Un repas de Noël 100% bio qui ne vous mettra pas sur la paille

Article réalisé en partenariat avec les magasins bio Naturalia ♡ Pour en savoir plus à propos des partenariats Go Green cliquez ici !

En 2018, on a bien tenu notre pacte imaginaire avec Monsieur Hulot : glisser dans nos gosiers uniquement des produits bio (ok… si on exclut les repas dominicaux chez Mamie et la cantoche du boulot).

Mais nous voilà début décembre : un truc commence à nous filer des sueurs froides, et ce ne sont pas les 5°C affichés au thermomètre. NOËL. Le mot qui suinte la dinde bon marché, les blinis sous blister et les feuilletés surgelés.
Autant le reste de l’année, c’est assez facile de se tenir à carreaux sur le bio : on a commandé toutes les semaines notre petit panier de légumes estampillé AB, collé notre signature sur la pétition contre le glyphosate… On a “fait notre part”, comme dit le petit oiseau.

Sauf que dans quelques jours, il va falloir cuisiner un repas pour 15 personnes… Intégralement issu d’une production responsable, histoire de tenir les engagements pris avec notre propre conscience.
Du bio de l’apéro à la bûche : autant dire, on est marron. Pour renflouer nos bourses, on peut tout de suite commencer à manger des patates, leurs épluchures et la terre qui va avec jusqu’au 24.

Allez, cessons de grelotter, j’ai dans mon traîneau quelques bons tuyaux pour un repas 100% labellisé à moindre frais !

Bah oui, désolée d’en remettre une louche (ou plutôt de vous en resservir une tranche), mais c’est #labase. Sans même parler de la souffrance animale – c’est Noël, pas le moment de vous foutre les boules – écarter le budget dinde est la garantie de ne pas se faire plumer. Comptez environ 150€ en moins sur l’addition.
Et je ne parle même pas du foie gras qui plombe sérieusement la note… et la conscience. “Ce n’est qu’une fois dans l’année”, rétorque votre beau-frère avec sa serviette coincée dans le col de la chemise : oui, c’est vrai, in fine ça ne fait que 37 millions de canards abattus tous les ans pour finir tartinés sur du pain de mie. Anecdotique.
Oups, pardon… j’avais dit que je ne voulais pas vous mettre le moral dans les chaussettes-flocons. Bon, passons vite à la suite pour raviver la bonne humeur de Noël ^^.

Non pas pour se venger de tonton Bernard qui nous a fait le coup du “cri de la carotte” dès l’apéro, mais pour se mettre aux fourneaux.
Je sais, ça fait du boulot, pourtant c’est la meilleure façon de faire fondre la facture comme neige au soleil. Alors évidemment, ça implique de cuisiner des choses simples : on évitera la pièce montée sur 5 étages sous peine de finir en PLS sous le sapin le soir du réveillon.

Préférons, par exemple :

Et pour vous épargner la cohue des supermarchés, notez que Naturaliainspirés par les méthodes d’un entrepreneur barbu vêtu de rouge – livre vos ingrédients dans toute la France.

Pour rappel, c’est quand même Noël : il va falloir faire pétiller les becs des invités. Et ce n’est pas avec une salade d’endives à l’huile ou des patates vapeur qu’on va leur faire atteindre l’extase digne des grands soirs.

Donc il va falloir miser sur des ingrédients à fort potentiel, nobles ou qui s’anoblissent lors de la préparation, qui apportent un goût puissant et sont capables de pimper avec classe les plats les plus fadasses.

  • Les champignons

On laissera de côté la truffe qui coûte plus cher au kilo que des vacances all inclusive à Djerba pour une famille de 5 personnes, et à la place on pourra choisir de bons champignons de Paris (qui viennent de France, n’est-ce pas ?! Au risque de défriser la barbe du Père-Noël, je tiens à rappeler que 70% d’entre eux sont chinois).
Quelques cèpes et bolets séchés, en petites touches, seront parfait pour réhausser le goût de certains plats.

  • Les graines

N’importe quelle nourriture d’oiseau qui vous tombe sous la main : pignons, sésame, tournesol, lin, sarrasin… Non seulement ces graines sont bourrées de nutriments, mais en plus, elles rendent les plats plus croquants et savoureux (par pitié, épargnons-nous le “croquant-gourmand” de Lignac, ça me donne envie de me rouler en boule en geignant sous la table de la cuisine). Mon astuce, c’est de les faire torréfier quelques minutes à la poêle, sans matière grasse, pour intensifier les arômes et apporter des notes fumées et musquées qui rappellent celles de la viande (ça fera le bonheur des carnassiers de la tablée ^^).

  • Les herbes & épices

Sur une base de recette simple, elles font des miracles : les herbes fraîches (bon d’accord, congelées de cet été, mais elles feront le job) et les épices traditionnelles de Noël comme la cannelle (même dans un plat salé !), la badiane, le cumin, la cardamome, la muscade, le gingembre frais… Pour un réveillon pimenté et une facture moins salée, il est fort recommandé d’en saupoudrer allègrement sur toutes les plâtrées !

