J’ai testé : KiwipWatch la montre connectée pour les enfants

*Montre offerte par la marque – merci à eux ! – L’avis exprimé dans cet article reste entièrement le mien*Aujourd’hui j’enfile ma casquette de maman pour vous parler d’un truc qui a (littéralement) changé ma vie.

Ma fille aura bientôt 10 ans. Et si tu te poses la question, oui, tous les soirs je pleure en position foetale au fond de mon lit parce que le temps passe trop vite et que je me souviens encore du temps où elle rentrait, toute entière, sur nos avant-bras. Maintenant elle me pique mes chaussettes tous les matins parce que, hé, maman, t’as vu, on fait presque la même pointure. #shootme

10 ans c’est surtout ce moment qui me semble un peu charnière où les enfants commencent sérieusement à pencher du côté de la pré-adolescence. Cette période où ils ont envie d’un peu plus de liberté, d’être responsabilisés, de ne plus toujours être collés aux basques de leurs parents et de vivre un peu leur life comme bon leur semble.

C’est ça être un enfant, finalement. Grandir et s’émanciper un peu plus chaque jour.

Et être parent, ça se résume souvent à un sentiment central : angoisser.

• SOURCE D’ANGOISSE #1

Il y a un peu plus d’un an ma fille a commencé à sortir dans notre rue pour aller jouer avec ses copines. Je me souviens encore du jour où elle nous a demandé si elle pouvait sortir… Dans ma tête ça a fait « WHUT ?! Sortir ? SEULE ? DANS LA RUE SANS NOUS ????? MAIS NOOOOOOOOON ! » J’étais sur le point de l’enfermer à la cave jusqu’à ses 30 ans quand, heureusement, son père, parfois bien plus raisonnable que moi, a pris le truc en main.

Je me suis souvenue que moi aussi je zonais non loin de chez moi avec mes copines quand j’avais à peu près son âge, que je rentrais même de l’école seule et que j’arrivais parfaitement à gérer ce genre de situations. Mais c’était *attention, phrase de vieille* : une autre époque. Une époque où, même si ça arrivait, tu n’avais pas la crainte qu’on t’enlève ton gosse en plein jour. Une époque où bien sûr on s’inquiétait forcément -c’est écrit sur le contrat, en tout petit en bas « en devenant parent vous vous engagez à vous inquiéter h24 pour votre marmot jusqu’à la fin de vos jours. Bisou. »- mais où il me semble que c’était dans une bien moindre mesure.

Mais concrètement je n’avais pas envie de laisser mes angoisses priver notre fille de quelque chose de somme toute normal. On vit dans une petite ville, qui plus est dans un petit quartier tranquille composé en majorité de retraités sympas comme tout et de familles et quand il fait beau tous les enfants sont dehors. Comment lui expliquer que, elle, elle ne peut pas y aller ? Alors on a ravalé nos angoisses de parents et on l’a laissée aller vivre sa vie de gamine de 9/10 ans et aller…s’amuser ! Avec des règles simples comme ne pas trop s’éloigner, évidemment ne pas monter dans la voiture d’un parfait inconnu qui te proposer ton poids en bonbons, regarder 17 fois avant de traverser la route, nous prévenir si elle quittait la rue pour aller chez une copine etc.

Sauf que, enfant de 10 ans oblige, il y a eu quelques loupés. Du genre oups j’ai oublié de te prévenir que j’allais jouer dans le jardin de Gwendoline et ne me voyant plus dans la rue tu as cru que ça y est on m’avait enlevée et que tu n’allais plus jamais me revoir ou encore mince j’ai oublié de regarder ma montre et je suis rentrée en retard.

• SOURCE D’ANGOISSE #2

Le deuxième événement qui a augmenté le level d’angoisse dans nos vies c’est l’école. Durant des années je ramenais ma fille, je lui faisais un gros bisou et le regardais entrer dans l’école. Ecole dont je sais qu’elle ne pourrait en aucun cas sortir une fois qu’elle y serait entrée. Une fois la marmotte à l’intérieur donc je pouvais aller vaquer à mes occupations paisiblement et quasi sans y penser.

Mais un jour ma fille m’a demandé de ne plus l’accompagner jusque devant l’école. Donc une fois de plus « WHUT ?! Aller à l’école ? SEULE ? MARCHER 10 MÈTRES SANS NOUS ???? » Et une fois de plus, j’ai bien du m’y résoudre et j’ai bien compris qu’elle en avait marre de se trimballer sa mère en mode zombie-pyjama tous les matin et qu’elle avait envie de faire comme ses copines qui, pour certaines, vont seules de leur maison à l’école.

Sauf qu’une fois de plus, angoisse angoisse angoisse. Quand j’allais la récupérer à midi et qu’elle mettait un peu plus de temps à arriver que d’habitude je m’imaginais le pire (alors qu’en vrai elle était juste dans son rôle de gamine pas toujours très pressée), je me demandais souvent si, durant les quelques mètres qui la séparait de l’école, il était bien sage de la laisser se balader seule. Est-ce que quelqu’un ne pourrait pas lui faire de mal ? Est-ce qu’un jour il ne lui viendrait pas à l’esprit de ne juste pas aller à l’école ?

Bref. Vous l’aurez compris avec cet interminable story-telling, pour nous c’était l’angoisse totale (avec un total de point plus élevé de mon côté, j’avoue).

Et un jour j’ai découvert le concept des montres connectées pour les enfants et plus particulièrement la marque KiwipWatch (merci Jesus Sauvage d’avoir partagé ta découverte !).

Le concept est simple, il s’agit d’une montre dans laquelle on met une carte sim, qui fonctionne avec une application mobile et qui offre 3 options très intéressantes :

Petit 1 : Une fonction GPS

À n’importe quel moment de la journée vous pouvez ouvrir l’application, aller dans l’onglet « Localisation » et voir de façon assez précise où se trouve votre enfant (par exemple je vois quand ma fille est encore devant l’école et quand elle y est entrée).

 

[ À gauche lorsqu’elle est encore à l’extérieur de l’école – À droite quand elle est à l’intérieur]

 

Petit 2 : Une fonction appel

Comme il y a une carte sim, il y a un numéro. Via l’appli on peut ajouter des numéros de téléphone (nous par exemple on a ajouté le mien, celui de mon chéri et celui de sa maman qui vit non loin de chez nous). Ce qui fait que notre fille peut nous appeler quand elle le veut, comme si elle possédait un téléphone, et nous pouvons aussi la joindre à n’importe quel moment. L’avantage c’est qu’hormis les numéros enregistrés dans la montre et dans l’application, aucun autre numéro ne peut être appelé depuis la montre ou ne peut appeler notre fille. C’est un circuit ultra fermé.

Petit 3 : Une fonction message vocal/texte

Via sa montre notre fille peut nous envoyer des messages vocaux. Par exemple si elle est au périscolaire et qu’ils font une chouette activité elle peut nous envoyer un petit message pour nous demander de venir la chercher un peu plus tard que prévu. De notre côté via nos téléphones et l’application on peut soit lui envoyer des messages vocaux, soit des messages texte (sur la montre il n’y a pas de clavier, c’est pourquoi de son côté elle ne peut envoyer que des message vocaux).

Après quasi 1 mois de test je dois dire que nous sommes plus que convaincus par cette montre ! Mais histoire de développer un peu voici ce que j’aime tout particulièrement…et ce que j’apprécie un peu moins.

> LES PLUS :

• C’est ULTRA rassurant ! Savoir que l’on peut localiser son enfant à n’importe quel moment, surtout quand, comme notre fille, il y a des moments où elle est « seule », qu’on peut la joindre à n’importe quel moment, qu’elle peut aussi nous joindre à n’importe quel moment… Je ne sais pas si les non-parents comprendront mais ça ôte un réel poids des épaules et ça fait descendre en flèche la jauge angoisse.

