Cosmétique éthique vs. cosmétique pétrochimique

En partenariat avec la marque de cosmétiques bio Beauty Garden  ♡ Pour en savoir plus à propos des partenariats Go Green cliquez ici !

Parce qu’on le vaut bien. Sur papier glacé, les grandes marques de cosmétique, profondément philanthropes, ne veulent que notre félicité. Nous repulper, nous dérider, nous purifier, nous rendre soyeuses et lisses comme des pêches bien fraîches. Dans leurs laboratoires, elles confectionnent des “elixirs” miraculeux, des crèmes “haute précision” à base d’ingrédients qui semblent tout droit sortis d’un grimoire de chimie.

Ayez confiance : c’est de la science.

Docile, pendant des années, je me suis tartinée de ces pommades “brevetées” et “prouvées scientifiquement” qui satisfont “98% des utilisatrices”.
Et puis un jour, une crise d’acné et quelques investigations plus loin, j’ai réalisé que certaines compositions n’étaient pas très nettes. Il semblait même y avoir pas mal de points noirs, hin hin… Entre les huiles minérales (dérivées de la pétrochimie), les silicones (synthétiques) et les polymères (issus de matière plastique), mes produits ressemblaient plus à du decap’four qu’à des crèmes de jour. En plus de leur potentielle nocivité pour l’épiderme et l’organisme, ces substances veulent aussi la peau de la planète. Beaucoup de ces composants sont non biodégradables et polluent les cours d’eau (accessoirement source de vie sur terre, mais bon, on aura qu’à boire du coca).

Devais-je confier ma peau à la nature avant de partir en déconfiture ? Oui, mais ce n’est pas parce que certaines marques de cosmétiques conventionnels nous prennent pour des truffes qu’il faut se jeter corps et âme dans les produits dits “naturels”. Là aussi, la vigilance est de mise et tout ce qui est issu du monde végétal n’est pas forcément inoffensif. Personne n’aurait envie de s’étaler une crème contour des yeux au cyanure, pourtant issu des plantes. La nature, les feuilles, et tout ce qui est de couleur verte peuvent parfois servir à maquiller des compositions moins reluisantes.

Comme toujours, l’important est de dégainer ses antennes de consommateur-rice averti-e. Bien sûr, le label bio est un premier bon signe car il exclut la plupart des ingrédients issus de la pétrochimie. Mais il ne suffit pas. Il faut savoir s’orienter vers des marques de confiance, qui fabriquent en toute transparence, apprendre à repérer les ingrédients louches et ceux qui font mouche.

En matière d’engagement, Beauty Garden ne tourne pas autour du pot. Cette marque florissante fait “pousser des cosmétiques”. Masques, crèmes, savons, démaquillants sont tous confectionnés à base de plantes issues d’un jardin bio en Corrèze. La pétrochimie, leur pire ennemi. Le plastique ? Ils l’ont remplacé par des emballages en bois issu de forêts françaises durables. A la place des pesticides ? Un « hôtel à insectes » accueillant des coccinelles qui repoussent les pucerons du potager (draps et serviettes non inclus).

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, Beauty Garden nous aide à lire les étiquettes. Le but : faire bouger les lignes, sensibiliser, informer, histoire qu’on ne se farde plus les yeux fermés. Comme toujours, chacun est libre d’utiliser ces infos ou de les mettre directement à la benne (#yolo).

 

 

Elles proviennent de la distillation du pétrole : oui, ce même liquide qu’on met dans nos bagnoles (d’où l’expression “maquillée comme un camion volé”…?).

> Comment les repérer ?
On les trouve la plupart du temps sous ces appellations tarabiscotées : Paraffinum Liquidum, Petrolatum, Cera Microcristallina, Ozokerite, Ceresin, Mineral oil, Synthetic Wax...
> Pourquoi les éviter ?
Non seulement elles n’apportent aucun nutriment à la peau, mais en plus elles sont comédogènes et ont donc tendance à boucher les pores. Côté environnement, outre la pollution liée au raffinage du pétrole, les huiles minérales sont non biodégradables et se retrouvent donc dans les eaux des rivières.