  • Les fruits

Mais pas n’importe lesquels ! Mes favoris pour impressionner la galerie : les zestes d’orange, les tomates séchées, la noix de coco râpée, et bien sûr, les incontournables châtaignes & marrons qui mettront tout le monde au diapason.

  • Les sauces et condiments

Miso, sauce soja, huile de sésame, algues : on peut faire confiance aux Japonais pour transcender le palais. En parsemer avec légèreté relèvera subtilement les plats sans altérer les saveurs traditionnelles de Noël.
Quelques gouttes de vinaigre balsamique, d’huile de noix, de sirop d’érable ou de miel font aussi des miracles.

C’est le moment de mettre en application les savoirs culinaires ingurgités par nos cerveaux en veille devant Top Chef cet hiver.

  • Les confits

Pour la cuisson, on enferme le cuit-vapeur à double tour dans le placard : une assiette de légumes à l’eau ne fera jamais rappliquer le Père-Noël. A la place, on utilise un grand plat que l’on tapisse d’huile d’olive et d’herbes fraîches, sur lequel on dispose les légumes avec quelques gousses d’ail et encore un généreux filet d’huile (nota bene : la maison ne fournit pas les cures minceur post-réveillon) : on recouvre de papier alu et on enfourne tout ça pendant environ 1h jusqu’à ce les légumes aient un peu bruni et donc… confit.

  • Les mousses

Point de purée pour réveillonner : on préfèrera s’émoustiller sur les mousses, nettement plus légères et gastronomie-friendly.
L’astuce : cuire puis mixer des légumes – par exemple des champignons – avec de l’oignon, de l’ail, de la crème de soja et du tofu nature, placer au frais pour que le mélange épaississe puis utiliser une poche à douille pour dresser sur des blinis. Effet “réception de l’ambassadeur” garanti.

  • Les terrines

Bien plus chic que le pâté, plus distingué que les rillettes : les terrines. Ca fonctionne avec n’importe quel légume mixé, pourvu qu’on y ajoute de l’agar agar qui va gélifier la préparation. Cette recette sur le blog de Naturalia est un très bon exemple.

C’est aussi le moment de mettre le paquet sur la présentation avec, par exemple, des étoiles de badiane, des branches de romarin séchées, des tranches d’oranges confites disposés avec parcimonie sur les assiettes pour un effet visuel flamboyant.

 

Vous voilà avec tous les ingrédients pour un Noël super bio, alléchant et étincelant… Qui ne vous laissera pas sur la paille (rapport à la crèche, pour ceux qui ne l’avaient pas ^^).

IDÉES CADEAUX : Durables – Responsables – Abordables

Blasé d’offrir des coffrets Sephora, des lots de chaussettes et des bons d’achat ?

Ça tombe bien, j’ai des idées de cadeaux mucho sympatico mais surtout des idées de cadeaux durables, responsables et abordables !

Retrouvez la vidéo de l’année dernière juste ici !

 

 

✘ DANS CETTE VIDÉO ✘

• Abonnement à un magazine / journal

(exemple : Mon Quotidien, Le Journal de Mickey, Pom d’Api, Tralalire…)

Montre Aglaïa *
-15% sur tout le site avec le code EPPC15

• Bague Aglaïa en plaqué or et onyx *

• Bague plaqué or Aglaïa *

Saveurs Vegan de Ellen Fremont

25 assiettes vegan de Marie Laforet

Libérées ! de Titiou Lecoq

• Mes vidéos sur les objets zéro déchet :

Faire du bon café version zéro déchet

Réduire le plastique dans sa vie de tous les jours 

Cuisine : Moins de déchets et plus d’économies

Salle de bain : Moins de déchets !

• Quelques bons articles sur les boutures :

Faire des boutures de plantes grasses 

Faire des boutures de Monstera

*placement de produit

NEW IN – 43

Toujours enceinte jusqu’aux dents à l’heure où j’écris cet article j’ai définitivement abandonné l’idée d’être habillée autrement qu’en legging, tee-shirt long et gros gilet. De toute façon je ne rentre plus dans rien d’autre alors ce minimalisme de l’extrême s’est un peu imposé par lui-même en mode le relou qui met le pied dans la porte.

Mais dieu soit loué le bout du tunnel est proche et j’ai bon espoir de pouvoir reporter des vêtements normaux d’ici quelques semaines #allezcourageColine !

|Robe Qed London|

Enfin normaux… «  » »normaux » » » on va dire puisque allaitement oblige je me rends bien compte que je m’apprête à me lancer illico presto dans une autre sorte de défi vestimentaire. Comme pour ma grossesse je n’ai pas envie d’investir dans des vêtements spéciaux donc depuis quelques temps j’observe et j’analyse ma garde-robe en me demandant ce que je vais bien pouvoir porter et je m’octroie un peu de shopping de ci de là histoire de me mettre un peu de baume au coeur.

