6 astuces pour des plats veggies et funky

coverveggiefunky

 

N’en déplaise aux mangeurs de knacki : l’alimentation carnée a un impact nettement plus important sur l’environnement que le régime veggie.

L’élevage intensif est l’un des premiers secteurs émetteurs de gaz à effet de serre (il représente 18% sur le camembert… le graphique hein, vous avez compris) : la production d’un kilo de boeuf nécessite 15 500 litres d’eau, quand un kilo de carotte n’a besoin que de 131 litres…
Et ça ne va pas en s’arrangeant puisqu’en 2015, ce sont 66 milliards de bêtes qui ont passé l’arme à gauche pour finir au bout de nos fourchettes, soit 26% de plus qu’il y a 10 ans.

Malgré ces chiffres plutôt convaincants, le régime végétarien n’a pas toujours la côte(lette). Certains pensent que l’assiette d’un non-carnivore est fade, peu rassasiante, et se compose uniquement de roquette sauvage et de fanes de radis.

Alors… Comment convaincre un non veggie? En le faisant jubiler, pardi ! Voici 6 conseils pour pimper ses plats végé.

 

Devenir cuisinier en herbe

Basilic, coriandre, menthe, romarin, persil… Les herbes, à condition de les choisir fraîches, amènent de la fraîcheur et réhaussent un plat en un tour de main. Sur le blog du Chef Simon, j’ai déniché un abécédaire des herbes qui détaille la meilleure façon de les utiliser et avec quel plat les marier.

L’astuce qui claque : vous pouvez en mettre dans vos desserts, sorbets et salades de fruits pour équilibrer le sucre et l’acidité !

La recette qui fera basculer les carnassiers : les hamburger végétarien aux herbes fraîches, sur Marie Claire

 

Briser les noix

Les oléagineux boostent illico tous les plats à base de verdure : les fruits à coque (amandes, noisettes, noix de cajou, pistaches…) et les graines (tournesol, courge, sésame, lin…) apportent du croquant et un goût riche et puissant rappelant les aromes de viande. Vous pouvez en saupoudrer dans vos salades et par dessus vos plats chauds : pâtes, tartes, pizzas, et même sur les soupes !

L’astuce qui claque : pour qu’ils révèlent leurs arômes, il faut impérativement les torréfier, c’est à dire les faire griller quelques minutes à la poêle ou au four.

La recette qui fera basculer les carnassiers : le crumble salé aux légumes et noisettes, sur Cuisine Actuelle

 

Clouer le bec avec les fruits secs

Raisins, figues, dattes, tomates séchées… Dans un plat salé, ils apportent une touche parfumée et orientale qui fera un effet boeuf (bah quoi ?!).

En plus, ils ont l’avantage d’être riches en fibres, minéraux, acides gras essentiels et vitamines : de quoi remplir les panses et éviter les réflexions de tonton Patrick en fin de repas “bon, c’est quand qu’on bouffe?!”.

L’astuce qui claque : attention à les choisir bio, donc séchés naturellement et non traités chimiquement avec des sulfites comme dans leur version conventionnelle.

La recette qui fera basculer les carnassiers : la tarte aux poireaux, chèvre et raisins secs, sur Ma Cuisine et Vous

 

Epicer son quotidien

Poivre, cannelle, cardamome, cumin, curry, gingembre, muscade, coriandre, piment, paprika : si je devais n’en retenir que 10, ce serait celles-là… Mais il existe une tonne de possibilités pour ravir les palais des mangeurs de poulet ;-).

L’astuce qui claque : les acheter non moulues et les écraser au mortier pour réveiller toute leur saveur

► La recette qui fera basculer les carnassiers : le tajine végétarien, sur Feminin Bio

 

Repérer les premiers de la classe

Même si j’adore les courgettes et les petits pois, force est de reconnaître que leur goût ne donne pas envie de danser la carioca. Quand je reçois des potes non-veggies, je bourre mes plats d’ingrédients qui ont un goût prononcé : champignons, olives noires, ail, algues.  

