DANSE DE NOËL 2016 W/ FRIENDS !

C’est l’heure de la danse de Noël !🎉

Pour cette troisième édition j’ai demandé à mes copains/copines de se joindre à moi, pour qu’on s’amuse tous ensemble…mais aussi pour une bonne cause puisque l’intégralité des gains générés par cette vidéo seront reversés à une ou plusieurs associations* ! ❤️

✨ Un IMMENSE MERCI à La Redoute grâce à qui j’ai pu produire cette vidéo et surtout grâce à qui nous allons pouvoir reverser une jolie somme aux associations de notre choix ! ♥︎

N’hésitez pas à découvrir leur nouvelle application mobile !

✨ Merci aussi à mes amis de l’internet d’avoir accepté de se joindre à moi. Je vous aime les gars ! ♥︎ N’hésitez pas à les suivre sur leurs réseaux respectifs (linkés juste en dessous)

✨ Merci à la team Endemol Beyond pour son aide. Je vous aime aussi ! ♥︎

✨ Et merci à Vulfpeck d’avoir accepté que j’utilise son morceau dans cette vidéo ! ♥︎
Retrouvez-le sur : Bandcamp Facebook – iTunes

♥︎ SUIVEZ MES COPAINS, ILS SONT TROP BIEN ♥︎

MARION

GUILHEM

PASTEL

FLO

ESTELLE

SOPHIE

LILITH

HERVÉ

KIHOU

GAËL

♥︎ LES TENUES ♥︎

⌦MARION

• Jupe Bellerose • Sandales Kendall + Kylie • Débardeur H&M

⌦GUILHEM

• Veste Eleven Paris • Pull sans marque • Jean April 77 • Chaussures Gram

⌦PASTEL

• Veste Boohoo • Robe H&M • Chaussures H&M

⌦ESTELLE

• Top Mademoiselle R • Short Zara • Sandales Mademoiselle R

⌦SOPHIE

• Robe et chaussures Forever 21

⌦LILITH

• Vêtements Mango • Chaussures H&M • Collants Calzedonia

⌦HERVÉ

• Chemise Maison Standards • Jean All Saints

⌦FLOW

• Sweat et jean Jack&Jones • Chemise The Hundreds • Casquette Michell & Ness • Baskets Nike


*Grâce à la sponsorisation de La Redoute et l’argent restant après la couverture des frais de production et grâce à la monétisation de la vidéo. N’hésitez pas à me parler des associations qui vous tiennent à coeur !

MADAME TOUT LE MONDE : UN MOMENT AVEC PATRICIA KAAS

Imaginez la petite Coline, dans les années 90, en train d’écouter sa cassette de Mademoiselle Chante… Si on m’avait dit 20 ans plus tard que j’aurais la chance de rencontrer cette grande dame de la chanson française…j’aurais sûrement gardé ma K7 pour la faire dédicacer ahah ! ^^

Aujourd’hui je vous emmène sur le tournage du dernier clip de Patricia Kaas, Madame tout le Monde, et passer un petit moment en tête-à-tête avec elle.

Un immense merci à elle pour sa gentillesse, sa douceur et son humour ! Merci aussi à toute son équipe !

Et bien entendu merci à Julian pour son aide !

♥ JE PORTE ♥

• Backstage : combinaison Mango 

• ITW / Pull Oak + Fort / collier Vanessa Mooney  / Lunettes « Pandora » Jimmy Fairly

♥ M U S I Q U E ♥

Madame Tout Le Monde / Patricia Kaas

—————————————————-

▸ édité sur Final Cut Pro
▸ tourné avec Canon 5D + 50mm 1.2 + 24-70mm + Dji Osmo

Eco-inspirations du Japon

publié par camille

Je sais ce que vous allez me dire. A première vue, quand on pense à l’écologie, le Japon n’est pas le premier pays qui vient à l’esprit.
Spontanément, on visualise plutôt les néons des plateformes de jeux qui clignotent toute la nuit, l’air de dire “hé ho, toi là, petit travailleur fatigué qui a enchaîné une journée de 22 heures au boulot, viens te déchaîner en jouant à Super Mario”. On pense au Shinkansen, le train le plus rapide du monde, à Fukushima, petite station balnéaire « radieuse », aux boutiques sur 12 étages regorgeant d’objets en plastique à l’utilité relative (appareil à muscler la langue, diadème de Sailor Moon, poussette pour chien…).
Vu sous cet angle, la slow life n’a pas l’air d’être une priorité nationale.

