50 commentaires sur Et la cause humaine ? On s’en tape ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Coucou Coline,

    Merci de cette petite vidéo qui précise bien des choses sur le fait d’être dans la « défense » quelle soit « animale » ou « humaine ».
    C’est aussi mon attitude : être pour la protection et le bien-être, concerne tout autant la bête que l’Homme.
    C’est une question de « sensibilité humaine ».
    C’est ça l’Humanité ;)

    Ce que je pourrais me permettre de reprocher (un peu) aux « vegans » (surtout les purs et durs), c’est d’adopter un discours et une pensée « unique » selon laquelle l’homme exploite l’animal à des fins personnelles. Et dans leurs termes, il n’y a parfois pas vraiment de nuance dans leurs propos, ça peut être même violent surtout pour quelqu’un qui, comme moi, défend la petite agriculture locale et les produits artisanaux, sans OGM ni autre substance toxique. Que cela concerne les animaux ou les humains.

    Voilà, c’était mon point de vue ! ;)

  2. Cette série bienvenue en veganue est intéressante, mais cet épisode est pour moi ressemble simplement à une justification personnelle. Tu ne fais qu’utiliser les terme « moi » « je ». On dirait que c’est simplement mon un coup de gueule contre les critiques que les vegans reçoivent, elle n’apporte aucune information sur la cause humaine: tu re dédouane juste de faire des choses non éthiques. Je ne vois pas l’intérêt.

      1. Salut Margot !

        Je comprends parfaitement ton ressenti sur cet épisode. Es-tu végane ? En fait je te demande ça car, moi qui le suis, j’ai eu droit à chaque fois à ces remarques en mode « je vais bien te coincer sur quelque chose » de la part des personnes qui m’interrogent sur le sujet. Du coup, les paroles de Coline correspondent tout à fait à ce que je peux ressentir sur la question. Alors finalement, cet épisode axé sur le « JE » dois parler à de nombreux vegans finalement…Je pense que c’est le but de cette vidéo.
        Heu je ne sais pas trop si je me fais bien comprendre ! lol Pardonne-moi c’est un peu brouillon mais j’avais juste envie de t’expliquer mon point de vue ^^

        Bref, quand les gens découvrent (car je ne suis pas militante, je fais mon ptit train train dans mon coin) que je suis végane, la plupart d’entre eux, au delà de la simple curiosité, se lance dans une espèce d’interrogatoire qui tourne vite à l’embuscade en mode « j’essaie de démonter ta logique  »
        Du coup j’ai droit à l’éternel « Oui mais les êtres humains ? » Je leur réponds alors que si j’ai ouvert une boutique de mode éthique c’est pas pour rien, « Oui mais le synthétique c’est du pétrole » Je leur réponds alors que l’exploitation animale est une catastrophe environnementale et qu’à choisir: entre foutre en l’air la planète en faisant souffrir les animaux et foutre (un peu moins)en l’air la planète en cherchant des solutions alternatives, mon choix est fait… Bref, On finit toujours par justifier des choix et devoir prouver qu’on est irréprochable. Ça devient usant, surtout quand les personnes qui t’interrogent roulent en gros 4×4, consomment la mode jetable , achètent des produits sur emballés, et jugent ton mode de vie. Bon j’exagère un peu ce portrait, mais parfois ça relève vraiment de la caricature ! lol
        Bref, ce serait cool en effet que chacun puisse vivre sans jugement ses convictions. Perso je ne supporte pas les vegans militants agressifs qui desservent la cause. J’apprécie la curiosité et l’intérêt sincère portés par mon entourage, mais je ne supporte pas non plus d’être jugée quand je n’ai rien demandé à personne ^^
        Du coup les vidéos de Coline nous font nous sentir moins seuls dans nos conviction, nos imperfection et nos doutes!

        Salut et belle journée à toi ! ;-)

    1. Je me prends simplement comme exemple. J’aurais pu aller chercher les vingtaines de commentaires/débats que je vois quasi toutes les semaines chez des conseurs/confrères du web ou même auprès de mes proches mais…on s’en fout, non ? Il ne s’agit que de dire qu’il serait de bon ton de se détendre et d’exposer un fait qui est que le véganisme n’est pas en opposition avec toutes les autres luttes. Si tu n’y vois pas d’intérêt c’est bien dommage… ;)

  3. Bonjour Coline,
    Je trouve cela vraiment très bien d’avoir parlé de ce sujet. C’est le problème avec le monde virtuel, si on ne parle que d’un sujet, tout le monde pense qu’on ne vit que pour cela. De ce fait, beaucoup auraient tendance à penser, c’est bien joli les animaux… Mais les êtres humains qui se font massacrer, exploités… Chaque jour, on en parle ?!
    On ne peut pas être sur tous les fronts, car comme tu le dis, on n’est pas parfait. On agit selon nos capacités, je pense.
    Est-ce que la cause animale est plus à la portée en terme de lutte que les humains ?! Sans doute.
    C’est avant tous un état d’esprit, est-ce que nous sommes des personnes sensibles aux problèmes qui nous entourent et on fait de petits gestes selon nos possibilités ou on mène notre vie égoïstement et vu qu’il n’est pas évident d’agir considérablement pour les êtres humains, on ignore totalement les animaux ? Au moins, tu as le mérite d’en avoir parlé !
    Et puis de manière générale, beaucoup, on la critique facile sur la moindre futilité, l’essentiel pour eux sera de trouver le défaut chez l’autre!!
    Excellente journée.

    1. « l’essentiel pour eux sera de trouver le défaut chez l’autre » Absolument… Je pense que ça permet de mettre en sourdine ses propres défauts/contradictions. C’est parfaitement humain au final mais on est jamais à l’abris d’une belle évolution ! ^^

  4. Ton article tombe à pic car hier j’ai regardé un documentaire appelé Cowspiracy appelant à devenir vegan pour le bien-être de notre planète. J’ai trouvé ce documentaire poignant et bouleversant car on y apprend que l’exploitation animale a un terrible impact sur l’environnement et qu’on l’ignore sans doute car on préfère pointer du doigts les voitures et l’industrie que la bonne viande qui est, faut croire, indispensable à notre alimentation. Un documentaire à regarder absolument pour une réelle prise de conscience ! ;)

  5. Coucou Coline,
    j’ai adoré ta vidéo ! Tellement réelle. Je ne mange plus de viande, tout en continuant de consommer des produits laitiers, oeufs.. je n’ai pas encore sauté cette étape :D je me prends très régulièrement des réflexions du même type ! Emaüs c’est ma deuxième maison mdr, les vide grenier également ! J’adore tes videos, ta manière de communiquer !!!
    Bisous