► L’astuce qui claque : si vous n’habitez pas en lisière de forêt ou près d’une plage sauvage, vous pouvez acheter des champignons et algues dans leur version déshydratée

► La recette qui fera basculer les carnassiers : le risotto aux champignons et zeste d’orange, sur Cuisine AZ

 

Bien arroser

Surprise ! On a le droit d’être végétarien et de boire son petit verre de vin, wouhoooouuu ! Dans la cuisine végétarienne, il rappellera les saveurs généreuses des plats traditionnels à base de viande : de quoi flouer vos amis carnivores !

► L’astuce qui claque : préférez le vin nature ou issu de la biodynamie, sans sulfites ajoutés

► La recette qui fera basculer les carnassiers : le tofu bourgignon, sur Rose Citron

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour garder vos amis non-veggies…?

40 commentaires sur 6 astuces pour des plats veggies et funky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alors être totalement végé je sais pas si c’est pour tout de suite, mais c’est vrai que de plus en plus naturellement je délaisse la viande au profit de bons vieux fruits et légumes ! En fait c’est plus : pâté / sauciflard qui m’empêche de dire que oui je vais abandonner la viande ^^

    Mais quand je lis des choses comme ça, je réfléchis de plus en plus et je comprends surtout mieux les vrais végétariens. Merci pour cet article encourageant !

    1. Je suis végétarienne depuis 15 ans (l’une des premières de France, hahaha) et mes motivations, à l’époque, étaient en partie liées au goût (bon, et la souffrance animale…of course !) : du coup je trouve toujours génial que de VRAIS amateurs de viande comme toi commencent à repenser leur alimentation ! Je dirais même que je suis admirative : c’est un peu comme un fumeur qui décide d’arrêter de fumer ;-).
      Voici le discours que je tiens à mes potes carnivores : consommez moins, mais mieux ! On n’a pas besoin de manger de la viande 3 fois par jours : il vaut donc mieux en acheter 2-3 fois par semaine et s’assurer qu’elle a été produite dans de bonnes conditions !
      En tout cas, bon courage dans ta démarche : tu as tout mon soutien ;-)

      1. Là dessus je suis entièrement d’accord ! Alors moi le gout de la viande…comment te dire j’adore! Rien de tel qu’un bon pavé sauce poivre avec la purée de ma maman… Mais à force de réfléchir à leur façon d’être abattu à toute la souffrance etc, je n’y prends plus le même plaisir. Je pense qu’en grandissant je prends conscience de beaucoup plus de choses et avant j’aurais presque eu tendance à me moquer facilement des végé alors que maintenant je les comprends. Ta comparaison me fait rire parce que j’ai aussi arrêté de fumer du jour au lendemain il y a presque 8 mois. Du coup, vu comme ça, je me dis que j’arriverai surement à banir la viande petit à petit ! En attendant à la maison on applique ton conseil on achète beaucoup moins de viande mais mieux. Par contre, je ne sais pas si tu as un site, un livre ou toi-même des conseils pour s’assurer qu’elle a été « mieux » produite. (déjà on ne l’achète plus en grande surface) . Merci de ta réponse c’est adorable.

        Belle journée!

        1. C’est vrai que ce n’est pas du tout évident d’avoir une traçabilité sur la viande, et sur les produits en général d’ailleurs. Je trouve ça aberrant qu’on en soit arrivés là : on est totalement déconnectés de ce qu’on consomme. Genre les lardons, on a l’impression que ça n’existe qu’en barquette : on a oublié que c’est de la poitrine de porc coupée en rondelle.
          Je pense que la meilleure façon de s’assurer de la provenance, c’est de contourner un maximum les intermédiaires : éviter les supermarchés, et encore mieux, aller directement chez le producteur, voir comment il pratique l’élevage, discuter avec lui… Alors je sais, quand on habite en plein coeur de Paris, on n’a pas forcément un paysan au coin de la rue : du coup je recommande de se fournir via les circuits courts, type Amap et Ruche qui dit Oui, où les producteurs sont souvent présents pour discuter avec les consommateurs.
          Sinon, j’ai repéré un article sur le site economie.gouv qui récapitule les obligations d’étiquetage de la viande : http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Securite/Produits-alimentaires/Tracabilite-de-la-viande-bovine. Ca peut toujours servir.
          Bonne journée à toi aussi :-) !

