Archives du mot-clé motardes Gucci

Viens voir maman…

Je suis restée deux semaines sans mon perfecto.

DEUX SEMAINES!

D.E.U.X.S.E.M.A.I.N.E.S.

!!!!!!!!

La fin du monde. La mortadelle.

En clair j’ai failli y rester les gars. Non mais vraiment. En mode l’âme en peine, j’errais dans mon dressing à la recherche d’une veste lui arrivant ne serait-ce qu’à l’ongle du gros orteil…

Obligée de sortir mon trench mal fini et ma veste qui fait pleurer des larmes de sang aux passants qui me croisent… Ou pire encore: SANS VESTE.

Bref, pour celles qui ne l’auraient pas encore compris, ce perfecto c’est un peu toute ma vie. Un jour peut-être je vous raconterai son histoire haletante et passionnante ou comment j’ai failli ne JAMAIS l’acheter (on va garder ça pour un jour où je n’aurais vraiment, mais VRAIMENT RIEN à raconter hein, si vous voulez bien…).

Et d’ailleurs je reçois souvent des questions à son propos donc profitons de l’occasion pour y répondre: le mien a été acheté au printemps 2011. C’est un modèle qui a été réédité par la marque plusieurs saisons d’affilées et qui était encore dispo cet hiver. Je n’ai aucune idée du nom du modèle (qui a du en plus, à mon avis, changer à chaque saison…).mais étant donné qu’il n’est plus vendu par Maje je ne peux que vous conseiller les sites comme Ebay (à tenter, Ebay Belgique, me semble que Maje est implanté là-bas, non?), videdressing.com et compagnie.

Sur ces bonnes paroles je vous souhaite une excellente journée!

Perfecto Maje (déjà vu ici)

Foulard fait maison (mini-tuto ici)

Sweat Pimkie (en taille L)

Jupe Topshop (déjà vue ici)

Bottines Gucci (déjà vues ici)

Sac Cristi Garçonne (via Brand Bazar)(déjà vu ici)

Un peu moche de l’extérieur…

Bon je suis bien contente que mon « How to… » vous ai tellement plu! Et vu que ça reste ô combien d’actualité on continue dans les techniques de survie avec cette fois-ci une tenue « un peu moche de l’extérieur mais plutôt pas mal de l’intérieur ».

Puisque définitivement je ne peux pas rester habillée de la même manière ad vitam (premièrement on finirait par me taxer de grosse cradingue et concrètement on n’aurait pas forcément tort…. et deuxièmement faut pas déconner j’ai une réputation de blogueuse mode à entretenir, faut que j’innove, faut que j’en mette plein la vue, que les gens pleurent sur mon passage, émus par tant de beaaaauté. On n’a pas des vies faciles, moi j’vous l’dit…) je me suis donc mise en quête d’une nouvelle combinaison (de survie).

L’idée reste toujours de favoriser les matières CHAUDES (laine, tout ce qui vient de chez Damart, tout ce qui vient de chez Decath’ rayon ski/sports d’hiver) mais en rusant cette fois-ci pour qu’une fois en intérieur on ai l’air un peu moins…euh…un peu moins… bref, qu’on évite de ressembler à ça.

On empile donc le Damart, le pull en laine et une petite veste (avec manches c’est encore mieux, on est d’accord…), toujours le slim et aux pieds toujours du fourré mais cette fois sans les UGG (oui parce que ça reste quand même dans le top 3 des pompes les plus laides du monde, on sera d’accord…) et des chaussettes chaudes.

Et ce n’est qu’au moment de mettre le nez dehors qu’on sort sa botte secrète: le gilet chaud mais moche (et dans mon cas c’est TRES chaud mais très, TRES MOCHE)! Les plus courageuses pourront remplacer le GCMM par une polaire Kalenji mais perso c’est trop pour mon égo de blogueuse…

Le tout surplombé par, toujours, un bon vieux bonnet et une bonne vieille écharpe (vous remarquerez qu’il y a du mieux, celle-ci ne fait plus que 11 mètres de long) et the oh so famous doudoune qui reste quand même le must niveau chaleur avec la parka doublée (toute façon y a pas à chercher les plumes et les poils c’est quand même le mieux niveau isolation après la laine de verre…)

Pour les gants j’ai réussi à trouver mieux que le « doublé » avec des gants en polaire et avec anti-dérapant achetés chez Decathlon pour la modique somme de 5€ (Decathlon est votre ami, si si). Mais le plus chaud que j’ai pu voir les amis ce sont les gants Isotoner de Francis avec extérieur polaire et intérieur en moumoute. Là, très sérieusement, tu peux passer ton après-midi les mains dans la neige, aucune chance de perdre la moindre phalange à l’issue.

 

On pensera aussi à garder tous vos bons conseils dans un coin de la tête, à savoir:

– Le collant (voir le legging) sous le jean.

– L’empilement de collants quand on sort en jupe.

– Les jeans pas trop serrés pour laisser passer l’air et le laisser jouer son rôle d’isolant (Agatano, sérieux je te crois mais c’est au dessus de mes forces, psychologiquement ça ne passe pas -_-‘).

– Les « gants de pieds ». (Merci L’Autruche pour m’avoir rappelé l’existence de ces chaussettes!!)

 

Passez une belle journée et un très bon week end!