• Notre fille est trop contente avec sa super-montre-connectée ! Et l’air de rien ça la responsabilise aussi un peu. On a pris le parti de ne pas désactiver sa montre lorsqu’elle est en classe en lui expliquant simplement qu’elle ne devait pas s’en servir et ça a plutôt bien fonctionné, mis à part quelques « dérapages » au départ elle est très raisonnable avec sa montre.

• La montre est super chouette ! J’avais un peu peur qu’elle soit énormissime mais au final ça va. Certes c’est une montre technologique et connectée donc elle ne peut pas avoir la même taille qu’une montre classique mais c’est tout à fait raisonnable.

• La prise en main est très facile. Que ce soit du côté des parents (télécharger l’application, entrer les contacts, comprendre comment ça fonctionne etc.) comme du côté de l’enfant, c’est très simple et intuitif.

• Elle donne l’heure (ouais, normal pour une montre) mais aussi la date et la météo (=maintenant quand je dis à ma fille « MAIS JE TE DIS QUE ÇA CAILLE METS UNE ÉCHARPE BON SANG ! » elle me répond « ah oui tu as raison, il fait 8° »)

• Il y a une fonction « Mode Classe ». Ce qui signifie que durant les heures de classe vous pouvez désactiver toute la partie interactive de la montre pour qu’elle ne soit plus…qu’une simple montre. On peut sélectionner les jours et les tranches horaires.

• Une fonction « Alarme ». On peut renseigner une date et un horaire et ça envoie, comme son nom l’indique, une alarme. Du genre « douding douding vas y rentre c’est l’heure de prendre ta douche. »

• Une fonction « Activité ». Il y a un petit personnage sur l’écran de la montre et plus votre enfant bouge, plus il « gagne » de points et plus le petit personnage grandit.

• Une fonction Zone de Sécurité : Vous pouvez définir des zones de sécurité (exemple, l’école, le périscolaire, chez Mamie, chez une copine etc.) et vous êtes prévenu par une notification dès que votre enfant entre et sort d’une zone.

• On reçoit une notification lorsque la batterie est faible ou que la montre est éteinte et on peut, via l’application, désactiver l’extinction de la montre.

• Il était hors de question pour nous que notre fille ai un téléphone à même pas 10 ans mais on souhaitait vraiment pouvoir la joindre et surtout savoir où elle est dès qu’on le voulait. Du coup la montre Kiwip est, à mon sens, un très bon entre-deux. Appels, messages vocaux, localisation, pratique et fun mais sans tous les inconvénients d’avoir un téléphone à un si jeune âge.

> LES MOINS :

• Ce que j’ai envie d’appeler « le temps d’adaptation ». Equiper son gamin d’un outil aussi rigolo et technologique peut poser quelques soucis au départ. Par exemple dès le premier jour la maîtresse a laissé un petit mot dans son cahier de texte en nous questionnant sur la montre (est-ce qu’elle peut filmer ou prendre des photos avec ? À quoi ça sert ? Etc.) et surtout notre fille n’arrêtait pas de la tripoter, de nous envoyer des notes vocales pendant la récré en mode « coucou papa, ça va ? »  ou « Pimprenelle elle m’a dit ça gnagnagna » et au départ elle a un peu cru que c’était la fête du slip, comme le soir où après l’avoir mise au lit elle a trouvé de bon ton de téléphoner à sa grand-mère.

Bon, rien de grave en soi. Ça s’est calmé en à peine quelques jours et ça me semble, au final, une phase de découverte assez normale. On a expliqué à la maîtresse de quoi il s’agissait, que l’on pouvait « désactiver » la montre lorsqu’elle était en classe si ça posait problème et après avoir bien briefé notre fille sur le fait que ce n’était pas un jouet ou un téléphone, tout s’est mis à aller comme sur des roulettes.

• J’aurais aimé que le gps soit un poilou plus fluide et permette de suivre un peu mieux son enfant lorsqu’il se déplace, un peu comme sur Google Maps ou équivalent. Ici la mise à jour se fait au bout de 30 secondes environ. Ok, ok, je pinaille, mais j’aurais bien aimé quand même ! ;)

• Il n’y a qu’un seul parent qui peut être administrateur, c’est à dire faire des modifications sur les paramètres de la montre comme activer le mode classe, définir des zones de sécurité etc. Même si je comprends bien qu’il s’agit de sécurité je trouve que pouvoir ajouter un second administrateur aurait été une bonne chose.

• Ça n’a rien à voir avec la montre en soi mais j’avoue avoir été quand même un peu contrariée de devoir en arriver là pour pouvoir être rassurée… L’idée de tracker notre fille ne me fait pas plus plaisir que ça, je me demande encore parfois si c’est une bonne idée, si ce n’est pas un peu bizarre…et en même temps, rapidement je me dis OSEF. Pour avoir vécu ces moments épouvantables où tu penses que ta fille joue au coin de la rue et qu’en fait elle n’y est pas… Si on peut s’éviter ce genre de terreurs alors tant pis pour le côté Black Mirror.

> CONCLUSION :

Vous l’aurez compris, ici c’est un grand YES pour la montre Kiwip ! Comme je l’ai déjà dit plus haut c’est extrêmement rassurant de savoir que l’on peut localiser notre fille et la joindre n’importe quand et de son côté elle est ravie d’avoir un peu plus de liberté et d’autonomie !

Et n’hésitez pas à garder un oeil sur mon compte Instagram dans les jours qui viennent parce qu’on n’est pas à l’abris de voir débarquer un petit concours… ;)

J’espère que ce post vous aura plu et que, peut-être, cette découverte pourra rendre votre vie de parent un peu moins stressante ! 🙌🏼

 

 

 

51 commentaires sur J’ai testé : KiwipWatch la montre connectée pour les enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour cet avis précis et ton écriture toujours aussi agréable à lire, pleine d’authenticité… Ma fille a huit ans mon grand 16. J’ai fait un long travail sur même pour ne plus me laisser guider par mes angoisses ou j’arrive à mieux leur exprimer du style: « je t’interdit de faire ça parce que j’ai peur. Rien à voir avec toi mais ça m’angoisse , j’ai peur de ça,ça et ça …. » et puis on trouve des solutions qui satisfont tant moi que leur doif de liberté.
    Avec le grand, fana de concerts, j’ai appris à le laisser sortir sans m’enfoncer dans la terre jusqu’à son retour et lui a appris à me rassurer quabd je le lui demande.
    Je dois me passer de cette montre pour ma fille pour des raisons économiques malheureusement mais je ne l’empecherai pas de vivre. Vive l’autonomie, vive la liberté, vive les enfants!

    1. « et lui ai appris à me rassurer quand je le lui demande. » Yes ! Point très important à mon sens : éduquer nos enfants sur ce genre de choses 🙌🏼 Leur expliquer qu’on n’est pas juste des vieux relous mais qu’on les aime et qu’on ne veut pas qu’il leur arrive malheur, qu’on a besoin d’être rassurés et de savoir qu’ils sont en sécurité. Depuis toute petite on a appris à notre fille à rester avec nous lorsqu’on était dehors et aujourd’hui encore, à 10 ans, elle est toujours très prudente et nous donne la main, reste toujours près de nous en voyage ou dans les parcs d’attractions, etc. Sans être non plus flippée de la vie, elle sait juste que pour son bien il est important qu’elle reste près de nous ou de l’adulte qui l’accompagne. Quand je pense que lorsque j’étais toute gamine ma passion c’était de me planquer dans les magasins quand je sortais avec ma mère…ça me file des sueurs froides 😱 😂 Du coup même si aujourd’hui elle est encore toute petite j’ai très bon espoir que le jour où elle ne voudra plus de cette montre (genre dans 2 ans…le collège… 😶) elle continue à être prudente et à être consciente qu’on a aussi besoin de savoir où elle est etc.