Ils sont issus de la transformation chimique du quartz. Si la matière première est naturelle, le résultat final lui, est bien synthétique. Ils entrent dans les produits pour les soins de la peau en tant que « skinconditioners ».

> Comment les repérer ?
Il faut traquer les composants qui se terminent par thicone/thiconol ou par siloxane. Par exemple : Dimethicone (le plus courant), Cyclopentasiloxane…
> Pourquoi les éviter ?
Les silicones sont inutiles car ils ne sont pas biocompatibles avec la peau : cette dernière ne peut pas les absorber. En plus, selon l’UFC Que Choisir, le Cyclotetrasiloxane est classé toxique pour la reproduction. D’autres questions ?

Ce sont des dérivés de matière plastique (ils feraient un excellent produit de beauté pour Playmobiles, mais sont quand même nettement moins adaptés à l‘épiderme humain). Ils ont les mêmes propriétés que les silicones, en plus d’être émulsifiants.

> Comment les repérer ?
Globalement, tout ce qui apparaît comme : crosspolymer, polymer, acryl, polyéthylène.
> Pourquoi les éviter ?
A ce jour, ils ne sont pas considérés comme toxiques pour la peau (mmm, soit…) mais ils sont obtenus par des procédés chimiques lourds, qui font notamment usage de gaz toxiques pour l’homme et la planète.

Ce sont des conservateurs chimiques aux propriétés antibactérienne et antifongique… à la réputation sulfureuse.

> Comment les repérer ?
Pour une fois, les choses sont plutôt claires, ils finissent généralement par “paraben” : Butylparaben, ethylparaben, methylparaben, propylparaben.
> Pourquoi les éviter ?
Ils sont suspectés être des perturbateurs endocriniens et ont été bannis de nombreux cosmétiques. Mais chassez le chimique, il revient au galop : un remplaçant couramment utilisé est le Méthylisothiazolinone (comme ça se prononce) qui est un puissant allergène.

 

 

Une marque comme Beauty Garden est une belle source d’inspiration en matière de composition. Les cosmétiques sont fabriqués avec le coeur (et un peu d’huile de coude) à partir des légumes, fleurs et plantes cultivées dans un potager. Les mêmes végétaux qui servent à confectionner leur gamme de tisane. Autant dire que si on peut les ingérer, on peut aussi s’en badigeonner sans ciller.

Qu’il s’agisse du fluide à la pensée sauvage (tout un poème), du masque au concombre, du démaquillant à la camomille, les produits que j’ai testés sont ultra doux pour la peau, non comédogènes (pas de poussée de boutons maléfiques en vue) et sentent très bon (j’ai l’impression de me rouler dans un verger printanier quand je les applique).

Tous les cosmétiques Beauty Garden sont certifiés NaTrue, un label allemand à but non lucratif particulièrement exigeant : ingrédients bio et sans OGM, pas de parfums de synthèse, pas d’ingrédients issus de la pétrochimie ni de silicones, nombre limité de procédés de transformation.
Seuls les ingrédients ci-dessous sont autorisés :

Elle sont issues de la pression de plantes oléagineuses qui ont la particularité d’avoir une grande quantité de lipides dans leurs fruits, noix ou graines.

> Comment repérer la crème des huiles ?
Pour être certain-e de bénéficier de tous leurs nutriments, choisissez-les avec soin : 100% pures, première pression à froid, non raffinées et bio. Le plus de Beauty Garden : zéro huile de palme !
> Pourquoi les adopter ?
Très riches en vitamines (A,D, E et K), elles sont idéales pour nourrir, protéger et hydrater la peau. Elles ont une structure biochimique très proche de celle de l’épiderme.  


Masque fraîcheur au concombre / Gommage exfoliant douceur noix et camomille / Tisane anti-gueule de bois à la menthe poivrée / Fluide hydratant détox à la pensée sauvage / Concentré défatiguant aux pâquerettes / Démaquillant douceur à la camomille

Ils sont obtenus à partir des acides gras stockés dans les graines de certaines plantes (karité, coco, cacao, mangue…). Ils sont utilisés pour remplacer les silicones synthétiques.