Dans ma ligne de mire on trouve principalement des chemises, tout ce qui a un col V à outrance, du stretch et tout ce qui ressemble de près ou de loin à un cache-coeur. Et je vous le donne en mille, cette robe, même si pas encore testée in situ s’annonce comme un de mes meilleurs achats !

La matière est d’une douceur absolue, la coupe ravissante, le décolleté est très profond et elle a juste ce qu’il faut d’élasticité pour la rendre totalement boobs friendly ! Ça sent le sans faute absolu ! Et j’y ai tellement cru que je l’ai direct prise en deux coloris.

 

|Bougie Sapin de Lumière – Diptyque / aussi dispo en petit format|

Depuis quelques années j’ai la chance de recevoir une bougie de Noël Diptyque et, tous les ans, sans exception, c’est un petit cadeau qui me met en joie. Cette année j’ai donc accueilli la jolie « Sapin de Lumière » (lâche un pouce si toi aussi tu lis le nom de cette bougie sur l’air de Papillon de Lumière de Cindy Sanders…) et, une fois de plus, c’est une merveille totale.

Dès le packaging c’est une grande rafale de Noël dans ta face et alors à peine le carton ouvert… L’odeur de la bougie te saute dessus en chantant « we wish you a merry christmas ». Les notes de coeur sont le sapin et des notes vertes et la note de fond une odeur de cèdres. En somme ça donne une bougie qui sent le sapin mais le bon sapin, une odeur forte, boisée mais avec une fraîcheur surprenante. Une bougie de Noël en gros.

|Baumes à lèvres teintés – Rouge Bunny Rouge|

|de gauche à droite : Amazing Anemones – Playful Primrose – Poised Peonies|

Je parle beaucoup de ces baumes à lèvres mais ça faisait teeeeellement longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de coeur pour du maquillage que je me sens obligée d’en remettre une couche. D’autant plus qu’ici la petite nouveauté c’est qu’en plus des teintes Amazing Anemones et Poised Peonies je me suis amourachée de Playful Primrose. Un petit rose frais qui te donne immédiatement un air de jeune jouvencelle pimpante qui sort tout juste du lit. |Bague Monsieur Paris|

Nouvelle petite beauté à mon doigt, cette bague Monsieur Paris, assortie à ma médaille Joseph.

|Chuck 70 – Converse|

Officiellement pas les pompes les plus faciles à vivre pour moi en ce moment mais de loin mes préférées ! Le modèle est inspiré de ceux des années 70 – ce qui lui confère une petite dégaine encore plus cool que les All Star classiques – et alors cet imprimé écossais… on en parle ou pas ?

Ma grande joie du moment, ma bouture de philodendron qui a ENFIN sorti une nouvelle feuille !
Si cet été, avec le soleil et notre nouvelle maison très lumineuse mon philodendron a pondu à peu près 6 nouvelles feuilles (oui c’est assez fou, je crois que cette maison est magique) j’avais quand même envie de le multiplier… Notamment parce que le mien est sur un gros tuteur, pas moche en soi mais j’avais envie d’une plante un peu plus free…

J’ai donc tenté de couper quelques feuilles et leur tiges, de les mettre dans l’eau histoire de voir si ça me sortait des racines mais 3 mois plus tard si les feuilles sont toujours là, pas l’once d’une ombre de racine. Le fail. Entre temps j’avais donc tenté le tout pour le tout et coupé une bonne tige et ses deux feuilles, balancé le tout dans un pot de terre, brûlé 2-3 cierges et récité une incantation en espérant que ça prenne…

Vous avez le verdict sous les yeux, ça a fonctionné ! Alors ça a été long, j’ai bien cru qu’il n’allait jamais rien se passer mais ça y est, la machine est lancée !

|Tawashis Anthropologie – Cuillères doseuses en céramique Anthropologie – Planche à découper H&M Home|

J’ai totalement perdu la raison face à ces petits tawashis en forme de poissons… Si vous ne connaissez pas le principe des tawashis, il s’agit en fait de petite éponges tissées (que l’on voit plus communément sous cette forme et que l’on peut très facilement réaliser soi-même à partir de vieux t-shirts) qui peuvent remplacer les bonnes vieilles éponges traditionnelles. À la différence près que le tawashi se lave a contrario de sa frangine qui, elle, finit toujours par sentir le rat crevé et termine toujours sa course au fond de la poubelle.

Quant aux cuillères doseuses, après avoir cassé les miennes les unes après les autres au fil des années (tristesse car elles étaient plus jolies et un peu plus pratiques) j’ai jeté mon dévolu sur celles-ci. Pratique 8000 pour cuisiner, notamment lorsque l’on suit des recettes américaines où toutes les mesures sont faites à partir de ce type de cuillères.

Toujours pas nouveau, voire qui commence à dater un peu mais je vous mets au défi de trouver sa tête en moins de 5 secondes. Chaud, hein ?