  2. Je suis pour les objets connectés pour suivre les enfants. Je vis en suisse, et je vois des petits suisses-allemands qui vont seuls à l’école depuis l’âge de 5 ans (oui, des petits bébés de 5 ans…). Quand notre fils à stopper la crèche à 7 ans pour commencer le primaire, il devait aller seul de l’école au périscolaire le midi pour aller manger. Sauf qu’un jour, il nous a inventé une histoire d’agression (alors qu’il ne voulait juste pas nous dire qu’il s’était perdu et était arrivé en retars au peri) et là on a flipper. Même dans ce pays de bisounours… on a acheté le trackeur weenect. Il sait ce que c’est, c’est au fond de son sac et il a une otpion sos, contient 10 min de communication téléphonique et à 3 boutons prédefinis qui nous envoient des messages. Il ne rentre pas encore seul (il a 8 ans) mais on l’a pris dans ce but. On l’utilise aussi dès que l’on va dans un endroit où il y a de la foule (kikou les matchs de foot et marchés de noel). Ça manque aussi de précision, mais c’est aussi parce que souvent il est à l’intérieur. pour le moment ça nous convient bien. Ils ont fait ce procédé pour senior, ainsi que pour les chiens et chats. Je n’ai pas honte de dire qu’on le suit. C’est un moyen de nous rassurer. Et lui aussi par la même occasion.

  3. Coucou :) Je pense qu’il faut « vivre avec son temps » (phrase mi-vieille / mi-jeune ?) justement ! J’ai 2 garçons : 10 et 7 ans et je ne peux que comprendre les angoisses que tu décris ! Ici aussi ils demandent + de liberté et ici aussi pourtant j’habite dans un petit village / coin tranquille mais même… Quand on est parents et quand on connait les faits divers malheureux qui remplissent nos journaux quasi chaque jour j’ai envie de te dire que non seulement c’est normal d’être prudent mais aussi plutôt sain. Ce genre d’objets permet de lâcher du leste sans rogner sur notre vigilance et en ça je trouve ça vraiment très très bien ! Cette montre me semble avoir bcp d’atouts en tout cas et c’est une chouette découverte pour moi :) Merci !

  4. Pour commencer : je n’ai pas d’enfants. J’en ai gardé des dizaines dans plusieurs familles, et même s’ils n’étaient pas à moi, je comprends l’inquiétude que tu peux ressentir puisque ayant la responsabilité de plusieurs enfants j’étais parfois en mode : OH MERDE SI JE VOUS LAISSE JOUER DANS LA RUE AVEC LES COPAINS QU’EST-CE QU’IL VA SE PASSER (rien, mis à part un ballon dans la figure ou un genou égratigné en fait).

    Et puis comme toi, je me suis rappelée de mon enfance, de ma pré-adolescence, de mon adolescence et de ma jeune vie d’adulte … et du rapport avec mes parents. J’ai été ultra couvée dans l’enfance et je n’avais pas le droit d’aller à l’école ou à mes activités à vélo – alors que mes amis pouvaient. Pré-adolescence et adolescence, c’était très compliqué aussi pour mes parents qui souhaitaient me protéger … à l’époque je le vivais plutôt comme une entrave à ma liberté et à mon indépendance. Le fait d’avoir un téléphone à 15 ans a pu calmer certaines choses : j’envoyais des messages quand j’étais bien arrivée là où j’avais eu le droit d’aller à vélo, etc.
    Aujourd’hui je voyage régulièrement seule dans le Monde et c’est TRÈS compliqué pour mes parents. Mais comme tu l’as si bien dit : lorsque tu deviens parent, tu ne peux que t’inquiéter toute ta vie pour tes enfants. Et ce sera très probablement (oui) aussi mon cas quand j’en aurai. Nous avons des rapports compliqués avec mes parents depuis ma pré-ado car j’avais soif d’indépendance et ils ne pouvaient imaginer qu’une fille (salut l’éducation genrée) pouvait aller chez des amis seule. Pour mon frère, c’était différent, c’est un homme.

    Tout ça pour dire que peut-être que ce type de montre peut être utile dans la transition où ton enfant devient autonome dans ses déplacements, pour rassurer le ou les parent(s) au départ sur la capacité de leur(s) enfant(s) à se gérer, mais je pense que ça ne doit pas être systématique et surtout pas sur du long terme. Ça ne servira personne, et surtout pas toi : car le jour où elle ne pourra pas répondre pour x raisons (batterie à plat, la montre a pris l’eau, etc etc) : tu vas t’inquiéter à en mourir. Je pense que ça peut prendre du temps pour un parent de comprendre comment son enfant grandit, mais il faut lui laisser plus d’autonomie lorsqu’il en demande, car il en a besoin pour s’épanouir. Et le jour où ta fille ne voudra plus de montre car n’acceptera plus que tu puisses suivre son tracé, tu n’auras pas eu cette phase d’adaptation nécessaire pour un parent et j’ai peur que ce soit encore plus difficile pour vous deux.
    Je suis aussi persuadée que ce type de technologie vend du « faux » : tout se passe très (trop) vite lorsqu’un enfant est agressé, et aucun parent ne pourrait avoir le temps d’agir avant qu’il se rende compte de quelque chose, montre ou pas montre.
    Je ne m’étendrai pas non plus sur les données collectées sur les déplacements de ta fille, mais ça fait parti des arguments pour lesquels je suis assez contre ce type de technologie.

    L’autre jour j’étais avec une amie à une petite fête du village et ses deux enfants. Elle avait marqué son numéro de téléphone en gros sur leurs bras pour qu’ils puissent jouer tranquillement et que personne ne s’inquiète et s’énerve toute la soirée. A un moment, quelqu’un a appelé mon amie pour lui dire que ses enfants étaient à la buvette et qu’ils la cherchaient. Ils ont 5 et 8 ans. J’ai trouvé ça génial car tout le monde a passé une excellente soirée sans angoisse : ils n’étaient pas paniqués lorsqu’ils ne voyaient plus leurs parents.

    Merci pour ce retour en tout cas, avec un article encore une fois de qualité.

    1. Je comprends totalement ce que tu dis ici. Néanmoins les phases d’angoisse si elle ne répond pas/batterie à plat/etc. sont les même que lorsqu’elle n’avait pas cette montre et qu’on sortait, par exemple, la chercher dans la rue et qu’on ne la trouvait pas. Je pense qu’ici il ne faut pas prendre ça comme une sécurité ultime. Oui, si un enfant se fait enlever, montre ou pas…ben il se fait enlever. On ne peut rien faire contre ça mais un objet connecté permet, entre autre, de suivre un déplacement, de savoir « où » ça a eu lieu etc. ce qui me semble un énorme avantage lorsque ce genre de choses arrivent. Bref, dans tous les cas, comme tu le dis, un parent s’inquiètera toujours pour son enfant. À 30 ans j’envoie encore systématiquement des messages à ma mère lorsque je pars en voyage pour lui dire que je suis bien arrivée 😅 et ça me semble normal. Cette montre est à voir comme un plus, non pas un moyen de « contrôler » les enfants ou d’entraver leur besoin d’autonomie, comme on donne maintenant un portable aux adolescents (ce qui est sensiblement le même concept : ravir les enfants et rassurer les parents ^^). Je t’avoue que je regrette le temps où les choses me semblaient plus simples et plus sécurisées mais comme on dit, il faut vivre avec son temps et accepter que le monde extérieur est aujourd’hui assez peu sûr pour les enfants (et les adultes aussi d’ailleurs…)

      1. Hello Coline,

        Je n’ai pas d’enfants mais je comprends tout à fait l’angoisse que ça peut être !

        J’ai déjà lu plusieurs fois que les enfants ont de moins en moins d’autonomie (notamment en terme de distance de sortie). Je te conseille cet article que j’ai trouvé vraiment intéressant : http://www.slate.fr/story/92831/enfants-sortir

        Petite, j’habitais dans une petite commune et je faisais des trajets école/maison à pied, j’allais à la bibliothèque en vélo, j’allais acheter le pain toute seule etc. Et pourtant je ne pense pas que le monde était plus sûr qu’aujourd’hui, je pense que c’est juste une sensation mais pas une réalité. D’ailleurs, je me souviens très bien de la peur qui régnait au moment de l’affaire Dutroux mais pour autant, nos parents ont continué à nous laisser rentrer « seuls » en nous donnant pour consigne de rester en groupe au maximum.
        On est peut-être plus conscients des risques aujourd’hui et on ne supporte plus l’idée du risque, même minime (ex : qui de notre génération a porté un casque à vélo ou en trottinette alors aujourd’hui j’imagine que si ton enfant n’en porte pas, c’est l’équivalent de le laisser marcher sur la rambarde du balcon :D).