  2. Article vraiment chouette, j’adore cette nouvelle rubrique.
    En revanche, je me permets une petit remarque sur le contenu « diététique » …les fruits secs ne contiennent pas d’acides gras essentiels : en effet les fruits ne contiennent pas de matières grasses ! (sauf si on compte l’huile des tomates cerises mais bon, hein…)
    Par contre, les oléagineux en contiennent (on peu parler des noix, riches en oméga trois, la hola pour les noix svp !)
    Et un petit point supplémentaire sur les légumes secs aurait été la cerise sur le gâteau (haha…) : en effet, ils sont riches en protéines et permettent d’équilibrer les repas végés qui pêchent souvent de ce côté là.
    Voilà, j’ai rangé mon habit officiel de diététicienne nutritionniste (que je suis, c’est pour ça que je me permets ces petites précisions) et encore une fois : coeur avec les doigts !

    1. Merci pour ton commentaire : ravie que cette nouvelle rubrique te plaise :-D !
      Pour les fruits secs, la précision nutritionnelle que j’ai donnée intègre l’ensemble de la catégorie (fruits à coque et fruits déshydratés) mais je comprends ta remarque puisque j’ai aussi parlé des oléagineux plus haut.
      Concernant les légumes secs, c’est vrai que je les utilise beaucoup en base avec des légumes frais et des féculents car ils compensent les protéines et le fer contenus dans la viande : mais dans cet article, j’avais vraiment envie de faire un focus sur les « petits plus », les « toppings » qui font la différence :-).

      1. Et d’ailleurs, je note toutes tes astuces bien préciseusement ! C’est vrai que je me suis un peu égarée avec mes histoires le légumes secs (ah, la passion ;) ). Merci pour ta réponse et surtout : continuez toutes comme ça :)

  3. Merci pour cet article ! Je ne suis une carnassière convaincue. J’aime trop la viande pour l’abandonner.

    MAIS ! ^^ C’est vrai que j’ai fait le choix d’une consommation de viande assez équilibrées, puisque je n’en mange pas tous les jours. C’est les midis de week-end où la viande est de sortie chez moi ! Le reste du temps c’est plutôt poisson, voir carrément, juste des plats aux légumes. Merci pour ces astuces qui vont me permettre de rendre moins fades/communs/répétitifs les plats de la semaine ! :)

    Sans être adepte de la veggie attitude, je suis convaincue qu’il faut avoir une consommation modérée de la viande, comme de tous produits en fait. C’est évident qu’une production aussi massive n’est bonne pour personne. Merci encore et bonne journée ! ;)

    1. Tout à fait d’accord avec toi : il ne s’agit pas forcément d’éliminer complètement la viande (ça reste un plaisir gustatif pour certains et je le comprends) mais de revoir ses habitudes alimentaires, être attentif à la provenance, privilégier une viande de bonne qualité et non industrielle. Aujourd’hui, le steak est beaucoup trop déconnectés de l’animal.
      J’aime beaucoup l’analogie de Pierre Rabhi : dans la nature, le lion chasse pour se nourrir. Il ne prélève pas au delà de ce qui lui est nécessaire : il n’a pas d’entrepôt ni de banque d’antilopes pour en faire un produit financier.
      Vive l’alimentation qui respecte la nature, tout simplement !