  6. Bon, c’est bien, mais :
    Un jean Zara est fabriqué grâce à l’exploitation de l’homme, et la consommation de viande c’est l’exploitation de l’animal …
    Et comme l’homme est un animal comme les autres … si tu achètes un jean Zara (ou un pull) tu participes à l’exploitation de l’homme … donc de l’animal !
    Tu cherches juste à te justifier parceque tes convictions (végan) sont en opposition avec ton métier de bloggeuse qui doit faire vendre des produits issus de l’exploitation de l’homme !
    Bon courage :)

      1. Bon … je crois que ce sont plutôt TES interprétations personnelles … et c’est toi qui justifie l’achat chez Zara et autres exploitants et pollueurs :)

        1. Mais je n’ai aucun problème avec ça… Je ne vois pas à quel moment on peut croire que je me justifie O.O On est sur internet, je pourrais très bien faire croire à tout le monde que je ne me sape que Made in France et que je me déplace en vélo et que je ne mange que le produits de mon potager 😂 Mais quel intérêt ? C’est justement, à mon sens, intéressant de dire que moi (comme n’importe qui d’autre) j’ai aussi des contradictions, que je suis végane oui, que je m’engage pour certaines causes mais qu’il faut aussi savoir se détendre du slip ;) Comme le dit si justement Laurie un peu plus bas, au bout de 10 ans je suis un peu au dessus des remarques du genre. Ici je m’adresse aux véganes, en leur disant que rien ne sert de se flageller au moindre faux pas mais aussi aux non-véganes et à tout le monde pour dire que chacun sa lutte, chacun sa sensibilité etc. Je ne vois pas ce qu’il y a de difficile à comprendre là dedans 😅

    1. Bonjour kitty ! Je me glisse sous ton commentaire parce que je me demandais en quoi être blogueuse était contradictoire à la defense de l’exploitation de l’homme ?
      D’ailleurs l’exploitation de l’homme pour moi ne veut pas dire grand chose.. est ce qu’on m’exploite parce que je travaille ?
      Tu vas me dire que zara pour le coup ne respecte pas certaines morales du travail de l’homme et tu as bien raison !
      D’où le fait qu’être blogueuse et chercher à aller vers des produits plus locaux et respectueux de l’artisan, du fabriquant.. est quand même sacrément cool, non ? ;) alors peut-être qu’au final on ne parle pas de contradictions de valeurs mais bien au contraire de conscientisation de ces dernières !
      (Je mets bien peut-être parce que je ne parle en aucun cas à son nom).

      1. Bonjour Boréale,
        Je n’ai jamais dit « qu’être bloggeuse était contradictoire à la defense de l’exploitation de l’homme » …
        On sait que Zara fait travailler des enfants dans des conditions lamentables, et que donc faire de la pub pour Zara c’est encourager une pratique déplorable.
        Je relève qu’il y a contradiction à promouvoir le véganisme et en même temps faire la pub pour Zara, c’est tout :)
        Maintenant, je suis d’accord que, être un peu végan c’est mieux que rien, et qu’être un peu pour les droits de l’homme c’est aussi mieux que rien.

        1. Effectivement, le truc qui m’a dérangée dans la vidéo c’est l’introduction plutôt agressive qui ridiculise d’emblée les gens qui se posent la question. Et alors, c’est vrai que je ne suis plus végane, que je l’étais avant l’époque des réseaux sociaux, et que j’appréciais plutôt les discussions autour de ça et, même si y en avait qui étaient en mode « mmmm mais c’est tellement bon le steak » ou qui faisaient tout pour faire « a-ha! qu’est-ce qu’elle va bien trouver à répondre à ça! » alors que c’était généralement un argument qu’on entendait tous les jours, c’était pas pour autant toujours des questions connes. Le fait qu’elles revenaient souvent, c’était peut-être que la réponse trouvée n’était pas forcément satisfaisante.

          En l’occurrence, j’ai bien vu des gens se poser la question si être végane c’est donner la priorité aux animaux par rapport aux humains. Mais, la justification, c’est rarement que les deux sont mutuellement exclusifs. Ce sera plutôt:

          – comme Kitty, se poser la question de continuer à consommer des produits venant de marques employant des méthodes de travail qui vont quasi jusqu’à l’esclavagisme. Pour moi aussi, j’ai du mal avec l’idée de tenir un blog avec plein de conseils de vie sur comment consommer éthiquement, comment s’épanouir, etc. en sachant pertinemment que, pour la majorité des gens sur la planète, ces conseils ont zéro pertinence, parce qu’ils survivent tout juste au jour le jour avec, selon que le sweatshop ou le call-center ou le centre de conditionnement de marchandises se trouve en occident ou ailleurs, 4€ de l’heure ou alors 4€ de la semaine ou moins, qu’il s’agit d’une main d’oeuvre pour la majorité féminine, qu’elles sont souvent coincées dans ces boulots et qu’il y a souvent des tas d’heures sup non-rémunérée, des abus sexuels de la part des patrons, etc. C’est une chose pour chaque consommateur d’acheter des trucs chez Zara – et à vrai dire on se fait rouler vu la qualité des fringues par rapport au prix – et une autre pour une blogueuse de les promouvoir. Y a des blogueuses qui peuvent consomment aussi parfois des produits issus de la fast-fashion mais refusent de promouvoir des marques non-éthiques sur leurs blogs.

          – on peut aussi se poser la question des marques fast-fashion qui font fabriquer leurs vêtements dans les conditions qu’on sait, mais tirent quand-même leur épingle du jeu auprès des blogueuses véganes dans la mesure où leurs produits de maquillage sont « cruelty-free », s’entend qu’ils sont véganes et non testés sur les animaux, les travailleurs humains étant libres à chaque instant de prendre leurs 4€ par semaine et, je sais pas moi, lancer une start-up et déterminer leur propre destin? Là, ça me parait clairement privilégier l’animal sur l’humain.

          – pendant qu’on y est, dans la vidéo où tu annonçais que tu étais végane, tu disais « si je peux le faire, j’ai envie de dire, tout le monde peut », sous prétexte étant que tu étais une grande amatrice de fromage. Mais ce n’est pas le seul obstacle: c’est moins facile si on n’a pas de problème de santé. Tu es peut-être dans l’état d’esprit « chacun fait ce qu’il peut », ce n’est pas le cas de bon nombre de véganes sur internet. Y a même des ex-véganes qui se font assassiner par leurs commentateurs pour avoir suivi les conseils de leur médecin: une fois de plus, c’est privilégier l’animal sur l’humain.