        1. Tout à fait d’accord avec toi Lou !
          Je ne pense pas que le monde soit plus dangereux aujourd’hui qu’il y a 20 ou 30 ans. Et franchement, les enlèvements, c’est quand même rarissime…
          C’est juste que maintenant, comme le dit Lou, on ne supporte plus l’idée du risque. Et on est près à sacrifier nos libertés devant la promesse du risque zéro (spoiler : ça n’existe pas)
          Je pousse un peu le truc, mais le principe de l’état d’urgence, c’est la même chose : on sacrifie notre liberté de circuler, nos libertés de communication, etc. tout ça pour éradiquer le risque de terrorisme. Et là encore ça ne marche pas.

          Bref, sur le principe je suis contre de genre de truc, mais je n’ai pas d’enfant, donc je peux difficilement me mettre à ta place…

    1. Elle tient toute une journée sans soucis, voire 2 jours. Après ça dépend aussi de l’utilisation… au départ la batterie se vidait assez rapidement parce que notre fille passait son temps à la tripoter et à nous envoyer des messages etc. 😅 Mais maintenant que cette phase est passée, elle tient très bien 😊

  5. Merci beaucoup pour cet article !!! Ma fille a 9 ans et demande également plus d’autonomie (et un téléphone sic !) et cette montre me parait parfaite pour rassurer la mère ultra flippée que je suis !
    Ca fera un super cadeau de Noel !!!

  6. Coucou, super article ! Merci pour cet article ! Je trouve ça super d’être rassurée ainsi. Il ne manque pas un bout de phrase dans les points positifs ? Concernant la batterie faible ? Personnellement, avec tout ce qu’il se passe aujourd’hui je n’aurais pas le sentiment de tracker mon enfant… comme tu le dis, cela permet d’être rassurée et de responsabiliser son enfant… Quelle super invention, je valide aussi !

  7. Super Coline, ça m’intéresse bien. Mon fils va avoir 7 ans. Tu penses que c’est tôt?
    Par ailleurs, je trouve ça chouette d’avoir ton reportons de maman blogueuse, c’est plutôt rare! Une mutation en cours?

    1. J’ai un peu de mal à me projeter dans le cas de figure « enfant de 7 ans » mais à partir du moment où il comprend comment ça marche et qu’il est assez responsable pour l’utiliser (= ne pas envoyer des messages quand il est en classe etc. 😅 ) je pense que c’est bon 😇

  8. Wow c’est génial ! Je n’ai pas d’enfant mais je comprends tout à fait que ça puisse être ultra rassurant cette montre. Je vais en parler aux parents autour de moi :)

  9. Bonjour Coline,

    je me suis trop retrouvée dans ton post, j’ai aussi une fille de 10 ans et je vis les mêmes situations, « et pourquoi je peux pas aller à l’école à pieds toute seule, et pourquoi je peux pas aller acheter le pain toute seule, j’ai 10 ans maintenant, et pourquoi je peux pas avoir un téléphone portable, je vais bientôt au collège, et pourquoi et pourquoi….. »

    Avec l’actualité, (la petite maylis, il y a peu), je suis aussi angoissée à l’idée de laisser ma fille aller et venir seule, mais elle réclame une plus grande autonomie ce que je peux comprendre et entendre mais…

    Alors cette montre dont tu nous parles dans ton post tombe à pic. Je vais de ce pas me renseigner. Merci à toi.

  10. Je suis ravie d’avoir lu ton compte rendu, ma fille a 3 mois et quand j’ai vu que ces montres existaient, je me suis dit d’entrée que j’en acheterai une quand elle sera plus grande.
    Je suis une grosse angoissée de la vie et maintenant c’est encore pire.
    Je sais d’avance que je vais être une mère très/trop collante et que je j’arriverai pas à la laisser aller à l’école seule…

    Comme tu dis, dans l’époque où on vit, on a plus tellement le choix. Que ce soit dans un quartier très calme, avec des retraités ou il n’y a personne que dans un endroit avec toujours du passage et où on pense que ça ne peut pas arriver là, ben si.
    Maintenant, même à un mariage bondé avec une garde d’enfant, une fillette disparaît et on ne sait toujours pas ce qui lui est arrivé. Et ce n’est qu’un cas parmis tant d’autres.
    J’ai déjà peur qu’il arrive quelque chose de ce genre à mon bébé, alors que pour le moment elle est avec moi non stop et pas du tout en âge de vagabonder toute seule.

    Bref, elle aura une montre de ce type.
    Et il y a des gens qui commencent déjà à me dire « et les ondes non stop c est pas bien bon… »
    Oui sûrement, mais pour lui éviter les ondes, il faudrait déjà couper tous les wifis de la planète parce qu’il y en a clairement de partout…

    Donc l’idée des ondes ne me fait pas plaisir évidemment mais comme tu l’expliques si bien, c’est un bon compromis pour leur laisser un peu d’autonomie. Parce que laisser ma fille jouer seule dehors, je sais d’avance que je ne pourrai pas, je ne peux pas la priver de ça ou la suivre sans arrêt.
    La différence là, c’est que je serai non stop en train de matter le gps de sa montre 😂😂

    Bref, je pense qu’effectivement c’est une bonne solution pour se rassurer et laisser l’enfant s’épanouir et avoir une vie « normale ».
    Tu m’as encore plus convaincue.

    Dernière petite phrase que j’entends aussi « si elle se fait enlever, ils lui arracheront sa montre ». Certes mais justement ça permettra de voir de suite qu’il y a un problème.

  11. Merci pour cette découverte! Ma fille est encore petite mais je sens déjà pointer ce genre d’angoisse dont tu parle. Je suis contente qu’il existe ce type d’application cependant je te rejoins sur le faite qu’il soit bien dommage d’en arriver là. « A mon époque », cela aurait été une aberration!

  12. Oh que je te comprends… c’est vrai qu’on peut paraitre un peu psychorigide, mais puisque l’on a ces objets à disposition, autant en profiter.
    J’ai le même genre de système (bon, beaucoup plus perfectionné et beaucoup moins cher puisque sans marque, et acheté en Chine) pour le chien…qui a tendance à courser les chevreuils et ne pas retrouver son chemin. Béh c’est top… pour mon produit, l’autonomie est d’une semaine, en marche non stop. Et je le mettrai en mode montre à mon fils dans peu de temps, parce qu’on s’enlève effectivement un gros stress. Comme dit, rien que sur le chien déjà, ça détend bien, alors sur un enfant….Maintenant, le risque 0 n’existe pas, on ne peut rien maitriser du danger, des imprévus…mais un petit coup de pouce, ça aide toujours! C’est ‘gagnant-gagnant’ pour parents et enfant… plus d’autonomie d’un côté, et moins de stress de l’autre… que demander de plus!

  13. Mon fils de 9 ans l’a à son poignet depuis 6 mois environ et nous sommes également ravis et rassurés.

    Nous habitons au fin fond des Vosges et il passe beaucoup de temps à faire du vélo avec ses copains dans le village.
    Avant j’étais ultra stressée (au point de faire régulièrement le tour du quartier pour voir si tout aller bien #mereangoisséedelaviebonjour), maintenant je suis plus zen et cette montre m’a appris à lui faire confiance, à me faire confiance… à me dire qu’à son âge moi aussi je jouais dehors et que finalement c’est en partie cette autonomie qui m’a permis de grandir.
    Le seul petit hic: mon fils ! Qui oublie régulièrement de mettre sa montre ou de la recharger avant de sortir jouer… :) Du coup, il m’arrive encore de sonner chez les voisins, affolée, en demandant si par hasard il n’aurait pas vu un petit blondinet à vélo (#meremegaflipper #merepouleauborddelacrisedangoisse)… et de retrouver ce même blondinet en train de jouer dans le jardin d’un copain…

    Ah la la , dur dur de les laisser grandir ces petits poussins.