  4. Merci pour tous ces conseils, je cuisine végé depuis quelques mois mais je n’ai pas encore tous les réflexes ! Je ne consomme plus de bœuf, porc ou mouton. Il m’arrive encore exceptionnellement de manger du poulet fermier, lorsque je vais chez ma grand mère à la campagne et que je suis certaine qu’il a vécu une belle vie en liberté. Arrêter complètement la viande est un cap encore trop dur à passer pour certains, mais consommer plus responsable est un geste à la porté de tous.

    1. Super que ça t’inspire ! C’est vrai que la viande est synonyme de « bonne bouffe », de plats généreux, de plaisir, et ce n’est pas évident de tirer totalement un trait dessus.
      Du coup, ces petits ingrédients magiques sont là pour émoustiller les papilles : moi je suis déjà ravie quand j’invite des potes carnivores et qu’ils se régalent en mangeant veggie. Ils découvrent des alternatives à l’alimentation carnée, reproduisent les recettes chez eux, remplacent certains repas par des options sans viande.. et ça c’est déjà une petite victoire :-D !

  5. Ce qui fait basculer mes copains carnassiers: les lasagnes de légumes avec aubergines, fondue de poireaux et/ou courgettes…
    Ou bien comme c’est l’hiver: fondue savoyarde! Parce que le gras c’est la vie!

    1. YUMMY… Les lasagnes <3 ! Ca fait aussi partie de mes plats favoris ! Et la raclette… Rolalaaaaa… C'est l'une des raisons pour lesquelles je n'ai pas basculé du côté vegan de la force ;-)

  6. Ces chiffres sont effarants, je les connaissais pour la plupart et quand je les disais aux repas de famille on me prenait GRAVE pour une mytho (ou une folle, ou les deux)
    J’ai réduis ma consommation de viande, il y a des semaines ou j’en mange même plus et je remplace par des lentilles (avec des carottes, et une sauce yaourt soja bien citronnée et épicée, et bizarrement ça va je m’en porte pas plus mal :p) et c’était pas gagné sachant la famille de carnivores de fou que j’ai autour de moi !!!
    LA FORCE PSYCHOLOGIQUE LES GARS ahah !
    Très bons conseils pour passer du côté veggie de la force
    MERCI CAMILLE <3
    PS : Les knackis c'est même pas de la viande pfffffff

    1. Merci pour ton commentaire Virginie <3 !
      Je comprends ta "détresse" au milieu des carnivores convaincus ;-). Je suis devenue veggie il y a 15 ans (soit la moitié de ma vie, youpiiiiii) et au début, je me sentais bien seule… Dans les resto, on me proposait un quignon de pain ou un bol de riz, j'ai eu droit à des commentaires dans un boulot d'été : "vous auriez pu nous dire que vous étiez végétarienne" (euh… ah bon ? je ne savais pas que c'était une TARE !)… Et puis petit à petit, j'ai vu les mentalités évoluer autour de moi, de plus en plus de resto qui proposent une option veggie… Les choses bougent ! Alors tiens bon ;-) héhé !
      PS : Ta sauce yaourt soja citronnée est très alléchante, tu vas forcément faire un tabac avec ça !

      1. Mais de rien Camille, je suis TROP heureuse que tu sois sur ce projet que j’adore ;)
        WHAT? Il y a 15 ANS? Trop de respect !!!!!! <3
        Purée, j'imagine que ça devait pas être évident évident
        Mais tu as raison, ça évolue pas mal et c'est surtout cool de pouvoir trouver des plats alléchants même végétariens dans les restos (même si dans ma ville c'est pas fou fou au niveau du nombre c'est déjà une petite victoire)
        Parce que dans ma famille quand je parle de manger végétarien il m'imagine avec une carotte au bec et des pommes remplies de terre dans la bouche (oui, leur image du végé bio est assez folle ahahah)
        PS : FONCE avec la sauce yaourt soja citronnée, une petite tuerie, et je trempe mes carottes concombres dedans aux apéro, UN MALHEUR :p

  7. Le tofu fumé! il a sauvé ma vie! je ne mange pas tous les jours mais quand j’ai des invités c’est juste parfait, plus besoin d’entendre le « ben ça manque de viande quoi » GRRRRRR
    Mariné avec ail et sauce soja ou teriyaki, et là j’adore ma life quoi

  8. Le pesto de roquettes, les lasagnes et le tajine végétarien…Les gens ne se rendent même pas compte qu’ils ne mangent pas de viande :)
    Merci en tous cas, plein de belles idées !