          – ou bien – comme je l’ai vu sur Instagram – on peut se poser la question de soutenir des organisations qui acceptent l’argent de Brigitte Bardot. Là encore, ça me paraît privilégier l’humain sur l’animal, et de manière sélective en plus. Et ça me parait difficile à justifier de soutenir des organisations qui acceptent de l’argent d’une supporter bien connue du Front National en disant « chacun choisit ses causes » (ça, Bardot l’a fait aussi) ou par la « convergence des luttes ».

          – Enfin, mettre en danger les gens qui bossent sur les bateaux de pêche pour sauver les animaux marins qu’ils pêchent, c’est aussi assez directement privilégier l’animal sur l’humain.

          Voilà, c’est des questions que j’ai vues posées sur certains réseaux sociaux, je trouve que ces questions méritent des réponses et autrement que de les résumer à leur version la moins intelligente ou la plus facile à dispatcher, ou en les tournant en dérision. Je pense aussi que c’est très bien, quand on s’engage dans une lutte, de ne pas faire les choses à moitié – et j’ai l’impression, Coline, que tu n’y vas pas par demi-mesure, ce qui est tout à fait louable – mais alors il faut être prêt à prendre les critiques au sérieux, ça en fait aussi partie. Elles ne sont pas toutes forcément idiotes. Et franchement, la majorité des commentaires pas forcément d’accord avec le véganisme que je vois me semblent plutôt mesurés ou, s’ils sont énervés, soulèvent des questions valables.

          A l’inverse, les commentaires de la part de véganes sont plutôt dans le jugement envers « les carnistes » ou « le privilège humain » ou les questions (toutes connes évidemment) des gens pas d’accord. On n’a limite plus envie de les lire, surtout quand c’est des gens qui il y a trois ou quatre mois appréciaient tout à fait leur steak. On peut tout à fait passer par la même réflexion et arriver à d’autres conclusions. C’est dommage parce que ça rend le véganisme difficile à prendre au sérieux, alors que c’est un courant qui a une longue histoire et qui mérite sans doute qu’on s’y intéresse.

    2. Ma chère Kitty
      Je me permets d’intervenir puisque ton commentaire c’est raccourci sur raccourci
      J’suis pas là pour te dire que tu es le mal, ni même pour te manquer de respect
      Mais ne trouves tu pas ça bien trop facile de juger Coline (ou d’autres gens d’ailleurs) ainsi?
      Tu sais, le fait d’être exposée sur internet, d’avoir un blog, une chaîne, te donne le droit de commenter, de penser ce que tu veux sur les gens au final, quand bien même tu ne les connais pas, en tant que blogueur on est préparés à ça (même si on s’imagine pas que ça peut être si .. virulent), mais clairement, Coline est une des seules blogueuses que je continue à suivre pour bien des tas de raisons que tu n’as pas su voir en la lisant apparemment!
      Elle présente régulièrement des produits francais, locaux, des petits créateurs, des plus grands, à tous les prix, mais des marques qui bossent dur pour l’économie de leur pays, elle informe, ne juge pas, et fait au mieux de chez mieux pour consommer, et je pense que tu n’as malheureusement pas compris le message qu’elle diffuse depuis des années déjà « personne n’est pur et parfait »
      Donc pourquoi juger? pourquoi pointer du doigt ce qu’elle peut faire de « mal » genre acheter un jean zara qu’elle trouve beau, et pourquoi ne pas plutôt retenir le positif, que ce soit du côté de Coline ou des autres d’ailleurs hein, dire « waouh super, c’est super cool ce que tu fais j’aimerais en faire autant, ou oh moi je te conseillerais aussi ça » non, toujours du négatif … c’est triste !
      Mais heureusement, je crois toujours qu’un jour nous pourrons tous avancer ensemble et voir le positif de l’autre plutôt que ce qu’il fait de mal ! Bon courage à toi ;)

      1. « Elle présente régulièrement des produits francais, locaux, des petits créateurs, des plus grands, à tous les prix, mais des marques qui bossent dur pour l’économie de leur pays »

        Mais ça aussi y a un côté gênant, pourquoi privilégier l’économie de son pays sur d’autres? Consommer localement et de façon responsable, ça fait du sens point de vue écologique et point de vue humain, encore que, vu le peu de gens qui a les moyens de s’offrir les produits, on peut se demander si c’est efficace. Mais c’est un début: l’idéal serait que toutes les marques soient obligées de procéder éthiquement, et pas que ce soit simplement un argument de vente pour certaines marques.

        Mais l’accent sur le côté franco-français, dans le climat politique actuel, avec en plus le soutien aux orgas qui acceptent le fric de Brigitte bardot, pour moi c’est gênant.

        « tu n’as malheureusement pas compris le message qu’elle diffuse depuis des années déjà « personne n’est pur et parfait » »

        Y a d’autres raisons de critiquer que parce qu’on n’a simplement pas compris. Et pour moi, d’une, quand on fait passer des messages au public on est tout à fait critiquable (c’est pas forcément chercher les poux ou être négatif), et de deux, si on est dans le « personne n’est parfait », il faut que le contenu de ce qu’on dit suive par derrière. Et là, ce qui est dit dans les vidéos, en général, c’est qu’elle choisit d’être indulgente avec elle-même. Par contre, pour les gens qui ne seraient pas d’accord avec l’un ou l’autre point, ce sont clairement des idiots qui n’ont pas compris que chacun fait ce qu’il veut et « peace & love ». C’est super pratique pour éviter les critiques, en fait. Les gens pas d’accord se font câliner à mort par une armée de bisounours qui ont pitié de leur négativité, et on se retrouve dans une chambre à échos.

  7. L’indulgence avant tout !
    Tes vidéos sur ces sujets me parlent énormément en ce moment, je suis en stage pendant 2 mois dans un coin paumé du Nord, très loin de tout transport régulier et donc de marchés, de magasins bios.. Et du coup j’ai du acheté depuis très longtemps des produits industriels dans la supérette la plus proche (on va pas mourir de faim tout de même). Et aaah je me suis détestée pour avoir acheter ces produits, j’ai eu du mal à prendre plaisir à manger parce que ça ne correspond pas à mes valeurs, à une éthique à laquelle j’aspire.. et puis j’ai dû apprendre à être un peu plus indulgente envers moi même et ma pauvre conscience, à essayer de comprendre que c’était le mieux que je pouvais faire ! Et du coup ce commentaire ne répond en aucun cas au sujet de la vidéo mais était juste signe d’un mouvement « faisons de notre mieux pour le monde que tu veux voir demain mais aussi pour toi même merde »
    Love !