  14. Ah c’est rigolo, j’ai découvert cette montre ce week end avec ma nièce de presque 10 ans :-). J’ai eu droit au nombre de pas à faire durant la promenade, puis aux activités « sportives » qui rétament bien l’enfant (pratique pour bien les épuiser hihi), enregistrement vidéos de tata qui dit n’importe quoi etc. En revanche, je n’avais pas du tout compris le principe premier (géolocalisation, possibilité d’envoyer des messages vocaux etc) (en même temps, je n’ai pas vraiment eu le droit de toucher l’engin…chasse gardée!) et c’est tout bonnement génial ! Merci pour cet avis éclairé !

  15. Ma fille a 2 ans donc je suis pas encore concernée par ce type d’objet (encore que quand on se retrouve dans une foule immense, l’angoisse monte très vite et je demande au final à son père de la porter).
    Je voulais tout de même rebondir sur un point : tu pointes la différence entre notre époque (on a le même âge) et celle de maintenant. Et oui nous pouvions rester dans la rue sans coller d’angoisse de la mort à nos parents. Mais, moi par exemple, je devais systématiquement prévenir quand je changeais de lieu, je ne devais en aucun cas rester seule dehors (toujours être avec les copains et copines) et je devais respecter les horaires. Et même encore aujourd’hui (je suis pourtant adulte), quand j’ai un long trajet en voiture ou que je pars à l’étranger, je passe toujours un coup de fil (ou un texto) en arrivant à destination pour dire à ma maman que je suis encore vivante…

  16. Coucou,
    Apres avoir lu ce petit (grand enfaîte) article et bien je dirais que cette montre a l’air vraiment pas mal ! Elle permet de rassurer les parents mais de laisser une liberté à l’enfant ! En tout cas si elle convient a tout le monde c’est le principal !
    Bisous,
    Camille :)

  17. Non mais le côté angoisse 8000 dans mes bras Coline merci je connais !
    Et la crise des « 10 ans » mon dieu quelle claque : mon bébé, pourtant l’aîné hein… qui grandit : au secours ! J’ai pas encore 40 ans : ses 10 ans à lui ont été ma 1ère crise existentielle liée à l’âge !
    Lui a commencé à aller à 50 mètres seul, le passage piéton est DEVANT chez nous (control freak mode content!), et pire ensuite ça a été à… 500m en vélo : au secours ! Le jour où il est rentré dans le noir (oui bon il y a des lampadaires, j’avoue… mais…) car on avait zappé le changement d’heure et qu’à 18h30 il faisait nuit et qu’on n’avait pas encore installé les lumières sur son vélo… je m’en souviens encore !
    Pour les 3, on a fait notre apprentissage de parents en les laissant aller seuls au parc qui est derrière chez nous et quand je dis derrière c’est en limite de notre jardin : tu sautes par dessus la haie (et le grillage, ouille) et t’y es ! Pour ma fille et mon second fils on s’est un peu détendu du slip d’autant plus qu’à 1 an et demi d’écart ils sont toujours fourrés ensemble.
    Mon grand de 14 ans a eu un portable à ses 12 ans presque et demi car ses frère et sœurs de 3 et 5 ans de moins arrêtaient la garderie et rentraient seuls (enfin…avec une dizaine de marmots et 3 mamans du quartier…) de l’école : plusieurs fois ils ont perdu le tél fixe (sous le canap, la couette…) alors que l’on avait un besoin urgent de les joindre. Du coup alors qu’on avait dit le portable en 4ème, on a craqué à noël pour son année de 5ème : contrepartie à son rôle de grand-frère alors que nos tafs respectifs nous prenaient plus de temps.
    Et là ma fille vient d’entrer en 6ème : il y a 6 mois elle est sortie du fameux parc et a disparu pendant au moins… 30 minutes : on l’appelait partout avant de voir un vélo identique par terre dans un jardin inconnu… Elle avait rencontré une copine de danse qui venait de déménager et l’avait invitée chez elle.
    Il y a 15 jours, dans un moment de folie je la laisse monter dans le bus pour qu’on se rejoigne à la maison, j’étais en vélo elle à pied : elle a loupé l’arrêt et est descendue au suivant. 1/4 de retard pendant lequel j’ai pas osé entrer dans la maison de peur de me faire trucider par mon mec, j’en aurais chialé quand je l’ai vue arriver essoufflée…
    C’est drôle car tout à l’heure à la pause déj’ ma collègue -dont la fille a le même âge que la mienne- me disait qu’ils avaient refilé un de leurs anciens téls à leur fille. Son mec a verrouillé donc elle ne peut rien installer seule etc, mais il peut la localiser etc… Bref ils l’utilisent de façon similaire à cette montre. Et dans son cas précis je comprends : ils ne travaillent pas là où ils habitent, elle est fille unique etc. J’aurais fait pareil ! Et je vais checker la montre…
    Le coup du changement d’heure me fait angoisser de nouveau à mort car je ne peux pas l’accompagner à son cours de guitare du mardi, il y va seule mamma mia… Je file au garage vérifier les éclairages de tous les vélos !!!
    Je crois ne pas t’avoir écrit de commentaire aussi long depuis des années ! C’est dire si j’AIME ton article !!!

  18. Je trouve ça sensa ! Et j’ai pas encore d’enfants c’est pour dire ! S’il existe un moyen de limiter le stress de ne pas savoir où est ton enfant, ça ne peut être qu’une bonne chose !
    Et pour les plus petits il existe quoi sinon ? ;)

  19. Je trouve cet article où tu parles de ta fille très touchant mais en revanche je ne peux m’empêcher d’être effrayé par la fonction GPS. Chaque pas en avant vers la sécurité est un pas en arrière pour la liberté. Je pense que, malheureusement, aller au-delà des limites imposées par les parents fait partie du processus d’émancipation.

    1. Merci pour ce retour, je me suis sentie un peu bizarre en lisant cet article et tous les commentaires enthousiastes.
      Je n’ai pas d’enfant donc peut-être que le jour où j’en aurais je comprendrai. Mais là je trouve ça plus très effrayant qu’autre chose d’avoir des enfants dont les parents peuvent suivre à tout moment les déplacements. Grandir et s’émanciper, ça veut dire aussi se déconnecter de ses parents, je trouve (comme tu le dis très bien).
      Sans compter que ce genre de montre crée un nombre de données incalculables sur des enfants… Que deviennent les données sur les déplacements des enfants avec ces montres ? A qui sont-elles revendues ? Alors que l’enfant n’est pas en mesure de faire un choix là dessus…

      Voilà, encore une fois je ne suis pas dans cette situation donc je ne peux pas juger, en aucun cas mon commentaire veut dire « bouuuuh c’est mal », mais ça me fait un peu drôle quand je lis ça, parce que j’ai l’impression que ça semble naturel à tout le monde alors que c’est un choix.

      1. Je comprends vos réactions et c’est un peu l’effet Black Mirror que j’aborde dans les « moins » mais je pense qu’il est aussi important de remettre les choses dans leur contexte : cette montre est destinée à de jeunes enfants, pas à des ados de 12/13 ans ou plus 😉 Evidemment qu’aller au delà des limites est important mais pas à 8, 9 ou 10 ans 😳 Ou tout du moins pas en décidant, par exemple, de ne pas aller à l’école le matin et de traîner seul dans la rue (enfin perso c’est juste pas du tout envisageable pour moi 😂 ) Et puis tout dépend aussi de l’utilisation qu’on en a. En ce qui nous concerne on ne passe pas la journée les yeux rivés sur l’appli pour voir où elle est, il s’agit plutôt d’être sûre qu’elle est bien arrivée à l’école le matin ou de l’appeler quand elle est chez une copine pour qu’elle rentre. Quant aux données, elles sont totalement anonymes et absolument pas revendues à qui que ce soit (c’est là qu’on s’éloigne de Black Mirror ahah ! 😉 )

    2. Maman de deux filles de 10 et 13 ans je me pose aussi la question du tracker… Je ne suis pas une maman intrusive, je ne souhaite pas savoir minute par minute ce qu’elles font mais je souhaiterai être prevenue si elles sortaient de la ville et je souhaiterai pouvoir les localiser si par malheur il leur arrivait quelque chose. J’ai failli me faire embarquer en voiture par deux mecs l’année de mes 15 ans, de très bons réflexes et mon entrainement à la course m’ont surement sauvés… Bref sans y penser constamment, je sais ca peut arriver à n’importe qui , n’importe où … Je trouve que ce genre d’objet permet de « laisser vivre ses enfants » sans les harceler au tél ou sans se ronger les sangs dès qu’ils sont dehors.

