe mais les premiers mois le ventre ne prend pas tant de place que ça et, encore une fois, si vous êtes plutôt adepte des coupes loose ou des matières assez élastiques, pas de soucis. Là où ça peut commencer à coincer c’est niveau longueur. Passé un certain volume une grande partie risque de se transformer en crop-top mais rien n’empêche de porter un débardeur long en dessous de sa chemise, de porter sa chemise par dessus une robe ou encore de piquer les fringues de son mec. Il existe aussi  plein de tops, tee-shirts, chemises, tuniques pas estampillés « mama » mais naturellement longs. Personnellement je réfléchis d’ailleurs sérieusement à me prendre 1 ou 2 tee-shirt à manches longues coupe tunisien comme celui que je porte aujourd’hui puisqu’il me suivra sans aucun souci jusqu’à la fin de ma grossesse – enfin normalement… -, je pourrais le porter par la suite pour allaiter puisqu’il s’ouvre super facilement et largement et continuer à le porter par la suite puisqu’on est quand même sur un basique d’une basiqueté ultime.

 

  • Des salopettes. Ouais cliché 8000 la femme enceinte dans sa salopette, une barquette de fraise dans une main et un pot de peinture dans l’autre, i know. Mais si la salopette est tellement portée par les femmes enceinte c’est simplement parce qu’elle tient en place, qu’elle est – à priori – confortable et qu’elle TIENT EN PLACE ! Jusqu’à un certain stade – voire jusqu’à la fin… on en reparlera – elle n’a pas besoin d’être « de grossesse ». Il suffit de laisser les boutons ouverts sur le côté et d’allonger les bretelles au fur et à mesure aka look at me dans ma salopette pas du tout de femme enceinte qui ne m’auréole certes pas de ce qu’il y a de plus gracieux mais si comme moi vous n’en avez rien à carrer d’avoir l’air gracieux gimme five ! ✋🏼

 

  • Les leggings. Personnellement j’ai du mal avec tout ces trucs qui remontent au dessus du ventre et les leggings de maternité en font partie. Personnellement je continue à porter ceux que je possédais avant cette grossesse – les vieux H&M noir à 10 balles qui tiennent ultra bien la route ! – et je les replie simplement sous mon ventre.

#5 BEN ON ACHÈTE QUOI ALORS ?

Ce que vous voulez. Once again. Mais si l’idée de ne pas vous tourner vers les vêtements de maternité vous plaît je pense que l’investissement peut se limiter à :

  • Des pantalons/jeans de maternité. Personnellement c’est la première chose que j’ai acheté puisqu’à 1 mois et quelques je ne fermais déjà plus 98% de mes pantalons. Alors j’ai tout testé, les élastiqués taille basse (bien mais ont tendance à glisser, surtout au début), les élastiqués sur le côté très taille basse (vraiment confort, ce sont mes favs mais il faut aimer avoir le fut si bas sous le ventre), les élastiqués classiques sur le côté (assez affreux si l’élastique n’est pas assez souple, ça t’écrase littéralement l’uterus merci mais non merci) et les fameux élastiqués jusque sous les nibards. Dans mon cas c’est vraiment le truc indispensable dont je ne pouvais pas me passer et même s’il existe des agrandisseurs de jeans et des astuces pour continuer à porter ses jeans pré-grossesse, 2/3 pantalons neufs et adaptés sont vraiment les bienvenus.

Et c’est tout ce que j’ai envie de mettre dans cette liste car, comme on l’a vu plus haut, tout le reste peut potentiellement continuer à passer pendant 9 mois et +.


Voilà qui devrait – je l’espère ! – vous aider et vous inspirer si vous êtes enceinte ou si vous prévoyez de l’être un jour !

 

 

Mes bijoux du moment #2

De retour avec une vidéo 100% qui brille parce que les bijoux c’est la vie !

Vous pouvez voir la première édition juste ici.

DANS CETTE VIDÉO

• Boucles d’oreilles « Nouk » Salomé Charly

• Boucles d’oreilles « Zivir » Salomé Charly

• Médaille « Joseph » Monsieur

• Collier Monsieur

• Médaille « Antic » Objet Trouvé

• Bagues Aglaïa
http://bit.ly/2OBBHH9
http://bit.ly/2O5WYrz
http://bit.ly/2OxJfuy

• Boucles d’oreilles Poupée Rousse

• Boucles d’oreilles Studio Sophie Tam

• Bague « Aphrodite » De La Forge