  8. Bonjour Margot,
    Je comprends ton point de vue…mais le mien est totalement différent ! Je n’ai pas l’impression que Coline soit dans la justification. Je pense que désormais elle est bien au dessus des remarques et des réactions désobligeantes sur son veganisme. Et justement si elle utilise autant le « je » et le « moi » dans cette video c’est pour ne pas que certaines personnes se sentent visées et jugées en regardant ce petit film. Et elle le dit elle même, elle se prend volontairement pour exemple pour ne heurter personne et non pas pour se justifier. Elle parle du vegasime, de ce que c’est au quotidien et illustre simplement qu’elles peuvent être parfois les réactions et les réflexions de certaines personnes. Ce n’est pas un mea culpa !
    Merci Coline pour ces petites videos, je ne suis pas vegane et ne pense pas le devenir, mais je comprends beaucoup plus de choses desormais !

  9. Et les droits des enfants, on en parle ? Nan, parce qu’on est d’accord, c’est vachement plus important …
    Je déconne bien sur, ça c’est mon combat à moi … Et comme tu le dis si bien, donnons nous la main, et faisons ce que nous savons faire de mieux pour faire avancer le monde … Si nous changeons de paradigme et que nous adoptons le partage, ce sera vachement plus simple … Il y a beaucoup de choses qui bougent en ce moment, il va quand même encore falloir un peu de temps pour que chacun puisse voir émerger sa propre lumière mais à force d’y croire …
    Belle route à tous !

  10. Hello !

    En terme de cause, je pense que on a tendance à compliquer la chose en nommant les différents « engagements ». C’est assez simple.

    Il ne faut pas confondre CAUSE humaine (esclavagisme , répartition des richesses), et PRIVILÈGES humain (chasse, zoo, cirque, steak).

    C’est très simple, les privilèges des uns entraînent l’oppression des autres.
    Les privilèges humains entraînent l’oppression animale.
    Les privilèges des hommes entraîne l’oppression des femmes.
    Les privilèges des blancs, l’oppression des personnes de couleurs.
    Les privilèges des valides, l’oppression des personnes porteuses de handicap , etc etc

    Donc finalement, etre vegan c’est postuler que chaque individu ayant une vie, la possède, et ne possède pas la ou les vies d’autrui.

    Donc la libération animale implique la libération humaine.

    L’abolition est un concept global.
    C’est facile d’être pour l’abolition des privilèges quand on fait partie des opprimés. Avec les veganisme, ce qui est moins évident, c’est de renoncer à ses privilèges en tant qu oppresseur.

    Voila, c’était KaNeyGe, un vegan :)

  11. Bonjour Coline,

    J’apprécie beaucoup ton travail et tes idées, je passe réguliérement jeter un coup d’oeil sur ton blog parce que je l’apprécie énormément mais je ne laisse jamais de commentaire. Cependant aujourd’hui ça me titille un peu… d’autant plus que tu as l’air ouverte à la discussion comme tu le suggère à la fin de ta vidéo. En fait je comprend bien l’idée générale de ta vidéo, mais (selon moi) le réel problème c’est qu’étant bloggeuse tu exposes d’une certaine manière ton mode de vie et tes convictions donc il est normal aussi que les gens réagissent et échangent à propos de ce que tu dis, et semble parfois te juger, mais c’est le jeu (je ne parle pas bien sûr des commentaires de haine ou les commentaires condescendants, je parle simplement des gens qui controversent( -ça se dit ça :s ?- )à propos de certains sujets, dont le véganisme). Si je poste un commentaire ici c’est que j’ai hésité à t’en laisser un sous l’article où tu parlais de ta parka zara que tu étais contente d’avoir trouvé car c’était la seule que tu es trouvé sans laine. Et puis je me suis dit « n’importe quoi, je vais pas lui écrire ça alors que moi aussi je crque parfois à zara). Mais comme tu reviens sur le sujet… Et j’avoue qu’en lisant ton article j’ai été « déçue » car j’apprécie tes démarches et j’aurai préféré t’entendre dire que tu avais dégoté une petite marque française qui élévait avec amour et tendresse ses petits moutons qui n’était pas blessés pendant la tonte et cajolés toute la journée et qui fabriquait des vestes magnifiques (bonjour les bisounours). Et je me suis dit que j’aurai préférer te voir mettre en avant une petite marque inconnu pluto qu’un grosse enseigne controversée.
    Bon je suis désolée pour ce gros pavé indigeste, et je ne suis pas sûre que mon idée soit clairement retranscrite, mais ce que je veux dire c’est que je pense que c’est ta position de bloggeuse qui est délicate, et que chacun attend beaucoup de toi, car tu as un auditoire large et diversifié (et que chacun à ses propres causes qui lui tiennent à coeur). Et il est donc normal que quelques un soit deçu si un jour tu manges un oeuf ou si tu achètes une chaussette à h&m, comme moi avec ta parka zara et les jolis moutons :)
    Des bécots

    1. Nous sommes entièrement d’accord ^^ Il est normal que les gens cherchent la petite bête, fassent des remarques et exposent leur point de vue lorsqu’on expose une partie de soi sur le net. Ce que j’ai du mal à accepter par contre c’est les jugements, la condescendance, l’hypocrisie et malheureusement c’est monnaie courante sur le web. Et je juge que personne n’a a « subir » ça sous prétexte qu’il « s’expose » sur internet. Partant de là on s’expose aussi dès qu’on sort dans la rue. Y a t’il des gens qui viennent nous faire des remarques pour autant..? Non ^^ Enfin bref, je m’égare. Le sujet aujourd’hui ce n’est pas moi mais cette tendance, aussi bien sur le net que dans la vie « réelle » qu’ont les gens à toujours voir le défaut au lieu de saluer les efforts. C’est un comportement humain certes mais si on peut aider les gens à se rendre compte de l’impact hautement négatif de ce genre de comportements alors il faut foncer ! Combien de personnes culpabilisent parce qu’on les critique et qu’on leur dit constamment « tu n’en fais pas assez », au point parfois de tout arrêter ? Soyons fiers de nos engagements et de nos gestes, aussi petits soient-ils ! :)
      Et entre ça et les attentes de chacun… Comme toi par exemple qui aurait préféré que je parle d’une marque française etc. au lieu de Zara… Quand d’autres étaient sûrement bien contents que je mette en avant un article au prix abordable. Bref, là où j’essaie d’en venir c’est qu’au delà de tout ça il est impossible de satisfaire tout le monde. Si je prends mon exemple on me critiquera toujours d’un côté parce que mes mises en avant de made in France, de choses éthiques etc. coûtent cher et de l’autre parce que je continue à aller parfois chez Zara ou Mango qui sont des marques peu éthiques. Donc tu sais au bout d’un moment, je suis juste comme je suis et je fais ce que je veux, partant du principe que chacun est libre de passer son chemin s’il ne se retrouve pas « chez moi » ^^ Encore une fois ici il est bien plus enrichissant et constructif de se concentrer sur ce que je peux « apporter » à mon audience plutôt que de m’arrêter trop longuement sur la poignée d’insatisfaits :)