Et pourtant. Le pays est pétri de contradictions, un peu comme vous et moi. On utilise des sacs à vrac mais on prend l’avion pour voyager, on composte nos déchets mais on ne s’habille pas en chanvre de la tête aux pieds. Malgré tout, nous ne sommes pas d’immondes personnages qui méritent de finir étouffés avec des graines germées.

Pour les Japonais, c’est un peu pareil : ils ne sont nippons ni mauvais (désolée, je devais la faire… hommage à un illustre inconnu). Ils ont épousé le mode de vie ultra-libéral mais l’amour de la nature et le minimalisme, hérités du bouddhisme, restent profondément ancrés dans leur culture.

Un concept illustre très bien cela : le wabi-sabi, une philosophie qui prône le retour à la simplicité, la sobriété, l’harmonie avec la nature, et qui amène à ressentir la beauté des choses imparfaites et modestes.
Wabi se rapporte à l’équilibre, la tranquillité, l’humilité et la satisfaction de peu. Sabi signifie l’épanouissement du temps : l’amour du rustique, du savoir-faire ancestral et des objets qui traversent les années.

Au lieu de chasser Bulbizarre sur Pokemon Go, allons pêcher chez les Japonais quelques concepts minimalistes et écolo.

 

visuel-cuisine

Crédits photos : Glasshouse / Anisbee

1 ● Tawashi : l’éponge réutilisable à l’infini

Les éponges bi-matières font totalement partie de nos quotidiens : au supermarché, à 1€ les 3, on les fourre dans le chariot sans activer nos cerveaux. Puis on frotte les plats à gratins jusqu’à ce que mort s’en suive et on les rachète. Point.
Pourtant la face verte ne porte pas très bien son nom : elle est sacrément abrasive pour l’environnement.  
L’éponge japonaise, le tawashi, est un carré lavable crocheté ou tricoté à partir de jersey. Pour une version encore plus écolo, il est possible de la tisser avec des vieux collants ou leggings.
Comment l’adopter ? Sa confection est simple comme bonjour (ou devrais-je dire : comme konnichiwa) : un tuto de Wonderful Breizh vous guidera pas à pas.     

2 ● Binchotan : le charbon purificateur d’eau

Votre attention s’il vous plaît, voici le scoop du siècle : l’eau en bouteille pollue ! Avec environ 150 litres par personnes par an, ce sont des tonnes de déchets en plastique qui se retrouvent dans l’environnement… Et ça, c’est pas très gentil pour mère nature qui nous l’offre gracieusement.  
Certes, parfois l’eau a un goût d’égout ou contient des impuretés qu’on n’a pas vraiment envie de siroter.
L’alternative 100% naturelle à la carafe Brita, c’est le charbon Binchotan. Il est utilisé depuis 4 siècles au Japon pour purifier l’eau du robinet : ses pores fixent les substances chimiques toxiques (pesticides, herbicides et chlore… je vous ressers ?) et libère dans l’eau des minéraux comme le calcium, le fer et le magnésium.  
Comment ? On peut le trouver sur des sites spécialisés, par exemple ici, puis il suffit de le glisser dans sa carafe/bouteille/gourde/jarre/whatever. 

cuisine-2

Crédits photos : Terrain / Sort of coal

3 ● Bento : la lunchbox anti-macdo

Meilleure que le gigot du bistro, plus équilibrée que le macdo et à fort potentiel écolo, la lunchbox est la solution à tous les maux.
Avec le bento, on cuisine de bons petits plats chez soi et on réutilise tous les jours le contenant. Ca permet de maîtriser ce que l’on se met dans le gosier et d’éviter un paquet de déchets (eh oui, même le boui-boui super healthy utilise des assiettes en carton et des couverts jetables).
Comment l’adopter ? L’idéal est d’utiliser un bento sans Bisphénol A, mais il en existe de toutes sortes sur Bento & co, et pour la suite le blog Mon bento végétarien est une mine de recettes très yummy !