  9. L’astuce pour convaincre les non-végé c’est de leur servir un plat assez « classique » en végé pour les plus récalcitrants (burger, croque monsieur, spaghettis « bolo » etc) ou de sortir la cuisine un poil exotique pour surprendre les plus ouvertes. Par exemple pour le nouvel an l’an dernier c’est moi qui invitait je n’ai fait que du végétarien et mon plat c’était des légumes rôtis (carottes pomme de terre panais patate douce et échalotes) avec une sauce au lait de coco sucrée-épicés (lait de coco, gingembre, épices, un soupçon de sucre) et un de mes amis qui appréhendait de ne pas assez manger au dîner n’a même pas pu terminer son assiette et s’est ré-ga-lé :)

    1. Pareil, je suis une grosse fan de la cuisine au lait de coco…! Et c’est vrai que ça fait son petit effet auprès des non-végé :-) !

  10. Merci pour ce bel article mais j’aimerai apporter une nuance (une contradiction peut-être) que je ne souhaite pas vexante. Je ne suis pas végétarienne mais j’ai un comportement alimentaire « raisonnable » : je mange des protéines animales deux à trois fois par semaine et des œufs en priorité (qui sont beaucoup moins « polluant » que le bœuf qui est l’extrême inverse), uniquement du bio, des producteurs, du local. Cependant, j’ai un peu de mal à entendre que manger végétarien soit un but absolu (sauf si on en fait le choix) car la viande animale, contrairement à la cigarette n’est pas nocive à la santé (en quantité raisonnable bien sur c’est à dire 0,7g/kilo corporel/jour soit 49g de protéine pure par jour pour une personne de 70kg, donc un steak tous les deux jours). Je vous dis tout ça car parfois, j’ai l’impression d’être « jugée » parce que je consomme de la viande alors que la façon dont je le fais pourrait s’appliquer à toute la planète sans que celle-ci soit abimée. Tout ça pour vous dire qu’il est aussi possible de trouver un entre-deux, une façon de se nourrir qui soit écologique (et bonne pour la santé !) sans pour autant devenir végétarien.

    1. Loin de moi l’idée de jeter la pierre aux non-végétariens ! Ce n’est pas du tout mon discours : je suis entourée de carnivores et à aucun moment je ne les juge ni ne leur fais la morale. Je comprends qu’on puisse aimer la viande et qu’on n’aie pas envie d’arrêter.
      Ma conviction, c’est qu’il vaut mieux en manger moins, mais mieux (comme tu le dis dans ton commentaire : du bio, du local, provenant de petits producteurs…). Et pour les repas sans viande, je veux montrer qu’il y a des alternatives super gourmandes qui peuvent apporter tous les nutriments nécessaires !

  11. OMG c’est tellement génial ! Merci de penser à nous 😱 Je vais essayer tout cà, de nouvelles recettes cool et végétarienne c’est rare et ca s’apprécie. Alors n’hésite pas ! Merci pour tout 👌🏻

  12. Ca fait plaisir un post comme celui-là !
    Je suis végétarienne depuis 3 mois seulement (on s’est lancés en couple, plus facile) malgré les boutades de nos familles et amis, et au final je mange beaucoup plus varié qu’avant, j’ai découvert plein de recettes hallucinantes autour du tofu, seitan, tempeh etc…

    J’essaye maintenant de réduire ma consommation de fromage et d’oeufs car quand on s’intéresse à leur production on se rend compte que ce n’est pas tout rose, voir pire que la viande, mais le chemin est beaucoup plus long … Encore merci pour toutes ces idées de recettes en tout cas, je me retrouve vraiment plus dans ce genre de post ! (je repense à celui du combo foie gras/canard qui m’avait un peu rebuté car il n’avait pas trop sa place ici selon moi)

    Très chouette article en tout cas !