      1. Je reviens vers toi et ton analyse pour te dire que je préfère nettement lire et voir tes vidéos qu’aller sur des blogs « vegans » pour satisfaire mon besoin de connaissance sur cette tendance.
        Je m’explique : j’ai pu voir sur ce genre de blog « vegan » des analyses beaucoup moins « indulgentes » sur le mode de consommation de la société. A savoir qu’en évoquant le thème des marchés et éleveurs de poules fermières et des oeufs vendus (qui ne sont pas de futurs poussins, puisque pas fécondés par un coq), la blogueuse « vegan abolitionniste » utilisait des termes très violents envers ces personnes, et tout confondu (bio, local, artisanal). Du genre « ceux qui achètent des oeufs MEME bio ignorent qu’on broient, massacrent les poussins et poules qui ne seront pas utiles pour la suite… »
        A te faire culpabiliser à mort. Maladresse, ou véritable communautarisme, je n’ai pas trouvé ça très ludique, en tout cas, beaucoup moins que ce que tu peux diffuser dans tes vidéos ;) Ca risque au contraire d’opposer ceux qui sont « vegan » à ceux qui ne le sont pas, avec toujours ce même type de préjugés, qui ne fait pas avancer grandement les choses.

        La preuve, je suis peut-être finalement « semi vegan » sans l’être, puisque je n’ai jamais mangé de viande rouge, je consomme quotidiennement légumineuses et oléagineux, j’ai du lait végétal et animal :D Je n’ai pas de voiture, je ne fais pas de gaspillage alimentaire, et je défends les causes humaines et animales à ma portée.
        Du même style que pour le côté vestimentaire, je vais dans les magasins qui produisent dans les pays où l’on exploite le plus l’être humain. Et pourtant, j’essaie de compenser du mieux que je peux.
        Personne n’est parfait ! ;)

      2. C’est pas faux :) ça me fait penser à l’histoire de Nasr Eddin Hodja:

        Le fils de Nasreddine avait treize ans. Il ne se croyait pas beau. Il était même tellement complexé qu’il refusait de sortir de la maison. « Les gens vont se moquer de moi », disait-il sans arrêt. » Son père lui répétait toujours qu’il ne fallait pas écouter ce que disent les gens parce qu’ils critiquent souvent à tort et à travers, mais le fils ne voulait rien entendre. Nasreddine dit alors à son fils : « Demain, tu viendras avec moi au marché. » Fort tôt le matin, ils quittèrent la maison. Nasreddine Hodja s’installa sur le dos de l’âne et son fils marcha â côté de lui. A l’entrée de la place du marché, des hommes étaient assis à bavarder. A la vue de Nasreddine et de son fils, ils lâchèrent la bride à leurs langues : « Regardez cet homme, il n’a aucune pitié ! il est bien reposé sur le dos de son âne et il laisse son pauvre fils marcher à pied. Pourtant, il a déjà bien profité de la vie, il pourrait laisser la place aux plus jeunes. » Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché. » Le deuxième jour, Nasreddine et son fils firent le contraire de ce qu’ils avaient fait la veille : le fils monta sur le dos de l’âne et Nasreddine marcha a côté de lui. A l’entrée de la place, les mêmes hommes étaient là. Ils s’écrièrent à la vue de Nasreddine et de son fils « Regardez cet enfant, il n’a aucune éducation, aucune politesse. Il est tranquille sur le dos de l’âne, alors que son père, le pauvre vieux, est obligé de marcher à pied ! » Nasreddine dit à­ son fils : « As-tu bien entendu ? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le troisième jour, Nasreddine Hodja et son fils sortirent de la maison à pied en tirant l’âne derrière eux, et c’est ainsi qu’ils arrivèrent sur la place. Les hommes se moquèrent d’eux : « Regardez ces deux imbéciles, ils ont un âne et ils n’en profitent même pas. Ils marchent à pied sans savoir que l’âne est fait pour porter les hommes. » Nasreddine dit à son fils : « As-­tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le quatrième jour, lorsque Nasreddine et son fils quittèrent la. maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les hommes laissèrent éclater leur indignation : « Regardez ces deux-là, ils n’ont aucune pitié pour cette pauvre bête !» Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le cinquième jour, Nasreddine et son fils arri­vèrent au marché portant l’âne sur leurs ‘épaules. Les hommes éclatèrent: de rire : « Regardez ces deux fous ; il faut les enfermer. Ce sont eux qui portent l’âne au lieu de monter sur son dos. Et Nasreddine Hodja dit à son fils : « As-tu bien entendu ? Quoi que tu fasses dans ta vie, les gens trouveront toujours à redire et à critiquer.
        Il ne faut pas écouter ce que disent les gens. »

        Donc bravo pour tes engagements et continuons à être fières de nos convictions. Et je tenais à te dire aussi que j’apprécie beaucoup le temps que tu prends pour répondre à chacun pour alimenter le débat que tu lances. Chapeau!