  20. Bonjour

    C’est article m’a plutôt effrayée, alors je me permets de donner mon avis, qui est assez tranché, mais qui reste une simple opinion à prendre comme telle, bien sûr.
    Je comprends les réactions enthousiastes parce que ce genre de produits donne selon moi une illusion de sécurité et joue sur les peurs naturelles (et parfois légitimes) de tous les parents.
    Je n’ai pas d’enfants, mais je pense que s’être trouvé en situation d’être responsable d’un ou plusieurs enfants donne une idée de ce que cela peut procurer parfois comme terreurs viscérales (de perdre un enfant, qu’il se blesse, qu’il se fasse enlever/agresser, etc…).
    J’ai travaillé avec des jeunes, en situation de handicap, qui avaient exactement les mêmes soucis communs à d’autres personnes de leur âge, mais dont le principal problème était de se défaire des angoisses et du contrôle parfois pesant de leurs parents inquiets qui avaient tendance à les surprotéger du fait de leur handicap. Plus encore pour eux que pour les valides, l’autonomie était la finalité de leur accompagnement. Avoir été en contact avec des personnes qui luttent pour leur autonomie m’a fait prendre conscience de la valeur de celle-ci, et en quoi elle est indispensable pour se réaliser en tant qu’adulte.
    C’est une évidence pour moi que l’autonomie est le but de tout éducation; on n’éduque pas des enfants pour qu’ils restent collés à nos basques toute la vie, n’est-ce pas? Or je pense que ce genre d’outil nuit à cette autonomie.
    J’ai le souvenir d’un voyage scolaire effectué quand j’avais huit ans, pendant la dizaine de jours, nous n’avions eu droit qu’à un appel à nos familles, passé en milieu de séjour à l’aide d’une cabine téléphonique. Cela n’avait rien de choquant à l’époque, nous étions encadrés par des instituteurs, au moindre problème ils auraient contacté nos familles, mais je me demande si aujourd’hui cela serait possible. J’ai un ami qui a travaillé dans des colonies de vacances, et il me disait que de plus en plus avec l’arrivée des téléphones portables, des organisateurs avaient pris le parti de les interdire durant le séjour… pour éviter que certains parents harcèlent littéralement leurs enfants en les appelant jusqu’à plusieurs fois par jour. Dans l’idéologie des personnes qui travaillent dans ce genre de milieu, où les vacances scolaires loin des parents servent justement à apprendre à gagner en autonomie et à s’épanouir hors du cocon familial, il n’y a rien de plus néfaste que des parents qui ne peuvent pas laisser leurs enfants vivre sans eux et risquent ainsi de les maintenir dans une dépendance forcément incompatible avec la responsabilisation (comme par exemple le fait qu’un enfant soit capable d’appliquer des règles non pas pour faire plaisir ou par crainte, mais parce qu’il les a intériorisées). C’est parfois très difficile, mais responsabiliser un enfant ça implique lui faire confiance (même si cela dépend de chaque enfant et qu’on agit différemment selon son âge, à la fin du primaire ils sont souvent eux-mêmes demandeurs)
    Je me demande aussi, si la nécessité de surveiller constamment les enfants n’équivaut pas à leur présenter le monde comme étant essentiellement source de danger et d’angoisse. Je me demande si en agissant de la sorte, ils ne risquent pas de devenir des adultes excessivement névrosés… Comme si indirectement, les « tracker » voudrait dire qu’ils sont en danger constant et qu’ils ont besoin d’être surveillés H24…
    Et justement à propos de ce monde « inquiétant », il l’est sûrement plus dans les faits qu’il y a trente ans, mais est-ce que cette angoisse ne serait pas exacerbée par l’hyper-médiatisation du moindre fait divers, est-ce qu’on ne serait pas surtout influencés voire matraqués par des messages terriblement angoissants de tout bords? Nos parents n’avaient ni internet, ni twitter… L’effet terriblement anxiogène des attentats par exemple ne doit pas faire oublier que ce sont des évènements pour l’instant ponctuels (il n’y en a pas tous les mois en France), tout comme les enlèvements d’enfant qui heureusement n’arrivent pas toutes les semaines…

    En gros, pour moi, ce genre d’outil, non seulement déresponsabilise les enfants, est symptomatique d’une difficulté à « couper le cordon », traduit un état d’esprit qui peut entraîner une dépendance excessive à ses parents à l’âge adulte, mais ça pose même des questions de liberté privée: si on tracke les enfants, pourquoi ne pas tracker aussi les adultes? Sont-ils eux aussi totalement en sécurité? Pour pousser le raisonnement un peu plus loin, pourquoi pas aller vers un monde où nous serions tous pucés et géolocalisés, pour pouvoir rassurer notre entourage? (et accessoirement entretenir la psychose ambiante, donner de l’argent à ceux qui profitent de ce commerce de la peur, et prendre le risque que nos données soient collectées -même si ça ne l’est pas officiellement, en terme de données numériques, rien n’est jamais sûr-, revendues, utilisées à des fins malveillantes…)
    Question bête: et si un pervers arrive à craquer la sécurité de ce genre de bracelet et à accéder aux données? Cela lui permettrait lui aussi de savoir précisément où se trouve votre enfant… Sans compter que la protection de ce bracelet contre une éventuelle agression est toute relative, n’importe-qui aurait le temps d’enlever un enfant, bracelet ou non.
    Pour moi, ce genre d’outil est commercialisé (dans un contexte où le marché du smartphone commence à être saturé, il faut trouver de nouveaux clients, à savoir les enfants) dans le but de se faire de l’argent sur l’angoisse des parents, et le seul argument réellement valable, à savoir une potentielle sécurité en cas d’agression, est totalement vain.

    Peut-être que la fonction appel pourrait être intéressante ponctuellement dans certaines situations dans la mesure où il n’existe plus de cabines téléphoniques et où pour un enfant de cet âge, une montre avec des fonctions appel limitées est plus pertinente qu’un portable. Mais là encore, se pose un autre problème, qui est celui de l’exposition des enfants aux ondes électromagnétiques… (dans les maternelles, le wifi est en passe d’être interdit, et pour l’OMS le téléphone mobile est « peut-être cancérogène pour l’homme » et déconseille son usage chez les moins de douze ans)

    Désolée pour le pavé :/

    1. Votre pavé est très intéressant et fait un bonne synthèse des « moins » de ce type de produit. Il me semble également que cette montre est tellement énorme qu’un éventuel ravisseur aurait vite fait de la repérer et de l’ôter… Il n’en demeure pas moins que c’est une alternative intéressante au téléphone portable, et que cela peut malheureusement se révéler utile… Je ne suis pas vraiment objective, j’étais comme Coline et beaucoup d’autres maman particulièrement inquiète pour la sécurité de ma fille. A cette inquiétude légitime s’est greffée notre difficile expérience de l’attentat de Nice, et je me suis rendue compte que si nous avions été séparées dans la panique (ce qui a été le cas de plusieurs enfants), ma fille aurait dû en plus gérer cette situation… Elle avait 7 ans, mais ne connaissait aucun numéro de téléphone, et j’ai pris conscience qu’elle n’aurait pas été en mesure de fournir les indications nécessaires pour qu’un de nos proches soit rapidement contacté. Bien sûr ces situations restent très exceptionnelles, et leur surmédiatisation exacerbent d’autant nos angoisses, mais elles existent et il s’avère très difficile de faire la part des choses… Bien que votre commentaire soit assez convaincant, il est fort possible que je me dirige un jour vers ce type de produit…