(N’est-il pas magnifique ce gilet COS que je n’ai que depuis 1 an et demi? On admirera son tombé immonde et ses sublimes bouloches, sans oublier les très importants petits détails comme celui-ci ou celui-là qui font évidemment, toute la différence)

 

Bonnet Zara

Echarpe 2Two

Doudoune The Kooples (hiver 2010/2011)

Gilet ultra moche mais ultra chaud COS (hiver 2010/2011)

Veste sans manches Topshop

Pull Ba&sh (hiver 2009/2010)

Slim Topsop Petite

Motardes Gucci

Collier H&M (ancienne collection), montre Hermès, bracelet Malababa (ancienne collection)

Barrettes Ban.Do


Histoire de qualité… Ou pas

 

Dans la série des questions philosophiques de la blogueuse mode aujourd’hui: « La garantie de qualité existe-t’elle? »

(Ooooooouh, ‘ttention…!)

 (C’est une VRAIE question que je me pose. Et pis c’est bon, on a bien fait les cons hier, ‘faut se ressaisir maintenant! ;-))

 

Par exemple, on dit souvent « Ooooouais H&M c’est cool mais c’est de la merde quand même! ». Pas faux. Je me vois concrètement mal garder un vêtement venant de là-bas plus de 2 ou 3 ans… Après, dépend da la fréquence à laquelle on le porte, on le lave, de quelle façon on en prend soin (ou pas), c’est certain. Mais pour avoir eu certaines choses H&M et pour les avoir beaucoup portées, l’issue est souvent la même —> Poubelle. Preuve à l’appui avec une jupe quasi similaire à celle que je porte aujourd’hui que j’ai usé jusqu’à la moelle, et ce jusqu’à devoir la jeter et en racheter une nouvelle.

 

Alors on peut tenter de se tourner vers du un peu plus « haut de gamme ». En restant chez les suedois mais en passant du côté COS, par exemple.

Et bien là aussi, même si c’est d’une qualité tout de même nettement supérieure, on tombe sur de la daube. Preuve à l’appui encore avec le gilet que je porte aujourd’hui (c’est celui-ci), acheté l’hiver dernier, 90€, 100% laine.

Premier lavage en machine, mode « laine, à la main et à froid », bim, le machin rétréci (‘toute façon il était un peu grand qu’elle se dit pour se consoler).

Et quelques mois plus tard, voilà qu’il commence à se trouer. Le gilet à 90€ de chez COS-un-peu-haut-de-gamme-je-pète-plus-haut-que-mon-cul. Oui oui. Ah bon.

Alors, je ne suis pas des plus précieuses et parfois être habillée comme une pouilleuse en mode « mon gilet à été bouffé par des mites », concrètement, ça m’est égal. Il est toujours chaud, pas encore trop troooop moche, je continue à le porter, point.

Mais ça n’en garde pas moins un petit goût de scandale…

 

Et quand on passe du côté du « luxe »…

 

Si on parle de mon sac Balenciaga… Déjà acheté d’occasion et porté à outrance depuis 1 an et demi: les coins sont un poil râpés (mais ça c’est tout moi et mon côté « extrêêêêêêmement consciencieuse en mode je jette mon sac comme une m*rde par terre »…) et j’ai perdu quelques franges (parce que je marche dessus comme une mongole quand je le ramasse par terre)(une honte, je sais…), mais à côté de ça le bougre n’a pas bougé et se bonifie avec le temps. Mais si on prend le cas du sac de Deedee ah ben tout de suite ça fait moins rêver…

Quant à mes bottines de la même marque, déjà pas mal portées mais pas non plus à l’extrême en mode trekking dans les montagnes, je sens déjà qu’elles vont vieillir un peu moins bien et qu’obligatoirement il va falloir que j’aille faire poser une semelle, incessamment sous peu, si je ne veux pas marcher sur mes chaussettes d’ici la fin de l’hiver.

 

Mais a contrario, mes bottines Isabel Marant que je porte plusieurs fois par semaine depuis 1 an et demi (et achetées elles aussi d’occasion) tiennent extrêmement bien le choc et ici on n’est pas vraiment dans la veine du luxe puisqu’avant que ça ne devienne THE paire de shoes à avoir (on les trouvait il y a quelques mois sur certains sites US à 700$ O_o)(et maintenant y en a plus nulle part mis à part Ebay où les prix sont tout aussi excessifs…) elles se vendaient dans les 300€, il me semble. Très cher mais pas encore ce qu’on peut qualifier de « luxueux » au sens propre du terme (sens propre, sens propre…c’est vague en même temps…).

 

Et puis alors je ne vous parle pas de mon frigo, payé une blinde et qui tombe en panne tous les 6 mois depuis 2 ans et demi… Non mais sérieusement, quoi… Limite avec une glacière on aurait moins d’emmerdes, pffff….

 

Bref.

En pensant à tout ça je me suis dit que la véritable qualité semble avoir totalement disparue de la surface de la terre. Quand je vois que ma mère porte encore aujourd’hui des pulls 100% laine qu’elle a tricoté elle-même il y a 30 ans et qui avaient dû lui coûter dans les 50€ (p’tain ça fait combien en francs???), je me dis que même si je voulais garder certains de mes vêtements aussi longtemps ce serait techniquement impossible et ils finiraient tous par partir en lambeaux.

Serions-nous condamnés à porter de la m*rde et à devoir nous résigner constamment à nous séparer de nos vêtements?

Zat iz ze qouechtione…

 

Si ça se trouve et contre toute attente, c’est peut-être ma veste Pimkie qui me suivra le plus longtemps… Qui sait? ;-)

 

Bonne journée!

 

 

 

 Bonnet H&M (hiver 2010)

Echarpe 2Two (via Monshowroom)

Veste Pimkie (déjà vue ici)

Gilet COS (hiver 2010)(déjà vu ici)

Top See U Soon (via Monshowroom)

Ceinture et jupe H&M (déjà vue ici)

Boots Gucci (déjà vues ici)

Sac Balenciaga (déjà vu ici)