      3. C’est pas faux :) ça me fait penser à l’histoire de Nasr Eddin Hodja:

        Le fils de Nasreddine avait treize ans. Il ne se croyait pas beau. Il était même tellement complexé qu’il refusait de sortir de la maison. « Les gens vont se moquer de moi », disait-il sans arrêt. » Son père lui répétait toujours qu’il ne fallait pas écouter ce que disent les gens parce qu’ils critiquent souvent à tort et à travers, mais le fils ne voulait rien entendre. Nasreddine dit alors à son fils : « Demain, tu viendras avec moi au marché. » Fort tôt le matin, ils quittèrent la maison. Nasreddine Hodja s’installa sur le dos de l’âne et son fils marcha â côté de lui. A l’entrée de la place du marché, des hommes étaient assis à bavarder. A la vue de Nasreddine et de son fils, ils lâchèrent la bride à leurs langues : « Regardez cet homme, il n’a aucune pitié ! il est bien reposé sur le dos de son âne et il laisse son pauvre fils marcher à pied. Pourtant, il a déjà bien profité de la vie, il pourrait laisser la place aux plus jeunes. » Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché. » Le deuxième jour, Nasreddine et son fils firent le contraire de ce qu’ils avaient fait la veille : le fils monta sur le dos de l’âne et Nasreddine marcha a côté de lui. A l’entrée de la place, les mêmes hommes étaient là. Ils s’écrièrent à la vue de Nasreddine et de son fils « Regardez cet enfant, il n’a aucune éducation, aucune politesse. Il est tranquille sur le dos de l’âne, alors que son père, le pauvre vieux, est obligé de marcher à pied ! » Nasreddine dit à­ son fils : « As-tu bien entendu ? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le troisième jour, Nasreddine Hodja et son fils sortirent de la maison à pied en tirant l’âne derrière eux, et c’est ainsi qu’ils arrivèrent sur la place. Les hommes se moquèrent d’eux : « Regardez ces deux imbéciles, ils ont un âne et ils n’en profitent même pas. Ils marchent à pied sans savoir que l’âne est fait pour porter les hommes. » Nasreddine dit à son fils : « As-­tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le quatrième jour, lorsque Nasreddine et son fils quittèrent la. maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les hommes laissèrent éclater leur indignation : « Regardez ces deux-là, ils n’ont aucune pitié pour cette pauvre bête !» Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! » Le cinquième jour, Nasreddine et son fils arri­vèrent au marché portant l’âne sur leurs ‘épaules. Les hommes éclatèrent: de rire : « Regardez ces deux fous ; il faut les enfermer. Ce sont eux qui portent l’âne au lieu de monter sur son dos. Et Nasreddine Hodja dit à son fils : « As-tu bien entendu ? Quoi que tu fasses dans ta vie, les gens trouveront toujours à redire et à critiquer.
        Il ne faut pas écouter ce que disent les gens. »

        Donc bravo pour tes engagements et continuons à être fières de nos convictions. Et je tenais à te dire aussi que j’apprécie beaucoup le temps que tu prends pour répondre à chacun pour alimenter le débat que tu lances. Chapeau!

        1. Excellente histoire. Je ne la connaissais pas du tout. Effectivement , ce petit conte aide à prendre conscience qu’il faut se détendre par rapport aux critiques.

  12. Hello Coline

    Je trouve que tu as le don de bien expliquer, d’être très didactique et de parvenir à mettre le doigt sur des choses que l’on ressent tous et face auxquelles on se sent parfois.. »erf ». Tu sais ce petit « erf » que l’on répond quand des gens nous rentrent dans le lard alors que l’on explique nos convictions (« on », pas toi et moi, je veux dire les gens, nous en général les Hommes), et du coup on ressent parfois de la honte et on s’autoflagelle en se disant que l’on ne fait pas les choses jusqu’au bout « Ah ouais je suis végétarienne mais je ne suis pas végétalienne » « Je suis végétalienne mais pas vegane », « Je n’utilise pas de produits avec des petites billes qui viennent polluer les océans mais je viens de manger un pépito avec de l’huile de palme dedans », alors que l’on doit être fières / fiers d’avoir des convictions et des valeurs, parce que bordel, c’est cool, et c’est ça qui fait que demain on pourrait avoir un monde moins dégueu.

    Alors merci moult pour ces vidéos qui fond chaud au coeur comme une bouillotte.

    Belle journée

    Flora

    1. Eh oui, c’est le principe de « pureté absolue » que l’on cherche forcément à dégommer chez les véganes. Y a toujours quelqu’un pour chercher la faille. A force, on s’y habitue. Même si j’ai SOUVENT envie de demander à la personne en face « vas-y, dis-moi ce que toi tu fais pour les humains/la planète/ma mère en slip oui, bon, ça m’énerve quand même encore un peu.
      Et pour Zara, bien sûr c’est des cons, bien sûr, il faut boycotter à mort. Mais on a tous des rechutes. Les miennes s’espacent peu à peu, parce que je fouine à mort du côté du made in France et des fripes (Coline, à quand un article sur les friperies ? Remarque, y en a peut-être pas des masses par chez toi). Quand je vois la photo du jean Zara sur ton instagram, je me dis « merde, elle a rechuté », comme si on était entre anciens accros :) Mais sérieux, ensemble, on va y arriver à plus rechuter et à donner de la visibilité à des marques éthiques ET DU COUP ça va se démocratiser et ce sera moins cher. Si, si.

  13. Merci Coline pour cette vidéo, j’aime assez te voir aborder les clichés les pires à propos des vegans, ça me motive parce que moi j’ai tendance à avoir de plus en plus la réaction suivante: « putain que les gens sont c**s! »
    Alors comme il est évident que c’est pas le plus productif ou optimiste des jugements, tes vidéos me remotivent un peu ;) Mais punaise les réactions auxquelles ont à affaire et même les justifications qu’il faut donner quand on décide de juste arrêter de tuer des animaux, je m’y attendait pas vraiment, pas à ce point là du moins. Pas facile la vie en véganie, mais ça vaut le coup hein?! ;)
    Des bises!
    Melo – http://www.happymelodie.com

  14. Oui donnons nous la main et faisons une grande ronde autour de la terre.. Merci Coline, je me sens moins seule avec mes idéaux. Tous ces jugements et cette pression sur les autres, pour moi c’est une façon d’éviter de travailler sur soi-même. Ma sensation c’est que si les être humains arrivaient à être bienveillants envers eux-même, et du coup envers les autres, il n’y aurait pas tous ses problèmes liés à l’industrialisation… alors beaucoup de bienveillance pour tes posts courageux qui t’exposent à l’ire de certains concitoyens :) ça doit être fatiguant parfois!