    2. Je pense que ce genre d’objet ne fait que rassurer les angoisses parentales mais n’est en rien un bénéfice pour l’enfant. J’ai 25 ans, et à l’époque je n’avais pas de téléphone ou de trackeurs. Peut être que mes parents étaient eux aussi angoissés, mais c’est le juste déroulement des choses, et il faut apprendre à vivre avec ça, à surmonter nos peurs et à faire confiance à nos enfants sans avoir besoin de les « surveiller » en permanence. Avec un tel objet, même si vous faites confiance à votre fille toi et votre compagnon, il y a toujours un objet médian entre votre confiance envers elle. On pourrait croire que ça la responsabilise mais non, ça l’oblige, parce que si elle « flanche » et bien ses parents le sauront immédiatement. Elle ne peut plus faire autrement que prendre le droit chemin que vous lui imposez, et ne peut donc absolument pas s’émanciper petit à petit. Il n’y a pas d’établissement de responsabilité ou de véritable confiance envers elle.

  21. Merci Coline pour cette article j’en avais entendu parlé mais cette revue est très complète!ok ma fille n’a que 2 ans mais je ne peux pas m’empêcher de penser à la situation dans laquelle tu t’es retrouvée! Alors c’est pas pour tout de suite mais tu m’as convaincue!! Reste à voir le prix…mais bon d’ici à ce que j’en ai besoin tous les gosses en auront sûrement!^^

  22. Salut Coline,

    Merci pour cet article. Je n’ai pas d’enfants non plus, mais je rejoins le commentaire de CLAPS.
    Moi aussi j’ai été super couvée par mes parents (qui ont l’air de gens normaux par ailleurs). Ce qui implique : pas le droit de sortir la plupart du temps, hors de question d’aller en colonie de vacances, ces endroits gérés par des jeunes inexpérimentés :/ Hors de question non plus d’aller jouer avec les autres enfants, par exemple les après-midi gérés par des animateurs en terrain de camping ou en village de vacances, on ne sait jamais… Résultat : j’étais très seule, en particulier les étés, et surtout j’avais l’impression, a chaque rentrée, d’être distancée par les autres, en terme de nouvelles expériences et de développement de la personnalité.
    Je ne suis jamais sortie au lycée et je te passe la période étudiante ou ils débarquaient a 22:00 chez moi pour vérifier que j’étais bien chez moi et seule (etc. etc.), et le flicage a duré très longtemps. Evidemment, pour mon frère, ca a été bien moindre.

    Résultat : j’ai développé une attirance disproportionnée pour le secret, pour exister en tant que personne. Donc, je mens, essentiellement par omission. Ils ne savent presque plus rien de ma vie, ca s’est fait graduellement. Je ne leur dit jamais quand je pars en vacances (en particulier, les trucs type bakpacking alone a l’étranger ;), quand je dois donner un contact d’urgence, pour une asso ou un boulot, je ne donne jamais leurs coordonnées. Je renseigne des amis, qui ont en cas d’extrême urgence, le contact de mes parents. Ils ne sont pas au courant du travail que je fais, des études que j’ai fait (seulement partiellement), et évidemment, ils ne connaissent ni mes amis, ni mes occasionnels petits amis. Et je suis partie vivre a l’étranger.

    J’ai aussi des rapports compliqués avec le téléphone portable (pourtant, fin des années 90 oblige, j’ai eu mon premier téléphone a 16ans, mais ca reste un moment assez pénible dans ma vie, j’avais l’impression d’avoir une laisse virtuelle). Dans les faits, sans m’en rendre compte, je pense que je sors sans une fois sur deux sans, et chez moi il est toujours dans un coin de la maison ou je ne l’entends pas sonner.
    Et non, je n’ai pas coupe les ponts avec eux, on doit se voir une fois tous les trois mois.

    Bref, tout ca pour dire que ca fait partie du boulot de parents d’accepter que tes enfants deviennent des personnes, autonomes, différentes de toi et de ce que tu projettes sur eux, et les accompagner sur ce chemin. Et qu’on ne peut pas priver un individu de sa liberté et l’empêcher de prendre lui-même ses propres décisions, de faire ses propres expériences, de se découvrir, de faire des erreurs, de rencontrer des gens très différents de son milieux, sous le prétexte qu’on est ses parents et qu’on a peur. L’enfance c’est un période hyper importante, de construction, j’imagine qu’on a tous des moments, des gens dont on se souvient et qui nous ont marqués pour longtemps.
    Du coup, quand je vois ce genre d’objet, mais j’ai peur de ce que ca pourrait devenir dans les mains de parents hyper-anxieux. Mais bon… de toute façons, ce n’est qu’un outil, au milieu des mesures que tu mets en place pour protéger ton enfant. C’est juste que la frontière entre protection et étouffement, même et surtout avec les meilleurs sentiments du monde, est mince, et vaut vraiment la peine qu’on y réfléchisse (ce que tu fais, hein, justement en écrivant cet article, j’exprime juste mon expérience sur les risques liés au manque de recul sur son anxiété).

    Bonne journée!

  23. Comme les autres mères, j’ai vraiment beaucoup aimé cet article et cette revue en détail de la Kiwip Watch.
    Je constate que celles qui ne comprennent pas nos angoisses de mère ne sont elles-mêmes pas encore mères. J’ai l’impression que certaines ont été trop couvées et en parler dans un contexte plus spécialisé leur serait d’une grande aide afin de se libérer de ce souvenir d’étouffement.

    Lorsque ma fille sera en âge de sortir seule, je n’hésiterai pas une seule seconde à l’équiper d’un objet connecté de ce type. Même si je ne fais pas partie de ceux qui disent « c’était mieux avant », j’estime néanmoins qu’avant c’était different et que les enfants grandissaient dans un monde moins violent (je parle de la violence au sens large).
    On trouve normal d’équiper d’un téléphone portable un enfant qui rentre en 6e, alors pourquoi ne pas plutôt l’équiper de ce type de montre qui permet de garder un lien sans pour autant que l’enfant soit lié à un énième écran.
    Je ne vois pas non plus en quoi un objet connecté de ce type nuit à l’autonomie de l’enfant. Je trouve qu’au contraire ça le responsabilise (il doit faire attention à cet objet de valeur) et lui permet justement de gagner en autonomie puisqu’il a la possibilité de gérer son temps et ses déplacements hors de la maison tout en rassurant si besoin. Par ce biais il peut prouver à l’adulte qu’il reste disponible et localisable et gagner plus d’autonomie.
    Je ne crois pas que cela ne rassure d’ailleurs que les parents, car l’enfant peut également se sentir rassuré de pouvoir être localisé si besoin. D’ailleurs Coline, ne pourrais-tu pas demander à ta fille de faire part de son ressenti sur sa montre et le publier à la suite de cet article? Nous aurions ainsi son point de vue d’enfant et ça ferait progresser la discussion.

    Chaque heure, 5 enfants disparaissent (disparition inquiétante, enlèvement parental, fugue…) et même si la plupart est retrouvée, je pense aux familles de ceux qui restent introuvables (11 000 de plus chaque année). Une petite visite sur le site du 116 000 permet de mieux comprendre l’angoisse d’un parent:
    http://www.116000enfantsdisparus.fr/avis-de-recherche/disparitions-en-cours.html

  24. Je suis une « vieille »mère : enfant ,sans le portable, internet et l’info en continu , avec une chaîne d’état et la radio , j’ai été très marquée par les enlèvements d’enfants , je suis toujours rentrée sans parents de l’école , vers 7 ans , un petit groupe ,10 mn de trajet , et je tremblais tout les jours en passant devant l’énorme boite à sel pour le verglas craignant un kidnappeur caché dedans …… comme quoi et en effet quand on « oubliait » de rentrer ma mère nous cherchait en panique.