> Comment repérer la crème des beurres ?
Vous pouvez les choisir “bruts”, première pression à froid, pour un produit plus proche de la plante d’origine (mais aussi plus odorant). Il existe aussi des beurres raffinés de façon propre qui sont filtrés ou nettoyés sous pression à la vapeur d’eau.
> Pourquoi les adopter ?
Très riches en acide gras saturés et en anti-oxydants, ils sont très nourrissants, améliorent l’élasticité de la peau et aident dans la prévention des rides.


Démaquillant douceur à la camomille / Fluide hydratant détox à la pensée sauvage / Tisane anti-gueule de bois à la menthe poivrée

Elles proviennent de racines, écorces, feuilles, fleurs, fruits ou encore de graines distillées à la vapeur d’eau. En plus de leurs vertus thérapeutiques et cosmétiques, elles sont intégrées dans les formules en tant que conservateurs et parfum naturel.

> Comment repérer la crème des huiles ?
Il faut éviter les huiles essentielles bon marché car elle sont parfois frelatées, c’est à dire coupées avec des huiles de mauvaise qualité ou des produits chimiques. Elle doivent toujours être 100 % pures et naturelles, et si possible bio.
> Pourquoi les adopter ?
Elles renferment en formule concentrée toutes les vertus et les agents actifs de la plante distillée. Ce sont ainsi de puissants anti-inflammatoires, antiseptiques ou encore séborégulateurs.

Masque fraîcheur au concombre

Pour remplacer les conservateurs, émulsifiants et gélifiants issus de la pétrochimie, les fabricants de cosmétiques bio utilisent des ingrédients d’origine naturels. On retrouve par exemple dans les formules de Beauty Garden de la glycérine d’origine végétale, des polymères de sucres et de la cellulose extraite de bois. Ils sont obtenus par une transformation non polluante des plantes dans le respect des principes de la chimie verte.

> Comment repérer la crème des ingrédients ?
Le CNRS a établit une charte de 12 principes pour la chimie verte.
> Pourquoi les adopter ?
Issus de matières premières renouvelables et transformés via des procédés économes en énergie, qui génèrent le moins de déchets possibles, ces ingrédients limitent les effets secondaires sur la santé et leur impact sur l’environnement.  

41 commentaires sur Cosmétique éthique vs. cosmétique pétrochimique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci beaucoup pour cet article très instructif. Je recherche toujours des produits de plus en plus bio car j;ai une peau très réactive.
    Merci de prendre le temps de faire un article complet car comme je l’ai souligné à Coline, je suis une vieille branche sans réseau social et qui aime lire les articles riches d’informations.
    Je vais aller jeter un coup d’œil à cette marque.
    Belle journée

    1. Haha team vieilles branches ! Merci pour ton gentil message.
      Moi aussi j’aime toujours lire (et écrire) des articles avec ma tablette de chocolat et ma tisane fumante (#MamieCamille). Parfois je deviens un peu épileptique sur Insta, sans parler de Facebook et ses vidéos qui s’enchaînent en hurlant sans que t’aies rien demandé… Haaaaaaaaaa ! C’est pas bientôt fini ce bazar ? (Dit-elle en brandissant sa canne)
      En tout cas, moi je suis sûre que ça survivra : c’est comme il y a 15 ans quand on nous rabâchait que c’était la fin de la presse papier, que les kiosques finiraient en cloaque avec des toiles d’araignées. Ou quand on nous annonçait la mort du cinéma. Bon, d’accord, c’est plus tout à fait la même chose « qu’avant » : mais ça résiste totalement !
      Alors à bientôt par ici :-)

  2. Merci pour cet article très clair :)
    La marque a l’air belle et les packagings en bois sont esthétiques, enfin moins de plastique!

    1. Merci pour ton gentil mot Sophie !
      Oui je te confirme que les packs sont super beaux, surprenants et vraiment agréable à utiliser ! J’ai trouvé vraiment génial que la marque aille au bout de sa démarche en bannissant le plastique !