  15. Pour rajouter mon grain de sel, je vous renvoie à un article de la philosophe Corine Pelluchon, de février 2012, publié dans le journal Le Monde, qui débute comme ça :
    « On a souvent opposé le souci pour les animaux et le souci pour la justice sociale, reléguant la protection animale à la périphérie de la politique. Pourtant, la question animale ne pose pas seulement des problèmes moraux, mais elle relève également de la justice. Elle est même l’épreuve de notre justice, parce que nos usages des animaux trahissent les fondements de notre droit et révèlent les dysfonctionnements d’une organisation du travail et d’une économie dont les hommes sont aussi les victimes. »
    On voit que l’exploitation animale et humaine vont souvent de pair, ce ne sont pas deux causes opposées. Par exemple on voit comment les conditions déplorables d’abattage des animaux font souffrir ceux-ci atrocement et aussi sont inhumaines pour les salariés des abattoirs…

  16. Effectivement, tu as raison, généralement quand on essaie de vivre selon ses convictions (j’ai bien dit « essayer »), les gens que l’on rencontre cherchent systématiquement à trouver la faille, comme si c’était forcément noir ou blanc. Moi par exemple je ne mange plus de viande depuis des années, mais je n’ai pas éliminé totalement le poisson, les œufs, etc., et j’ai pris l’habitude de parler de mon alimentation en disant que « je ne mange pas de viande », parce que si je me colle l’étiquette « végétarienne » on me répond presque systématiquement que c’est contradictoire parce que le poisson est un animal, etc. (or les personnes qui me disent ça sont bien souvent celles qui mangent de tout justement !).

    Je pense que les gens se sentent jugés d’emblée lorsqu’on présente ou défend un mode de vie que l’on a choisi pour SOI qui n’est pas le même que le leur, comme si on allait forcément vouloir rallier tout le monde à notre cause. Mais c’est surtout vrai pour l’alimentation et la cause animale, parce que je pense pas qu’on dirait à un militant pour une association de malades du cancer qu’il oublie les malades du sida…
    Est-ce parce que les animaux sont considérés comme inférieurs aux hommes par la plupart des gens ? Est-ce à cause de certains extrémistes qui ne nuancent pas suffisamment leurs propos ? Mystère et boule de gomme, mais ce qui est sûr c’est qu’on fait ce qu’on peut, et que le plus important à mon avis est de se poser des questions, pas forcément de trouver des réponses au quart de tour.

  17. La défense des causes animales ou humaines ne s’opposent pas et peuvent au contraire se rejoindre. Certains sont vegan pour les animaux, d’autres pour leur santé, d’autres encore pour des raisons écologiques. Peu importe sûrement.
    Je te rejoins sur le fait qu’il est difficile ou impossible d’être parfait tout le temps sur tout (on prend l’avion, on mange un pépito au boulot, on achète un truc dans une grande enseigne…) MAIS je ne te « rejoins pas  » sur ton explication de « je fais ce que je veux », « j’ai des envies » ou encore « je n’ai pas à me justifier »… On ne peut plus composer ! Tu n’as pas à te justifier à tes lecteurs mais chacun doit prendre ses responsabilités envers lui-même, les autres vivants et la planète : on ne peut pas faire ce que l’on veut car toutes nos actions ont des impacts.
    Manger des animaux c’est avoir un impact grave sur le futur de la terre en plus de participer à la mort d’êtres vivants, prendre sa voiture tout le temps c’est ne pas donner la chance aux générations futures de pouvoir respirer, acheter du plastique c’est financer les entreprises pétrolières qui détruisent la planète et les humains pour leur profits…
    Alors non on ne peut pas être parfaits « sans impact » mais on ne peut plus non plus se justifier tout le temps en disant qu’on a des envies ou des besoins, que le monde est comme ça et que ce jean est quand même trop mignon… On peut interroger sa propre conscience et faire TOUJOURS de son mieux, se donner des règles et s’y tenir fermement, se dire qu’on perd des trucs mais pour d’autres choses plus importantes. Je ne te fais pas la leçon. je ne suis pas parfaite. Mais j’essaie de ne pas me défendre quand je fais moins bien ou quand je fais « mal ».
    Sinon les singes auront disparu dans 50 ans, on jettera du dioxyde de souffre dans la stratosphère pour se protéger de la chaleur du soleil et le ciel bleu ne sera qu’un lointain souvenir (ce n’est pas de la science fiction mais de réels projets !!!!) et on se fera la guerre pour des gouttes d’eau potables.
    Chacun a sa responsabilité et doit la prendre

  18. Merci de ta video! Je me pose exactement cette question depuis que je regarde tes videos Veganie et que je m’interesse a ce sujet. Pourtant, je dois dire que la reponse me laisse un peu decue. C’est trop juste comme raisonnement je trouve. Etre prete a decortiquer toutes les etiquettes a la recherche d’une trace de bandelette de cuir, d’une paillette de soie ou d’un fil de daim… Mais recommender regulierement des produits H&M, Zara and co qui sont des groupes mondiaux trempes jusqu’au cou dans l’exploitation de la misere humaine (la derniere dont j’ai connaissance c’etait quand mm l’exploitation de refugies syriens en Turquie… Bonjour l’horreur) je trouve ca un peu juste. Un peu facile. Mm si le maquillage H&M est cruelty free. Suivre en tant que client ces grands groupes dans leur green washing ou « vegan » washing me parait un peu trop aise. Evidemment personne ne peut etre 100% irreprochable et ce serait certainement tres ennuyeux si c’etait le cas! Reste qu’il y a encore du chemin a parcourir et ca ne se resoud pas par un simple souhait que « toutes les luttes se donnent la main »… Je n’essaie pas de « coincer » qui que ce soit sur le veganisme. Je trouve l’engagement courageux et beau. Mais je reste tres sceptique sur les incoherences, pour moi assez enormes, entre la philosophie vegane qui appelle a reguler/ »conscienciser » sa consommation et les blogeuses (qui restent tout de mm un produit extreme de nos societes d’hyper-consommation)… Et dans ce genre de video, ce paradoxe apparait bcp selon moi. Bonne journee Coline et au plaisir de regarder tes prochaines videos!

  19. Alors oui, il y a derrière ces remarques probablement un peu de malveillance, un peu de « oh j’ai envie de coincer la miss/le mister parfait(e) et lui montrer que non c’est pas tout clean chez elle! » quand on assimile (souvent à tort) une personne à un(e) crâneur/se). L’exposition produit souvent ce genre d’effet. Surtout quand tu te risques à témoigner ou conseiller, les risques de passer pour une donneuse de leçon sont énormes. Pour ma part, je prends tes vidéos comme des idées de petites choses à améliorer, un peu comme quand je lis le blog consommonssainement. Je ne vais pas installer des toilettes sèches dans mon appartement, mais je peux utiliser des sacs en tissus pour mes courses en bio.

    Mais je pense qu’il y a aussi une grosse incompréhension, du fait de nos sensibilités différentes (et c’est tant mieux comme tu le dis, pourquoi harceler un mec qui s’occupe de baleines avec les pandas roux?). Pour moi, aller à H&M, c’est aussi absurde que de se taper un quadruple burger de chez Mc Do pour toi (et pour moi aussi ^^). En échange, je vais probablement me taper des nems aux légumes surremballés. Bon. Nos évidences ne sont pas toujours celles des autres, et c’est ok, la vie est subjective. Il suffit qu’il y ait quelqu’un sur chaque fronts, et c’est ok, tant pis si ce n’est pas la même personne qui assure tous les combats. (Sauf Meryl Streep, elle sait tout faire <3 ).