visuel-maison

Crédits photos : Kameleon factory / Goop / David Pike

1 ● Mottainai : le malaise du gâchis

Le Mottainai a inspiré une adorable choré à ces petits Japonais : je ne pige rien aux paroles mais ils ont l’air vraiment content. En revanche, je les soupçonne de se transformer en power rangers verts super vénères si quelqu’un s’avise de balancer une ordure dans la nature.
Plus sérieusement, le Mottainai est une gratitude pour tout ce qu’offre l’environnement : la nourriture, l’eau, le papier, le textile… et un profond dégoût pour le gaspillage (#paskawaï) : un objet doit être utilisé jusqu’à la fin de sa vie, et si nécessaire son propriétaire doit le réparer ou lui trouver une nouvelle fonction.
Comment l’adopter ? Par exemple : recycler de vieilles ampoules non recyclables en mini vases, c’est très Mottainai. Réutiliser l’eau souillée du robinet pour les toilettes, porter une chemisette au bureau pour économiser l’air conditionné… C’est aussi complètement Mottainai !

2 ● Kintsugi : la réparation en or

Déclinaison du Mottainai, le Kintsugi est l’art de redonner vie à une céramique cassée. Oui, un peu comme tonton Jean-Pierre qui avait recollé la carafe de grand-mère, sauf qu’ici on n’utilise pas de super-glue dégoulinante mais une laque et de la poudre d’or. Tout à fait. A la fin de l’opération, les objets sont magnifiés et prennent encore plus de valeur.
Ca donnerait limite envie de s’embrouiller bien fort avec Monsieur pour pouvoir balancer toutes les assiettes par terre et lancer un atelier-réconciliation de Kintsugi (accompagné, bien entendu, de saké et de makis).
Comment l’adopter ? Avec un kit spécial et un (tout petit) peu de patience !

maison-2

Crédits photos : Art ceramic / Humade

3 ● Konmari : la magie du rangement

Marie Kondo, rangeuse professionnelle, a créé une méthode inspirée de la philosophie zen pour se débarrasser des objets encombrants et inutiles qui obstruent nos intérieurs.
Sans virer dans la maison-temple avec, pour seule fantaisie, une table basse, un gong et un tatami (et du coup plus aucun ami) il s’agit de se recentrer sur l’essentiel.
Les collections de boules à neige, les tubes de crème de 2002 à moitié vides et la panoplie de stabilos secs risquent donc fort de passer à la trappe.
Comment l’adopter ? En lisant le livre de Marie Kondo et en appliquant ses 10 principes fondamentaux résumés ici, en s’inspirant ici

visuel-sur-soi

Crédits photos : Honestly WTF / Babyccinokids / Onegoodthingbyjillee

1 ● Furoshiki : tissus zéro-gâchis

Souvent évoqué comme alternative au papier cadeau qui n’est pas recyclable, le Furoshiki est une technique d’emballage à partir d’un morceau de tissus réutilisable à l’infini.
En dehors du 25 décembre, on peut s’en servir les 364 autres jours de l’année comme : sac à dos, tote bag, sac à baguette, porte-melon (on a TOUJOURS besoin d’un porte-melon sur soi)… Il n’a de limite que les frontières de notre imagination.
https://fr.pinterest.com/vtcm/furoshiki/
Comment l’adopter ? De beaux Furoshiki vintages sont disponibles sur cette boutique Etsy, puis il suffit de suivre ces conseils de pliage

2 ● Sashiko : l’art du rapiéçage

Dans l’esprit du Kintsugi, le sashiko rend les trous encore plus beaux.
Au lieu de jeter à la benne un vêtement au premier accroc, le but est d’utiliser des techniques de reprisage et des chutes de tissus de qualité pour réparer un pantalon ou une veste en jean endommagés.
Comment l’adopter ? Avec un kit spécial ou en suivant ce DIY sur Honestly WTF

sur-soi-2

Crédits photos : Honestly WTF / Style du monde

3 ● Shiro nuka : le masque au riz

Au Japon, la beauté est indicatrice de santé : l’extérieur est le reflet de l’intérieur, d’où l’obsession de masquer toutes les imperfections (en même temps, ici non plus, les grosses valoches sous les yeux et la tignasse ébouriffée ne sont pas synonymes de grand bien-être).
Pour matifier, hydrater et absorber l’excès de sebum, le riz est l’ingrédient plébiscité par les Japonaises.

Il ne s’agit pas de s’étaler le reste du plateau de sushi sur le visage mais de confectionner un masque hydratant à partir de son, de farine ou de grains cuits mélangés à de l’avocat et du miel.
Comment l’adopter ? Le Shiro Nuka est disponible ici, mais il est aussi possible de le confectionner soi-même en suivant ce tuto