  3. Mais oui !!!! J’adore ta façon d’écrire et d’expliquer les choses !
    Article super bien structuré et complet sans non plus nous plomber les neurones, j’adore !

    Belle journée !

  4. Merci pour ce recap au top Coline !
    Pour les Huiles Essentielles, je passe par la compagnie de sens. HE au top et le site est très bien fait avec beaucoup beaucoup de conseils :)

  5. « Elles proviennent de la distillation du pétrole : oui, ce même liquide qu’on met dans nos bagnoles (d’où l’expression “maquillée comme un camion volé”…?). »
    Hahaha j’ai tant ri. Bel article. Clair et informatif. :)

    1. Hahaha, merci d’avoir relevé ma blague de camionneuse ;-) !
      Si j’ai réussi à t’informer et à te faire marrer, j’ai vraiment rempli ma mission ! #happy

  6. Merci beaucoup pour cet article très instructif et rigolo à la fois. J’apprécie surtout la liste de composants à éviter car je ne sais jamais quoi regarder sur les étiquettes!

    1. Merci pour ton message : je suis vraiment contente que ça puisse te servir :-) ! Si on peut arrêter de se tartiner de trucs imprononçables, c’est plutôt cool ! Bisous

  7. Ha voilà on y voit plus clair ! Merci coline pour ce récapitulatif
    Bye bye le shampooing au mazout bonjour Beauty Garden, bise

  8. Merci beaucoup Coline et Camille pour cette belle leçon.
    Un article clair et instructif.
    Maintenant GO GO, direction la salle de bain pour une lecture d’etiquettes ! Et poubelle 👍

  9. Merci pour cet article clair et qui permet d’en savoir encore davantage sur les petits noms à chercher sur les étiquettes pour éviter de faire une erreur! J’ai changé ma routine beauté en déméngeant dans un autre pays et je suis toujours à la recherche de nouvelles marques bio, cruelty free et qui prend soin de notre planète. Je vais aller découvrir de ce pas Beauty Garden.

  10. Salut Coline!!
    Article hyper intéressant et super bien fait, tout d’abord: merci beaucoup.
    A la suite de cet article je suis allé faire un tour dans ma salle de bain.. moins cata que ce que j’aurai cru mais quand même!
    Donc une question m’est venue: pour le teint j’avais des crèmes teintées, fdt (caudalie, la roche posay,..) mais plein de « mauvaise chose ». Aurais-tu un conseil pour un produit teint, sachant que ma peau a quelques problèmes (cicatrices et petits boutons..)??
    Merci d’avance et plein d’ondes positives et de force pour continuer à faire ce que tu fais :)

  11. Bonjour,

    Je suis depuis quelques temps ton blog et me retrouve pas mal dans ce que tu dis sur les cosmétiques. Connais-tu la marque Avril (maquillage et cosmétiques)? C’est bio, pas cher et français de surcroît!

  12. Merci pour cet article aussi informatif que divertissant! J’ai une question sur les compo: J’ai constaté que souvent dans les compo de produits bio type gel douche ou shampoing, de l’alcool est mentionné assez haut dans la liste des ingrédients. Je suppose que c’est pour la conservation mais n’est-ce pas agressif pour la peau? Quelles sont les alternatives?

    1. Merci pour ton commentaire ! Excellente question sur l’alcool : je m’en vais de ce pas interroger Beauty Garden qui est encore plus experte que moi sur le sujet :-).
      I’ll get back to you ^^
      Bisous

    2. Me revoilà, avec la réponse donnée par Beauty Garden :-) :

      L’alcool est en effet utilisé pour conserver les cosmétiques mais il peut aussi amener un côté évanescent à la formule, permettre à un masque de sécher plus vite par exemple… C’est une matière naturelle intéressante et généralement si l’alcool est utilisé, d’autre matières premières sont présentes pour « contre-balancer » l’asséchement de la peau que peut provoquer l’alcool, type glycérine ou autres humectants. C’est là tout le travail d’une bonne formule :-).
      On peut cependant indiquer qu’un cosmétique qui contiendrait de l’alcool avec une concentration élevée (et où l’alcool apparaît donc en début de liste INCI) ne serait pas recommandé pour les peaux sensibles.