  20. Ch’ui un peu triste il n’y a que du contenu videos ou des trucs green sur ton blog, où sont passés les looks de tous les jours ? Dommage…

  21. Bonjour à tous,

    J’interviens rarement mais le propos de cette vidéo m’a interpelée.
    Le sujet traité m’a renvoyée à un livre qui est paru récemment. Il s’appelle « Steak machine », écrit par un journaliste, Geoffrey Le Guilcher, qui s’est engagé dans un abattoir pour en explorer le fonctionnement. Il en est ressorti un mal-être animal mais aussi humain.
    Je ne développerai pas davantage, je dirais juste que les sujets qu’on oppose traditionnellement sont parfois plus complémentaires qu’on ne le pense.
    Et bien sûr, chacun fait bien ce qu’il veut tant que ça n’est pas fait dans le principe d’enquiquiner les autres.
    A bon entendeur!

  22. Salut Coline!!

    Merci pour cette série de vidéos que je trouve très intéressante!!
    Je ne suis pas (encore) végétarienne mais je mange peu de viande, je suis très intéressé par l’écologie et le bien-être animal (cette cause me touche depuis que je suis petite).
    Alors je ne suis pas encore ni végé ni vegan, mais je commence à mon rythme, et je tend vers cet idéal.

    Sincèrement je ne comprend pas les critiques faites à l’encontre des végans!!! J’ai commencé à lire certains commentaires qui sont affligeants de bêtise…
    Pour moi la question « et les hommes alors ? », posée par des gens qui ne se soucie pas plus du bien-être humain que du bien-être animal, je crois rêver!!
    Ces gens vous reprochent un soit-disant non engagement envers certaines causes qu’eux même n’ont pas forcément!!
    Moi ce que j’aurais envie de répondre c’est « et toi, que fais tu pour améliorer la situation ? quels sont tes engagements qui te permettent de me juger ? ».

    Et je finirais sur une citation d’un grand monsieur :
    Gandhi a dit : « On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux »

    Merci Coline!!

  23. HEllo! Sympa cette petite vidéo qui une nouvelle fois aidera peut être les gens à se détendre concernant les convictions des autres, car en effet chaque fois qu’une conviction prend de l’ampleur on trouve toujours des gens qui ont envie de te démonter et pourquoi?! Est ce par culpabilité ou simplement pour le plaisir de te faire passer pour un guignol lol, pour ma part je n’en suis qu’aux prémices, où j’aime expliquer que bien que je mange encore de la viande ect… je suis convaincue du combat et des bienfaits environnementaux et éthique de celui ci, ben malgré tout je me fais démonter… alors que si on regarde bien je suis encore au même niveau que mes détracteurs lol je repense au fameux « et les fruits ils souffrent pas peut etre?! « #euhjairatéunépisodesurleretourdescarottesvivantesWTF . Bref alors merci Coline

  24. Bonsoir Coline,

    C’est marrant, je suis devenue végétarienne POUR les hommes, avant les animaux. Les gens ne se rendent pas compte de l’impact écologique de l’industrie agro-alimentaire, les quantités d’eau utilisées, la déforestation sans limite, etc… Un jour j’ai appris que l’on avait assez de nourriture pour nourrir 15 milliards de personnes, et pourtant 1 million meurent de faim chaque année… parce que l’on donne les céréales produites aux animaux, que les « riches » consomment ensuite à outrance! Sans compter la pollution et donc le réchauffement climatique qui poussent des peuples à devoir quitter leurs terres, la destruction des écosystèmes, etc…
    Du coup j’ai arrêté la viande, pour sauver les hommes et la planète.
    Les végans sont les 1er écolos! Arrêter de manger de la viande rien qu’en terme d’économie d’eau c’est incomparable avec un mec « qui fait attention et ne prend que des douches ».
    Quand j’ai vu le titre de ta vidéo je pensais que tu allais exposer un peu tout ces problèmes là. Je crois que le cliché des végétariens/végans qui ne pensent qu’aux animaux vient du fait que l’on ne parle pas de tout ce que la production animale implique en plus de la souffrance animale évidemment!
    Mais les gens qui critiquent sont souvent ceux qui en font le moins… ;)

    Je te conseil le documentaire Cowspiracy si tu ne connais pas déjà!

    Bonne continuation!

  25. Alors ça semble qu’ il faut être tout comme toi pour publier. Mais non en fait, sauf que si on veut en rire pas possible ici sans subir des foudres! Et donc quand on est juste un peu sans faire tout vegan ( en aimant le vegan!)

  26. L’Homme est un être parfaitement imparfait comme j’aime le dire :)
    J’ai beau ne pas être végane, je suis pourtant assez sensible à la cause animale et contre la fourrure (outre la torture infligée, ça sert à rien ici, ça caille, mais pas à ce point là non plus), je suis aussi sensible à ce qu’il se passe sur Terre etc. On fait avec ce qu’on a, comme on le peut, et au diable ce que pensent les autres, ils sont loin d’être parfaits!
    Bisous
    http://paulynagore.blogspot.fr/

  27. Hello Coline

    Personnellement je suis plus engagée dans la cause sociale et pour la défense des être humains que celle des animaux (même si je la juge importante). Je n’ai jamais eu le sentiment que les militants Vegan ne se préoccupaient pas des humains, j’en ai d’ailleurs croisé beaucoup dans le cadre d’actions sociales (en faveur des réfugiés par exemple). En revanche j’ai souvent été confrontée à des personnes qui me reprochaient mon non-engagement pour la cause animale. J’ai le souvenir par exemple d’une fracture profonde au sein d’un collectif qui venait en aide à un groupe de réfugiés, parce que les « non-végans » avaient décidé de s’organiser pour leur acheter des caissettes d’agneau pour l’Aid. Les militants végans avaient utilisé des termes très violents (assassins, criminels, reprochant de créer de la souffrance animale au nom de la souffrance humaine…), allant même jusqu’à reprocher aux réfugiés (pas devant eux heureusement) de vouloir manger de la viande.

    Je voulais d’ailleurs te dire que je te suis depuis des années, et que grâce à toi je suis de nouveau très intéressée par les questions Vegans et anti-spécistes, dont je m’étais écartée à cause justement de militants Vegans trop agressifs. Merci pour ça :)