    1. Bienvenue dans la team veggie :-) ! Je suis d’accord avec toi : c’est une cuisine qui pousse à la créativité car elle oblige à sortir des recettes traditionnelles qu’on connaît tous.
      Et je te rejoins aussi sur le fait qu’il est difficile de franchir l’étape du végétalisme : je me pose beaucoup de questions sur l’industrie laitière… Mais j’aime tellement le beurre, le fromage…
      Encore une fois, tout est une question de traçabilité et de dosage : j’essaye de limiter leur consommation et j’achète (quasi) tous mes produits laitiers dans les magasins bio.
      Bon courage pour la suite de ton aventure végétale ;-) !

  13. Oh que j’aime cette manière de présenter les choses ! Je suis encore carnivore même si ma conso est assez limitée, et petit à petit, l’idée d’arreter la viande fait son chemin dans mon petit crâne.
    Bien souvent, je trouve les articles qui prônent le végétarisme hyper moralisateur.
    Mais là, c’est tout le contraire et ça fait du bien: les faits sont énoncés, des solutions sont proposées, bref on est dans le constructif, et ca donne envie d’avancer !
    Bref bravo et merci pour ces astuces que je vais m’empresser d’appliquer !

    1. Ton commentaire me réjouit, vraiment ! C’est exactement le but de ma démarche : pas de prosélytisme ni de morale bien-pensante, mais des idées (qui germent, ou pas !) pour consommer un peu différemment.
      J’espère que tu apprécieras les recettes, n’hésite pas à nous en dire des nouvelles :-) !

  14. Bravo pour cet article très très intéressant !
    Et merci pour les liens vers les recettes, c’est une très bonne idée.
    Je ne suis pas encore végétarienne, mais j’y viens … après avoir vu un reportage sur l’élevage !!
    Bonne journée

    1. Oh oui… Le fameux reportage sur l’élevage… Des images super violentes mais vraiment convaincantes. C’est d’ailleurs l’un de ces documentaires qui m’avait définitivement fait basculer vers le végétarisme à l’adolescence ! Comme quoi, c’est efficace !
      En tout cas c’est chouette que tu chemines vers un mode de conso différent :-). Bonne journée à toi aussi

  15. Oh, merci d’avoir cité mon p’tit tofu bourguignon!!!
    Ca m’a permis de réaliser que les photos n’avaient pas résisté au déménagement de mon blog, il va falloir que je les retrouve dans les tréfonds de mon ordi…

  16. Article très intéressant cependant je souhaite apporter une petite nuance à tes propos… Consommer de la viande pollue certes mais il est important de rappeler qu’il y a viande et viande tout comme il y a légumes et légumes.
    J’entends par là que consommer de la viande produite de manière intensive pollue beaucoup en revanche consommer de la viande locale / bio et/ou provenant de démarches comme Bleu Blanc Coeur pollue nettement moins (sur les vaches laitières le Bleu Blanc Coeur diminue d’environ 25% la pollution d’une exploitation agricole par exemple). Par ailleurs acheter de la viande chez un artisan boucher encourage l’économie locale et le maintien d’emplois valorisés.
    Concernant les légumes je peux prendre le contre pied et dire que les légumes produits à grande échelle et à renfort de pesticides polluent énormément la planète, les agriculteurs et appauvrissent les sols…
    Je dis juste que tout n’est pas noir ni blanc… désolé que cela tombe sur ton article mais concernant le fait d’être végétarien j’entends toujours les mêmes choses et ça commence à me gonfler…