      J’espère que ça pourra t’aiguiller !

      1. Super, merci beaucoup d’avoir pris le temps de me répondre, je ferai donc attention à la position de l’alcool dans la liste.

  13. Ahhh mais un mystère vient de s’eclaircir! Je ne comprenais pas qui était cette Camille qui avait répondu à mon commentaire sous l’article des jus de fruits! Je pensais que c’était un article de Coline. Il y a pourtant ta photo!
    Alors bravo pour le travail, tu gères super bien l’équilibre entre un contenu intéressant et la présence du partenariat. J’adore ton style d’écriture et la façon dont c’est organisé (mention spéciale pour le playmobil qui se tartine de la crème à base de plastique, je suis en train d’imaginer, pas pratique ces mains!).
    Vivement le prochain article, je vais de ce pas voir ton blog et le site de la marque :)

    1. Ahah ! Alors si tu regarde bien c’est la photo de Camille + juste à côté « publié par Camille »… On fait difficilement plus clair 😅 En tous cas merci pour elle 🤗

  14. Hello Coline,
    Super article et belle découverte de marque éthique et respectueuse de notre planète !
    Juste un commentaire sur les polymères, car il y a une petite confusion : ce ne sont pas des dérivés du plastique. Au contraire le plastique, c’est en fait un polymère qui est mélangé à un ou plusieurs additifs. Donc le plastique peut aussi être un dérivé du maïs par exemple, comme nos sacs plastiques biodégradables en amidon (qui à mon avis sont aussi nocifs pour l’environnement car toujours dans le système du « jetable » de notre belle société). Mais là je m’égare.
    Pour le plastique, ce sont les additifs qui sont les plus nocifs pour l’humain (comme le bisphénol A et les phtalates) car ce sont de petites molécules qui peuvent pénétrer dans notre corps par la peau par exemple. Voilà pour la leçon de chimie :)
    Pour finir, vive le bio, vive le naturel, vive le réutilisable et merci de partager toutes ces infos sur ces marques alternatives !

    1. Hello Lara,

      Merci pour ton commentaire :-) ! Il y a effectivement 2 types de polymères :
      – les polymères naturels (caoutchouc naturel, polysaccharoses/amidon, cellulose) ou artificiels (acétates de cellulose) qui sont une ressource renouvelable & recyclables
      – les polymères synthétiques : ressource fossile non renouvelable (pétrole)
      Ces bien de ces seconds dont je parle : on les qualifie de plastiques ou plus précisément de thermoplastiques Les plus utilisés sont le polypropylène (PP), le polyéthylène (PE), le polychlorure de vinyle (PVC), et le polystyrène (PS)… Soit rien de très sympa pour nos petites peaux :-O

      Comme tu dis, vive le bio :-) !
      Bises et bonne journée

  15. pour éviter les produits neurotoxiques (et autres perturbateurs endocriniens), moi j’ai l appli Clean Beauty sur mon smartphone: suffit de photographier (scanner) les ingrédients sur l’emballage, et ça liste et analyse tout ce qui est controversé ou carrément craignons dans les cosmétiques… en deux secondes.

  16. Hello Camille,
    Je viens juste de voir ton article (j’ai loupé la sortie) et merci encore une fois de nous proposer des articles intelligents et bien écrits :)
    Je vais aller découvrir cette marque avec plaisir
    Bonne journée

  17. Une très jolie marque que commercialise mon esthéticienne de « campagne »! des supers produits presque locaux et bons pour moi et pour l’environnement!!C’est chouette de la faire connaitre!!!

  18. Merci pour cette découverte, je ne connaissais pas cette marque aux produits tentants. Concernant les composants à adopter, ceci dit, il faudrait noter que les huiles essentielles ont un potentiel allergisant assez fort, et que certaines marques bio ultra clean (i.e. qui vont plus loin que le cahier des charges du bio) pour peau sensibles les bannissent de leurs produits, comme Dermatherm (qui a des packagings tout moches, contrairement aux si jolis pots de cette marque, mais qui est aussi beaucoup moins cher que cette marque…).