    Je comprends très bien les post théoriques sur l’éducation , je les partage et j’ai fait comme cela avec mon fils , en garde alternée on doit faire confiance et on apprend à ce qu’il vive sans nous .
    Les parents de Sophie ont été abusifs , on voit sa réaction .
    La montre ou autre connexion peut être un partage de responsabilité avec l’enfant ou le rassurer , on parle de 10 ans là.

    Je voulais surtout dire qu’en devenant mère il te pousse un germe d’angoisse , qui est vital à l’origine mais qui parfois te dépasse , te submerge et t’empêche de rationaliser …..piou piou a maintenant 19 ans , c’est bien pire qu’à 10 ans , et parfois c’est difficile malgré tous mes principes .

  25. Bonjour Coline,

    J’ai 32 ans, j’ai grandi dans une petite ville où on jouait dans la rue avec les copains et mes parents (très très angoissés) ne me laissaient pas toujours sortir. Je pense qu’ils avaient confiance en moi mais leur peur dépassait cette confiance. Je me dis que cette petite n’aurait pas évité un enlèvement ou une voiture qui te renverse mais les auraient au moins apaisés. Ils étaient déjà moins stressés pour mon petit frère parce que c’était l’époque du portable.

    Pour ma part, je suis institutrice sur Paris et je n’ai pas d’enfant. J’ai toujours cette pointe d’angoisse quand les élèves peuvent rentrer seuls, que les parents appellent l’école parce qu’en fait ils ne sont pas rentrés mais sont allés au parc et que toi tu retrouves à rassurer des parents: « je suis sûre que votre enfant ne va pas tarder, il doit être au parc… »
    et que tu te dis dans ta tête: « putain mais j’espère qu’il est vraiment dans ce putain de parc » (ouais quand t’es angoissée tu ne parles plus du tout comme une maîtresse).
    Je trouve ça bien de laisser de l’autonomie à son enfant mais je ne blâme pas les parents qui, par exemple, refusent de laisser leurs enfants rentrer seuls de l’école ou ne veulent pas qu’ils fassent certaines activités. L’angoisse c’est incontrôlable surtout lorsque c’est pour un enfant. Cette montre m’a l’air d’être une bonne alternative pour apprendre aux enfants à devenir autonomes et à rassurer les parents. Et je trouve même, qu’expliquer à son enfant que ce n’est pas un jouet mais un véritable outil (comme tu l’as fait avec ta fille) c’est plutôt cool, c’est un vrai apprentissage qui se fait déjà pour plein d’objets du quotidien. J’aurais même mis ça dans les « plus »…

  26. ça me fait pareil et ma fille en a 14. bon elle, elle a un portable mais à chaque fois qu’on passe une étape on se fait encore plus un sang d’encre tout en se disant, « punaise, qu’est-ce que c’était plus simple quand elle avait 13 ans ! ».

  27. Bonjour Coline,
    C’est certainement un très bon outils, mais je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il est aussi source d’angoisses supplémentaires. Il est fort plus probable que nos enfants se fassent renverser dans la rue par un mec (ou nana d’ailleurs) complétement bourré, OU PAS, que de se faire enlever par un inconnu. On entend forcément plus parler des enlèvements que des accidents de piétons, même s’il s’agit d’enfants. J’habite une petite ville, et chaque jour lorsque j’accompagne mon fils (7 ans … il n’a toujours pas rechigné….) je vois des Tarés! qui roulent comme des Tarés! dans une zone à 30 km/h devant une école. Alors oui, cette montre peut être rassurante. Ou alors on peut aussi se raisonner. Sans jugements aucun… chacun son truc…

  28. Je n’adhère pas du tout, mais alors pas du tout, à cette nouvelle manie des « laisses numériques ».

    Apprendre à faire confiance à son enfant et lui faire comprendre qu’il a le devoir de suivre les règles et de composer avec l’inquiétude parentale me paraissent des étapes normales de l’apprentissage. Pourquoi lui imposer de rendre systématiquement des comptes ? Puisque c’est comme ça que je le perçois… En checkant sa localisation, on vérifie que son enfant est bien où il avait dit être, qu’il fait bien ce qu’il avait dit faire. Comment créer cette confiance quand, de toute façon, l’enfant n’a pas la liberté de dévier ? La confiance ne serait-elle pas plus saine si elle faisait suite à une véritable volonté de l’enfant de rester dans le cadre plutôt que d’une obligation parce que « papa-maman savent tout ».

    J’ai bien cru comprendre que vous n’utilisez pas cette montre dans l’intention de fliquer votre fille, plutôt comme un moyen de vous rassurer et de la laisser expérimenter une certaine forme de « liberté » sans l’accabler de votre inquiétude. Mais je ne peux quand même pas m’empêcher de penser que ce n’est qu’un gadget qui ne fait que temporiser le moment où vous allez vraiment devoir lui faire confiance…

    Cela dit, j’ai beaucoup apprécié de lire vos considérations maternelles : touchant. :)

  29. Bonjour Coline,
    Ton article m’a bcp plu et me pousse à m’interroger pour plus tard… Ma fille n’a que 2 ans pour le moment 😅 je me suis permise de t’envoyer un petit mail car cet article m’interroge également sur un autre point… Au plaisir de te lire et merci pour cet article « vie de Mummy » 😄

  30. Franchement c’est un super article et l’idée de la montre connecté j’adore!!! Je suis une maman solo d’un beau petit d’homme de 6 ans et autant te dire que je suis une stressé de la vie, on ce qui concerne mon fils (enfin sur certains points) mais franchement l’idée de cette montre est excellente! Nous vivons actuellement sur notre petite îles perdu dans le Pacific, dans notre petit village assez calme, chez nous il n’y a pas « d’enlèvement » on a de la chance ! mais je sais que d’ici une petite année on a déménager dans un autre pays et le fait de savoir que mon fils devra aller dans une plus grande école et surtout dans une plus grande ville me stress déjà!!! (oui je stress déjà alors qu’il me reste encore 365jours avant de prendre l’avion!!!mdr) Alors de savoir que ce genre de « technologie » existe me réconforte grave!!! parce que ouiii (de mes 26ans) je ne savais pas que ce genre de montre exister!!! Alors franchement #MERCIIII Coline!!!
    Je t’embrasse et je t’adore!! bisous a ta petite famille

  31. Je suis enceinte de mon premier enfant, comment ça c’est pas possible de déjà lui filer une montre ? Merde alors. Plus sérieusement, je ne suis pas encore maman (ou qu’à moitié ?) et bien qu’il soit encore dans mon ventre, je suis déjà inquiète. Je pense que c’est comme ça quand on est un parent aimant, pas l’choix. Je suis totalement POUR ce genre de montre, je trouve que comme tu dis ça évite la case portable ou forcément ils vont s’en servir pour faire un tas de truc et pour autant on se sent en sécurité de savoir où ils sont et de pouvoir les joindre. Et pour ceux qui trouvent que ça relève de l’espionnage de « géolocaliser » (le mot bien 2.0) son enfant, sachez que vous faites exactement la même chose mais en plus saoulant quand vous lui envoyez 15 SMS par jour en lui demandant où il est, seul l’interface et le degré de « reloutitude » change. Merci pour ce super article Coline !

  32. Bonjour Coline,
    Sous le sapin ma petite-fille trouvera cette super Montre Kiwip ….Whaouuuuuu ….ce sera le Bonheur pour elle et bien entendu pour nous aussi qui seront rassurés de la savoir ‘’ En Sécurité ‘’ .👍🎄🎁🎅🏻
    Évidemment dans les débuts ce sera la fête du Slip 😂avec nous ces grands parents ….Nous avons été 🧒 aussi,nous comprenons très bien.
    Merci pour vos commentaires qui reflètent bien la réalité.
    Bon Noël pour vous et votre famille 🎉
    Patricia …(Mamy)